« Adnan fait partie de mes plans, c’est pourquoi il est en prêt dans un club de Premier League. Nous le surveillons et pensons que c’est un joueur talentueux. Toutefois, être dans la même équipe qu’Anthony Martial, Henrikh Mkhitaryan, Juan Mata, Ashley Young et Memphis Depay, cela voulait dire qu’il n’aurait pas eu beaucoup de temps de jeu. » En août dernier, José Mourinho affichait son soutien à Adnan Januzaj (22 ans) malgré la situation compliquée du Belge à Manchester United.

Lancé dans le grand bain de la Premier League lors de la saison 2013/2014, le Diable Rouge (5 sélections/0 but) a vu son temps de jeu fondre comme neige au soleil au fil des années. Prêté au Borussia Dortmund en 2015 pour se relancer, le Belge n’est resté que six mois en Allemagne avant d’être rappelé par les Red Devils en plein de milieu de saison (pour seulement 3 apparitions !). Un fiasco suivi d’un autre prêt, du côté de Sunderland cette fois-ci, tout aussi peu concluant (0 but, 3 passes décisives). De quoi alimenter les critiques à l’encontre d’un joueur.

Januzaj répond aux critiques

« Je ne pense pas qu’il retrouvera ses sommets. Ils (les dirigeants de Sunderland, ndlr) le mettent titulaire parce qu’ils espèrent un ou deux moments de magie de sa part et qu’il puisse marquer un but. Il le fait, mais pas assez souvent. Pour une équipe comme Sunderland, qui lutte pour son maintien, il n’est pas bon. Même s’il se bouge sur le terrain, je ne crois pas qu’il reproduira ce qu’il faisait à Manchester », a ainsi déclaré Phil Thompson, l’un des experts football de Skysports.

Conscient de son niveau, l’intéressé n’a pas esquivé les médias au sortir du match nul concédé par les Black Cats contre Burnley (0-0). « C’est très dur parce que ce n’est pas facile d’arriver à Sunderland en provenance de Manchester United, mais je dois m’y faire. Je dois encore beaucoup apprendre, car je n’ai que 22 ans. Certaines personnes pensent que j’en ai 26 ou 27. Je sais que je dois faire plus, mais vous devez aussi voir d’autres aspects de mon jeu. Je sais que quand je quitterai Sunderland, je serai heureux. J’ai appris à devenir plus fort. Je ne sais pas où je jouerai, mais je suis sûr que je serai plus fort physiquement. » C’est tout le mal qu’on lui souhaite.