Une fois n’est pas coutume, une journée de Serie A se jouait en grande partie ce lundi. Avant la rencontre de l’Inter Milan, leader du championnat italien, ce soir à Naples, contre les Partenopei (à suivre sur notre site), trois autres grosses écuries transalpines évoluaient à 15h00. L’AC Milan accueillait à San Siro la Sampdoria, avec un Zlatan Ibrahimovic sur le banc de touche, l’Atalanta Bergame évoluait aussi à domicile contre Parma tandis que la Juventus avait l’occasion, en recevant l’étonnante formation sarde de Cagliari, de reprendre provisoirement la tête du championnat.

Mais entre la Juventus et Cagliari, la rencontre a mis du temps à démarrer. En première période, Wojciech Szczęsny n’a rien eu à faire tant les Sardes étaient acculés dans leur camp. Les Juventini en revanche ont beaucoup essayé, mais ont eu du mal à être efficaces dans la surface adverse. Sur un bon centre de Rabiot, Ramsey était gêné par Matuidi (13e) et Cuadrado se la jouait peut-être un brin trop altruiste en essayant de remettre en retrait le cuir à Cristiano Ronaldo (20e). Paulo Dybala s’essayait aussi sans succès (28e) alors que Demiral, de la tête, trouvait la barre transversale adverse (36e). En toute fin de première période, la Vieille Dame retenait ses coups et attendait patiemment la mi-temps pour se ressourcer aux vestiaires.

Mais, enfin, au retour sur le rectangle vert, nous allions voir les filets trembler. Sur une improbable erreur d’inattention, Cristiano Ronaldo subtilisait le cuir au défenseur central de Cagliari, effaçait le portier d’un crochet extérieur avant de marquer dans le but vide (1-0, 49e). Quasiment dans la foulée, Olsen, le gardien de Cagliari, sortait par deux fois un ballon très chaud devant sa ligne de but (52e). Les visiteurs décidaient alors de réagir et Nainggolan envoyait un magnifique centre vers Simeone qui gagnait son duel face à Cuadrado, mais sa tentative heurtait la barre (60e). Au tour de Paulo Dybala de s’essayer, mais l’Argentin faisait briller Olsen sur coup-franc (63e). La Joya avait décidé de peser sur la rencontre et en slalomant dans la défense obtenait un penalty pour une faute de Marko Rog (66e). Cristiano Ronaldo ne manquait pas l’opportunité de s’offrir un doublé (2-0, 67e). Pour parachever la victoire des Turinois, Gonzalo Higuain obtenait le ballon sur le côté gauche, repiquait et envoyait une frappe qui se terminait au fond des filets (3-0, 81e). On croyait cela terminé ? Mais non ! Sur une contre-attaque, Douglas Costa transmettait le ballon à CR7 qui, malgré son contrôle un peu manqué, s’offrait un triplé (4-0, 82e). Dans les ultimes minutes, Higuain était proche du doublé (87e) quand Joao Pedro trouvait le poteau d’un sublime enchaînement (90e +3). Avec cette victoire, la Juve reprend la tête de la Serie A.

L’Atalanta déroule, Zlatan ne suffit pas

L’Atalanta, elle, n’a fait qu’une bouchée de l’équipe de Parme. Dans une première période dominée de la tête et des épaules, les hommes de Gian Piero Gasperini ont trouvé à trois reprises le chemin des filets. Le premier but est un véritable chef d’œuvre (un nouveau) d’Alejandro "Papu" Gomez. Sa frappe, de l’extérieur de la surface termine sa course dans la lucarne de Sepe (1-0, 11e). Gomez, encore lui, servait peu de temps après le milieu de terrain Remo Freuler pour le deux buts à zéro (2-0, 34e). Enfin, Gosens parachevait cette première mi-temps de haut rang (3-0, 43e). Au retour des vestiaires, le calvaire n’était pas terminé pour Parme puisqu’Ilicic y allait aussi de sa réalisation (4-0, 60e). Dix minutes plus tard, le Slovène s’offrait même un doublé portant le score à cinq buts à zéro (71e). Avec cette victoire éclatante, qui ne souffre d’aucune contestation, les Bergamasques consolident leur cinquième position.

En Lombardie, tout le monde attendait le Roi Zlatan. Mais l’international suédois, revenu en Europe après une pige aux États-Unis, était sur le banc de touche. La rencontre a mis du temps à démarrer malgré une domination assez importante de l’AC Milan. En fin de première période, les Milanais comptaient cinq tirs donc quatre cadrés, mais auraient pu finalement être menés à la pause si Jakub Jankto n’avait pas été hors-jeu lorsqu’il avait ouvert la marque (45e +2). La première période aura été marquée par deux changements dans le camp génois avec d’abord les sorties sur blessure de Gaston Ramirez (30e) et de Fabio Depaoli (42e). Au retour des vestiaires, toujours pas de Zlatan, mais deux tentatives coup sur coup d’Hakan Calhanoglu (47e) et de Manolo Gabbiadini (50e) bien arrêtées par les deux portiers. Près de cinq minutes après l’occasion de la Sampdoria, Pioli décidait de lancer Zlatan Ibrahimovic dans l’arène en lieu et place de Piatek (55e). Il fallait d’ailleurs un grand Emil Audero pour empêcher Ibra de marquer son premier but (63e). Moins de dix minutes plus tard, Leao s’essayait à son tour sans réussir à trouver la faille (72e). Malgré quatre minutes de temps additionnel, les Lombards ne parvenaient pas à marquer ce but qui leur aurait offert la victoire.

Retrouvez le film du match de la Juve sur notre live commenté.