Les fans de Serie A étaient gâtés ce soir. Une belle affiche au programme entre deux équipes historiques du football transalpin, à savoir la Juventus et l’AC Milan. Même si les dynamiques sont bien différentes, et ce depuis de nombreuses saisons déjà, il avait de la gueule ce match sur le papier ! Les Turinois voulaient gagner pour repasser devant l’Inter, son adversaire pour le titre, qui s’était imposé face au Hellas Vérone (2-1) plus tôt dans le week-end. Avec un trio Bernardeschi-Higuain-Cristiano Ronaldo, la Vieille Dame défiait une équipe lombarde en difficulté. Toujours en deuxième partie de tableau, les Milanais n’arrivent pas à obtenir des résultats satisfaisants, avec une seule victoire sur les quatre dernières rencontres de Serie A. Ce soir, ils ont bien lutté, mais ont terminé par s’incliner 1-0.

Les débuts de la rencontre étaient assez équilibrés, avec un Milan solide en 4-3-3. Il fallait attendre le quart d’heure de jeu pour que les Turinois s’offrent une première opportunité sérieuse. Donnarumma devait ainsi s’employer pour empêcher Higuain, servi Cristiano Ronaldo, d’expédier cette frappe croisée au fond des filets. Réponse milanaise avec une tête de Bonucci, sans danger (17e), et il faut dire que la possession des Lombards était assez stérile. Paqueta, de la tête, forçait tout de même Szczesny à sortir une sacrée parade (24e). Les Milanais dominaient, et étaient globalement peu inquiétés.

La Joya a fait la différence

Cristiano Ronaldo était pour l’instant assez effacé et inoffensif, à l’image de sa frappe tranquillement captée par le portier rossonero (43e). Une drôle de rencontre ; tel était le constat que l’on pouvait faire à la pause, puisque c’est Milan qui semblait être en course pour le titre et la Juve qui donnait l’impression d’être l’équipe en crise. La deuxième période reprenait sur le même rythme, avec une équipe lombarde au-dessus dans le jeu. Pire encore pour les troupes de Maurizio Sarri, Cristiano Ronaldo, touché au genou, devait laisser sa place à la 55e minute de jeu.

Szczesny devait encore intervenir pour frustrer cette tentative de son compatriote Krzysztof Piatek, qui avait tenté un joli plat du pied (58e). Dybala, entré en jeu quelques minutes plus tôt, créait enfin du danger pour les siens, mais sa frappe était un peu trop molle pour vraiment inquiéter un Donnarumma serein (68e). Rabiot faisait son apparition dans la foulée, à la place d’un Matuidi touché au coude. Mais c’est toujours Szczesny qui portait les siens, avec un nouvel arrêt, cette fois sur Çalhanoğlu (75e). Mais Dybala lui, n’allait pas avoir besoin de 50 occasions pour la mettre au fond. D’un joli crochet, l’Argentin éliminait Romagnoli à l’entrée de la surface et enchaînait sur une frappe croisée parfaite (1-0, 77e). Le score n’a plus bougé, avec des Lombards abattus, et la Juve reprend la tête de la Serie A à l’Inter.