LOSC : Burak Yilmaz, le Kral redescendu de son trône

Après une saison exceptionnelle ayant conduit le LOSC au titre de champion de France, Burak Yilmaz est à la peine depuis le début de l'exercice 2021-2022. Le vétéran turc de 36 ans n'a néanmoins pas dit son dernier mot et il entend bien ramener les Dogues sur le devant de la scène.

Burak Yilmaz avec le LOSC en 21-22
Burak Yilmaz avec le LOSC en 21-22 ©Maxppp
La suite après cette publicité

Les temps sont durs pour Burak Yilmaz, qui est redescendu de son nuage sur lequel il a survolé la saison 2020-2021 avec le LOSC. Étincelant l'an passé sur le front de l'attaque lilloise et artisan majeur du titre de champion de France glané par Christophe Galtier et sa troupe en Ligue 1, l'attaquant de 36 ans éprouve, à l'image des Dogues depuis la passation de pouvoir entre «Galette» et Jocelyn Gourvennec l'été dernier, beaucoup plus de difficultés depuis le début de la saison en cours.

Celui qui semblait marcher sur l'eau avec ses 16 buts et 5 passes décisives lors du précédent exercice en L1 semble de retour sur la terre ferme, en témoignent ses 2 petits buts seulement (auxquels il faut ajouter 3 offrandes) en 12 apparitions en championnat. Au même stade de la saison en 20-21, Burak Yilmaz avait marqué 3 fois plus de buts (6) que cette année en Ligue 1. La frustration du buteur turc se ressent plus dans son langage corporel, lui qui est d'ordinaire déjà extrêmement démonstratif sur le terrain. Il s'est d'ailleurs pour l'instant plus fait remarquer pour un pétage de plomb provoqué par sa sortie à la 77ème minute lors du match entre Lille et Brest (1-1, 11ème journée de L1) que par ses prouesses sportives depuis le début de l'exercice 2021-2022.

Même moins bien, Yilmaz reste le leader offensif du LOSC

« C'est un garçon qui donne beaucoup. Jouer tous les trois-quatre jours en club et en sélection, c'est énergivore et c'est souvent quand on est fatigué qu'on est un peu frustré, surtout quand les résultats ne sont pas au bout. Burak, peut-être qu'il y a de la crispation chez lui. Il a l'envie de bien faire parce qu'il est dans une série de matchs où il marque moins. Et c'est tout notre travail de lui faire prendre conscience qu'il faut retrouver un peu de légèreté, de la fluidité, pour mieux terminer les actions », analysait Jocelyn Gourvennec en conférence de presse avant la défaite contre le PSG (1-2), à l'occasion de la 12ème journée de Ligue 1.

Le tempérament explosif du Kral Yilmaz n'est pas nouveau, certes. Et l'international turc (74 capes, 30 buts) reste malgré tout l'un des leaders d'un LOSC qui peine sérieusement à répéter ses exploits de la saison dernière, aussi bien en Ligue 1 (12ème place) qu'en Ligue des champions (2ème du groupe G avec seulement 5 points en 4 journées, après un exploit à Séville). Son énergie débordante sur le terrain et sa mentalité de guerrier maintiennent parfois son équipe à flot.

Sa saison enfin lancée ?

L'entraîneur de Lille s'est d'ailleurs montré rassurant ces dernières semaines à son sujet. « C'est quelqu'un qui est très lucide, qui peut être volcanique dans les matches mais qui, au quotidien, a beaucoup de sérénité. C'est un joueur qui pèse beaucoup sur les défenses car il a cette capacité à très bien se déplacer, et surtout à apporter de la profondeur à l'équipe parce qu'il est toujours à la limite du hors-jeu. Il est toujours une menace pour les défenseurs car ils savent qu'ils ne peuvent pas se manquer dans leurs interventions. Après, il y a la réussite et l'efficacité, où, à l'image de l'équipe, il peut certainement faire mieux. »

La belle prestation de Burak Yilmaz, passeur décisif et crédité d'un 6 dans nos colonnes, au Parc des Princes, où il a affiché un visage rappelant celui qu'il avait l'habitude de montrer sur les pelouses de l'Hexagone la saison passée, aurait pu lui servir de déclic pour enfin lancer sa saison et celle de Lille par la même occasion. Mais, malade, il n'avait pas participé à la grosse performance des champions de France en titre à Séville (2-1) en C1. La trêve internationale et son triplé de passes décisives contre Gibraltar (6-0) lui auront peut-être permis de trouver un nouveau souffle. D'autant plus qu'il n'est entré qu'en fin de match à Monaco (2-2) vendredi. Jocelyn Gourvennec n'en demande pas moins, surtout qu'un match peut-être capital pour la survie européenne des Dogues se profile ce mardi (21 heures), en C1, contre le RB Salzbourg à Pierre-Mauroy. L'occasion parfaite, pour le Kral déchu, de prouver que son règne est loin d'être terminé dans le Nord de la France.

Pour toute première inscription sur Unibet, profitez du bonus exceptionnel de 200€ offerts avec le code FMUNI. Créez dès aujourd’hui votre compte Unibet et pariez sur tous les matchs de Ligue des Champions.

Plus d'infos

Commentaires