Coupe Arabe : la réaction algérienne après la spectaculaire qualification en finale

Après l'épique demi-finale remportée in extremis face au Qatar (2-1), l'Algérie a pu célébrer sa qualification en finale de la Coupe Arabe.

La joie des Algériens
La joie des Algériens ©Maxppp
La suite après cette publicité

Voilà une soirée dont se souviendront les joueurs algériens ! Dans un match à rebondissements, ils ont fini par venir à bout du Qatar (2-1), le pays organisateur de cette compétition, et se qualifient pour la Coupe Arabe où ils seront opposés à la Tunisie. Le soulagement se lisait sur leurs visages car il faut bien le dire, les faits de jeu ont pimenté ces intenses dernières minutes, l'arbitre accordant neuf minutes de temps additionnel pour finalement laisser jouer 19 minutes au-delà du temps réglementaire.

La faute à une égalisation qatarie à la 90e+7 signée Mohammed Muntari. Le but validé par la VAR, on se profilait inévitablement vers une prolongation mais c'était sans compter sur un nouveau tournant et la décision curieuse de l'arbitre d'accorder dix nouvelles minutes de jeu. Bousculé dans la surface, Belaïli obtenait un penalty qu'il transformait en deux temps à la 90e+17e, après avoir vu le portier adverse repousser sa première tentative. Cette fois, la victoire ne pouvait plus échapper aux champions d'Afrique.

Bougherra : «c'est fou»

«J’étais très mécontent quand l’arbitre est venu vers moi en me disant 9 minutes. À la fin, on joue 19 minutes de plus, c’est fou...» rembobinait Madjid Bougherra. Le sélectionneur vivait un moment incroyable mais il avait tout de même le recul pour affirmer qu'il ne s'agissait pas du meilleur match de ses hommes. «C’était stressant… on n’aime pas subir, avec une défense à 5 on risquait de se faire aspirer mais l’état d’esprit du joueur algérien, guerrier y était. Il faut accepter de subir parfois.»

«J’avais prévenu les joueurs qu’ils allaient nous laisser jouer mais face à un bloc compact, c’est difficile de jouer dans le dos de leurs axiaux, nos quatre milieux n’ont pas joué assez resserré», reconnaissait l'ancien milieu de terrain. Dans une finale qui «va se jouer au mental», il pourra compter sur celui qui a été élu homme du match, Youcef Belaïli, pour tenter de ramener le trophée. «Je ne cherche pas à être désigné meilleur joueur du match, ce qui m’intéresse c’est de rendre le peuple algérien fier.» Après une telle soirée, nul doute que les Fennecs y sont parvenus.

Plus d'infos

Commentaires