Les mauvais choix d'Hatem Ben Arfa

Hatem Ben Arfa est un talent pur, sans nul doute l'un des joyaux de la génération 87. Un diamant brut qui n'a pas connu le succès qu'il aurait pu ou dû avoir pour bon nombre d'observateurs. Retour sur une carrière rythmée par l'inconstance, avec des hauts, mais aussi et surtout des bas. Une trajectoire influencée par des choix qui ne se sont pas souvent avérés être les bons. Tantôt enfant prodige, tantôt enfant terrible du football français.

La carrière de Ben Arfa a été rythmée par les éclairs de génie et l'inconstance
La carrière de Ben Arfa a été rythmée par les éclairs de génie et l'inconstance ©Maxppp
La suite après cette publicité

Le jeune Hatem commence donc sa carrière professionnelle du côté de Lyon où déjà ses éclairs de génie se font remarquer. Il joue 4 saisons au sein de l'équipe première qui rafle tous les titres de champion de France, et montre un talent hors du commun. «À l'entraînement, on avait l'impression que lui était un senior et nous des cadets», raconte Jean-Alain Boumsong. «Il prenait le ballon, éliminait tout le monde et marquait des buts.» Mais déjà son caractère ressort, et son comportement ne plaît pas à tout le monde dans le vestiaire. À l'image d'une altercation avec deux tauliers du groupe lyonnais, Claudio Caçapa et Cris, pour une bouteille d’eau involontairement renversée par le jeune joueur.

Le natif de Clamart, élu meilleur espoir de Ligue 1 en 2008-2009 finit par craquer devant les appels du pied de l'Olympique de Marseille, et part donc en direction du Vélodrome. Parfois bon sous le maillot phocéen, il commence aussi à faire parler à cause de son comportement, comme lors d'un OM-PSG où il refuse d'aller s'échauffer, vexé de ne pas être choisi comme titulaire par Éric Gerets. Sous les ordres du technicien belge comme sous ceux de Didier Deschamps, Ben Arfa ne s'imposera jamais vraiment comme un joueur clé de l'effectif marseillais lors de ses deux saisons au club. Son premier coach à l'OM a récemment exprimé des regrets concernant la carrière de son ancien joueur. « Techniquement, il était au-dessus de tout le monde. Il était super rapide. Il savait marquer des buts. Mais pour lui, ça n’a marché nulle part, finalement. »

«Notre gardien a plus couru que lui»

Après être allé au clash avec sa direction, HBA obtient finalement son prêt pour Newcastle. Sa première saison est marquée par une grosse blessure qui l'éloigne des terrains. Pourtant, les Magpies décident de lever son option d'achat d'environ 6M€. Au final, après 4 saisons, son passage là-bas est à l'image de sa carrière. De sacrées fulgurances avec notamment deux buts magnifiques, contre Bolton et Blackburn, qui ont marqué les esprits. Mais il est difficile de voir son expérience anglaise autrement que comme celle d'un potentiel inexploité. En témoigne son prêt à Hull City, où il était censé se relancer. Là-bas, il ne participe qu'à 8 matchs en championnat sur la première partie de saison 2014-2015, dont une seule rencontre où il joue les 90minutes. «C'est criminel, car ce garçon peut vraiment bien jouer, mais je m'interroge sur son amour pour le jeu, avait avoué Steve Bruce, son coach de l'époque. Avec lui, on doit toujours tout discuter. Honnêtement, lors de son dernier match, notre gardien a plus couru que lui. J'ai dû le remplacer tôt, car j'avais besoin d'envie et d'esprit combatif.»

Seulement six mois après son arrivée à Hull City, son prêt est rompu, et quelques jours plus tard, Newcastle accepte de résilier son contrat à l'amiable. Ben Arfa est donc libre, et choisi l'OGC Nice, où il se sent désiré tant par l'entraîneur que l'équipe dirigeante. Mais un problème se pose. La FIFA n'autorise par sa signature car son règlement interdit de jouer avec plus de deux clubs dans la même saison. L'instance dirigeante du football mondial considère que la rencontre qu'il a jouée avec les moins de 21 ans de Newcastle à la fin de l'été 2014, avant son prêt, était un match officiel. Ce qui n'est pourtant pas le cas de la Fédération anglaise. Quoi qu'il en soit, Ben Arfa est bloqué et ne peut pas revenir en Ligue 1. Il doit patienter six mois de plus. L'été suivant, il signe finalement à Nice et livre certainement la plus belle saison de sa carrière, sous les ordres de Claude Puel. La plus complète et la plus aboutie puisqu'il trouve 17 fois le chemin des filets, et délivre 6 passes décisives en 34 apparitions en championnat. Sa cote est au plus haut à l'été 2016. Alors que son contrat expire du côté de Nice, il décide de ne pas rempiler et signe au Paris Saint-Germain pour deux ans.

Deux années de galère à Paris

Les débuts de Ben Arfa au PSG sont encourageants, mais son temps de jeu diminue fortement en seconde partie de saison. Sa deuxième année, en revanche, est tout autre. En effet, il ne participera à aucune rencontre officielle. Finalement on retiendra surtout ses péripéties hors du terrain lors de son passage dans la capitale. À l'instar de son entrevue avec l’émir Al-Thani, alors accompagné de Nasser Al-Khelaïfi, durant laquelle Ben Arfa demande des explications sur son maigre temps de jeu. Un geste qui ne passera pas auprès de la direction du club. Son histoire avec Paris se termine devant la justice. Un procès contre le PSG qu'il perdra finalement devant le conseil des prud'hommes. Arrivé au bout de son contrat à l'été 2018, il est donc libre de s'engager où bon lui semble, et c'est au Stade Rennais qu'il pose ses valises. Julien Stéphan, arrivé en cours de saison, fait de lui une pièce importante de l'effectif, et on revoit par intermittence le joueur qui avait fait les beaux jours de Nice quelques années plus tôt.

Rennes réalise un bon parcours en Europa League, et surtout en Coupe de France où les Bretons gagnent en finale contre le PSG, pour le plus grand bonheur d'HBA qui se permettra même une petite pique envers Nasser Al-Khelaïfi. Après une année plutôt réussie, Ben Arfa décide pourtant de ne pas prolonger avec Rennes. Il est donc libre à l'issue de la saison, et ne trouve pas preneur durant le marché des transferts estival. C'est durant le dernier mercato qu'il signe du côté de Valladolid. Un choix qu'il explique notamment par la présence de Ronaldo au poste de président, et parce qu'il a senti un réel intérêt de la part du club. En manque de rythme et hors de forme, il ne rentre en jeu qu'à deux reprises, durant une dizaine de minutes à chaque fois. Mais quelques semaines à peine après son arrivée en Espagne, il parvient déjà à être l'objet d'une polémique. Les supporters des Pucelanos lui reprochant son manque d'investissement à l'échauffement pendant les matchs. Défendu par ses dirigeants, Hatem Ben Arfa découvre donc un tout nouveau championnat avec la Liga, et déjà, les attentes sont grandes autour de lui. Reste maintenant à savoir s'il répondra présent.

Pour aller plus loin, Foot Mercato revient sur la carrière de Ben Arfa dans la vidéo qui se trouve en haut de l’article.

Articles recommandés

Commentaires