Comment l'équipe de France a préparé l'Euro 2020

Entraînement
La préparation de l'équipe de France pour l'Euro 2020
La préparation de l'équipe de France pour l'Euro 2020 ©Maxppp

Depuis le mercredi 26 mai, l’équipe de France s’est réunie pour préparer l’Euro 2020 qu’elle espère remporter le 11 juillet. Comment les Bleus ont-ils planifié leur préparation pour conquérir le sacre européen ? La réponse dans cet article.

21, c’est le nombre de jours qu’a eu l’équipe de France pour préparer l’Euro 2020 avant son premier match contre l’Allemagne, le mardi 15 juin. Après une saison épuisante mentalement et physiquement en raison du calendrier chamboulé par la pandémie de coronavirus, la préparation d’une compétition comme l’Euro, avec un match à disputer tous les 3/4 jours et de nombreux voyages à gérer en pleine compétition, est forcément compliquée mais également clé pour le succès d'une équipe. Nous allons donc analyser comment le staff de l’équipe de France a planifié les entraînements des joueurs en vous expliquant l’utilité, l’importance et la raison de chaque session d’entraînement.

La suite après cette publicité

Quel est le but d’une préparation physique ?

Avant n’importe quelle compétition, la préparation physique demeure essentielle. Si elle est bien connue du public en pré-saison, elle demeure moins abordée et comprise avant une compétition internationale. L’objectif derrière une préparation physique d’avant-saison ou d’avant-compétition est cependant similaire: construire une base physique sur laquelle les joueurs vont pouvoir surfer dessus tout au long de la compétition.

Il s’agit donc de constituer une base physique solide sur laquelle les joueurs vont pouvoir s'appuyer au fil des rencontres mais c’est aussi grâce à elle que les joueurs vont pouvoir être plus résistants aux blessures et optimiser leur récupération, à condition de ne pas tomber dans le surmenage. Plus un joueur sera costaud physiquement (ce qui ne veut pas forcément dire musculeux), plus il récupérera vite et bien, et plus il sera résistant face à des charges et à des contraintes élevées que l’on retrouve dans un match de football de très haut niveau.

En réalité, il n’y a pas de meilleur remède que la préparation physique contre les blessures et la fatigue, et c’est pourquoi la préparation de l’équipe de France a été intense sur les premières semaines avant une diminution progressive de la charge d’entraînement à l’orée du premier match de l’Euro contre l’Allemagne.

Phase 1: évaluation des joueurs et phase de « surcharge »

Mercredi 26 mai

Les Bleus se sont donc retrouvés au compte goutte (certains joueurs comme Paul Pogba, Olivier Giroud, N’Golo Kanté et Kurt Zouma ayant encore des finales de Coupes d’Europes à disputer) le mercredi 26 mai à Clairefontaine. Au programme de cette première journée, une sortie vélo d’un peu plus d’une heure avec plusieurs objectifs: 1) créer une bonne cohésion de groupe à travers une sortie conviviale qui mélangeait les membres du staff et les joueurs, 2) réoxygéner les muscles et reprendre une activité physique en douceur après une petite trêve de quelques jours.

Jeudi 27 mai

Matin: Évaluations du niveau d’endurance des joueurs

Le lendemain, les joueurs se sont retrouvés sur le terrain pour une séance d’évaluation physique, et plus particulièrement de la capacité aérobie des joueurs, ou plus grossièrement de leur niveau d’endurance. Cyril Moine, le préparateur physique de l’équipe de France, a donc concocté une séance spécifique en commençant par un exercice simple: 6 minutes de course à 10 km/h, puis 6 minutes à 12-12,5 km/h et 3 minutes à 15 km/h.

Les 6 premières minutes à 10 km/h faisaient figure d’échauffement avec un rythme largement en dessous de leur VMA (vitesse maximale aérobie), qui est la vitesse à laquelle les joueurs atteignent leur consommation maximale d’oxygène et qu’ils peuvent tenir généralement 6 minutes de suite. Puis les 6 minutes suivantes à 12/12,5 km/h leur ont permis de se rapprocher d’une allure proche du seuil aérobie, qui correspond à la limite de l’endurance de base que l’on peut maintenir très longtemps car pas énergivore. Enfin, les 3 minutes à 15 km/h ont justement été réalisées pour courir au seuil aérobie et se rapprocher de sa VMA afin de solliciter davantage l’organisme et de stimuler la (re)production urgente d’énergie.

Ensuite, les joueurs ont été répartis en groupe selon leur niveau du moment et ont effectué du travail intermittent: six fois 10/20 sur 25m et 50m et six fois 18/30 sur 100m. Le 10/20 correspondant à 10 secondes à une vitesse égale ou proche de la VMA suivi de 20 secondes de récupération active (en léger footing) tandis que le 18/30 correspond à 18 secondes d’effort à une vitesse égale ou proche de la VMA suivi de 30 secondes de récupération active. Au total, les joueurs ont effectué 3 minutes proches de leur VMA et quasiment 5 minutes en récupération active. À la fin de la séance, le préparateur physique des Bleus a récolté des données importantes concernant la fréquence cardiaque des joueurs qui lui a permis de bien répartir les joueurs par niveau et bien planifier la charge d’entraînement individuelle.

Après-midi: opposition sur mini-terrain

L’après-midi, Didier Deschamps avait planifié une séance axée sur le jeu avec des oppositions pour reprendre contact avec le ballon, prendre du plaisir et réinitier progressivement à la compétition.

Vendredi 28 mai

Matin: musculation

Le vendredi matin, les joueurs se sont retrouvés en salle de musculation pour une séance de renforcement musculaire du haut et du bas du corps toujours planifiée par Cyril Moine. Les joueurs ont eu droit à une séance de HIIT, qui est du travail intermittent, avec 20 secondes de travail et 40 secondes de récupération. Au total, les joueurs ont eu à réaliser 2 séries de 6 ateliers pour le bas du corps et 2 séries de 8 ateliers pour le haut du corps. Le but de cette séance: renforcer toutes les chaînes musculaires des joueurs afin de les rendre plus résistants sur le terrain face aux chocs et sur la durée.

Parmi les ateliers du bas du corps, on a pu observer des exercices de proprioception sur un coussin d’équilibre, du demi-squat assisté, du tirage à poulie pour renforcer les ischio-jambiers, de la presse à cuisses (pour les quadriceps), des extensions de mollets sur une machine et du soulevé de terre. Parmi les ateliers du haut du corps, on a pu voir du développé incliné sur une machine assistée pour les pectoraux, du tirage horizontal à la poulie et du tirage vertical sur machine pour les dorsaux, du gainage avec appui sur des swiss ball, des extensions des triceps à la poulie haute, du développé épaules à la machine ou encore des tractions horizontales avec une barre de musculation.

Après-midi: circuit technique et oppositions

Deuxième journée consécutive avec une double séance pour les Bleus. L’après-midi, les joueurs se sont donc retrouvés sur le terrain avec au programme un échauffement basé sur un circuit technique avec slalom, jongles, passes pour travailler les gammes techniques.

La séance s’est conclue par une opposition à 10 contre 10, sans gardien, sur demi-terrain en longueur tandis que la largeur était comprise entre la ligne de touche et le bord de la surface de réparation, avec des mini-cages plus larges pour augmenter le nombre de buts, ce qui a pour objectif de booster la confiance des joueurs.

Samedi 29 mai

Le samedi 29 mai, Paul Pogba a rejoint le groupe trois jours après avoir disputé la finale de la Ligue Europa. Ce jour-là, le staff des Bleus avait accordé une journée de repos aux joueurs compte tenu des doubles séances qu'ils venaient de réaliser et du travail qui les attendait les jours suivants. Cette journée de repos était aussi idéale pour permettre les premières adaptations suite aux exercices de renforcement musculaire de la veille.

Dimanche 30 mai

Après leur jour de repos, les Bleus ont effectué une nouvelle une double séance particulièrement exigeante. Notamment celle du matin.

Matin: séance spécifique pour les gardiens et séance d’endurance fractionné pour les joueurs de champ

Si les gardiens ont eu droit à une séance ludique mêlant différents sports comme le handball, le basket-ball, le rugby et la boxe, les joueurs de champ ont eux été moins gâtés avec une séance d’endurance intermittente très difficile à en croire le langage corporel des joueurs mais importante pour maintenir voire améliorer la VMA.

« C’est intense, dur car on court beaucoup et lors de certaines séances, c’est très poussé. Mais on avait fait ça avant la Coupe du monde 2018 et ça nous avait bien aidé, alors s’il faut courir pour gagner, on va courir ! », avait notamment déclaré Corentin Tolisso sur le site de la FFF quatre jours après cette séance.

Après-midi: travail technique et oppositions sur demi-terrain

Comme d’habitude, Didier Deschamps a concocté un entraînement basé sur le jeu et le travail technique dans l’après-midi avec une opposition originale en fin de séance sur demi-terrain à 9 contre 9 avec un joker évoluant avec l’équipe en possession du ballon et 4 cages, dont trois de taille normale protégées par des gardiens et une plus large et plus petite sans gardien.

Jouer sur demi-terrain permet évidemment de ne pas trop fatiguer les joueurs avec des courses plus longues à haute vitesse tout en favorisant la répétition des efforts courts à haute intensité tandis que les 4 cages stimulent différemment le cerveau et permettent aussi de marquer plus de buts pour booster la confiance.

Lundi 31 mai

À la veille du départ pour Nice, afin d'affronter le Pays de Galles en match amical, les Bleus, pas encore au complet en attendant les joueurs de Chelsea, ont effectué un entraînement léger d'une heure à dominante technique qui s'est notamment matérialisé par un toro autour du rond central avec 3 défenseurs au centre et l'objectif pour les joueurs en possession du ballon de réussir 20 passes de suite. La séance s'est conclue par un concours de frappes. Cette séance légère a permis aux joueurs de récupérer de leur séance intense de la veille.

Mardi 1 juin: déplacement à Nice et entraînement d'avant-match

Le mardi 1 juin, les Bleus se sont envolés pour Nice avant leur match amical du lendemain contre le Pays de Galles. Évidemment, aucune séance n'a été planifiée le matin. Les Bleus se sont entraînés ce jour-là en fin d'après-midi à l'Allianz Riviera et ont réalisé des gammes de coordination/réactivité/vivacité pour se préparer aux actions à haute intensité. Ils ont aussi sans doute réalisé une mise en place tactique à huis clos.

Mercredi 2 juin: match de préparation contre le Pays de Galles

Jeudi 3 juin

Le lendemain du match remporté (3-0) contre le Pays de Galles, les titulaires étaient mis au repos avec des soins (massages). Ceux qui ont débuté le match sur le banc (même ceux entrés à la mi-temps comme Digne ou Koundé), ainsi que les joueurs de Chelsea, étaient quant à eux conviés sur le terrain pour un entraînement avec opposition. Le but ? Ne pas créer de fossé physique entre les titulaires et les remplaçants, ce qui peut engendrer un désentraînement et des blessures. Faire des oppositions à l'entraînement permet aux remplaçants d'effectuer des actions à haute intensité, qui ne sont pas équivalentes à celles réalisées lors d'un match mais cela permet de limiter le désentraînement.

De manière plus précise, l'entraînement a débuté par 20 minutes d’échauffement avant un exercice de combinaison et finition par groupe de trois joueurs. Enfin, l'entraînement s'est terminé par deux matches de huit minutes, à 7 contre 7 sur un demi-terrain. Lors du premier match, les joueurs étaient contraints de réaliser 3 touches de balle maximum tandis qu'ils étaient libres lors du deuxième match. Paul Pogba a de son côté réalisé une séance individuelle avec Christophe Geoffroy, le kinésithérapeute de l'équipe de France, pour effectuer un travail de mobilité.

Vendredi 4 juin

Le lendemain, le groupe des 26 joueurs s'est retrouvé au complet pour un entraînement à dominante technique avec notamment un circuit de passes sur tout le terrain.

L'entraînement s'est conclu par une opposition à 9 contre 9 sans gardien, sur des mini-cages plus larges, et avec un joker évoluant avec l'équipe en possession du ballon sur un quart de terrain (largeur entre la ligne de touche et le bord de la surface de réparation). L'objectif est toujours le même. Faire prendre du plaisir aux joueurs tout en leur permettant une reprise en douceur à la compétition.

Samedi 5 juin

Matin: entraînement en salle vivacité/explosivité + séance d'endurance (travail intermittent)

Après la séance du vendredi 28 mai, les joueurs de l'équipe de France se sont retrouvés en salle de musculation pour un entraînement axé sur la vivacité et l'explosivité avec au programme 3 ateliers à réaliser avec à chaque fois 3 séries de 3 répétitions avec des exercices similaires à la précédente séance en y ajoutant des exercices de pliométrie (sauts) pour booster l'explosivité. Le peu de répétitions s'expliquent par la volonté du staff de ne pas fatiguer les joueurs et se focaliser sur des mouvements explosifs tout en conservant une grande qualité gestuelle, qui pourrait se dégrader avec plus de répétitions à cause de la fatigue.

L'entraînement s'est poursuivi sur le terrain avec une nouvelle séance de travail intermittent avec des joueurs répartis en trois groupes de niveaux différents. Le staff de l'équipe de France a ainsi continué cette phase de surcharge pour soumettre les joueurs à des hauts niveaux de contrainte pour provoquer une adaptation qui leur servira pendant la compétition, quitte à fatiguer les joueurs dans un premier temps.

Après-midi: opposition à 11 contre 11 sur ¾ de terrain

L'après-midi, les joueurs de l'équipe de France ont réalisé des oppositions à 11 contre 11 sur 3/4 de terrain. Contrairement aux entraînements précédents, Didier Deschamps a utilisé une surface de jeu plus grande pour se rapprocher des conditions d'un match tout en limitant la répétition des courses à très haute intensité, particulièrement épuisantes. Les joueurs ont disputé exactement 3 matches de 10 minutes avec une contrainte lors du premier match, avec 3 touches de balle maximum, puis du jeu libre pour les deux matches suivants.

Dimanche 6 juin

Séance légère l'après-midi

Comme chaque lendemain de journée d'entraînement intense, la séance suivante est plus légère et détendue pour permettre aux joueurs de récupérer tant physiquement que mentalement. On a ainsi pu voir Didier Deschamps organiser une séance ludique avec un match où les joueurs devaient se passer le ballon avec la main et marquer uniquement de la tête. Un jeu particulièrement intéressant pour développer la communication et la cohésion entre joueurs en plus d'être divertissant. Les joueurs ont enchaîné avec un toro autour du rond central, avec 3 joueurs en défense avant sans doute une mise en place tactique en vue du match contre la Bulgarie.

Lundi 7 juin

Mise au vert à Enghien-les-Bains puis entraînement au stade de France à 18h

Après s'être rendus à Enghien-les-Bains pour une mise au vert, les Bleus se sont entraînés à 18h au Stade de France, la veille de leur deuxième et dernier match de préparation avant l'Euro. Les joueurs ont réalisé des exercices de coordination et de vivacité avant sans doute une nouvelle mise en place tactique.

Mardi 8 juin: match amical contre la Bulgarie

Phase 2: affûtage

Après une première phase dont le but était de soumettre les joueurs à une charge d'entraînement élevée pour provoquer les adaptations physiologiques et rendre les joueurs plus endurants et résistants, la deuxième phase a consisté à leur faire récupérer, leur donner plus de fraîcheur, tout en maintenant les adaptations. C'est ce que l'on appelle la période d'affûtage. Pour réussir cette phase, il faut maintenir l'intensité tout en réduisant la fréquence d'entraînement.

Mercredi 9 juin

Le lendemain du match contre la Bulgarie a été propice à, d'un côté, la récupération des titulaires et leur reprise d'entraînement en douceur, et de l'autre, à un entraînement sous forme d'opposition pour les remplaçants. Les joueurs peu sollicités pendant le match ultra dominé par la France comme Raphael Varane ou Hugo Lloris en ont profité pour réaliser des exercices de renforcement musculaire.

Jeudi 10 juin

Opposition à 10 vs 10 sur un quart de terrain

Dès le jeudi (à J+2 après le dernier match), les Bleus se sont retrouvés sur le terrain avec une séance d'entraînement conclue par une opposition à 10 contre 10, sans gardien sur des mini-cages larges. Sans Antoine Griezmann, Karim Benzema, Paul Pogba et Adrien Rabiot, mis au repos pour des petits pépins physiques, les Bleus ont effectué deux matches de 10 minutes.

Vendredi 11 juin

Matin: séance de renforcement en salle de musculation

Le lendemain, les Bleus ont réalisé une nouvelle double séance dont une matinale en salle de musculation. Au programme: travail de pliométrie, travail de coordination et travail de force du haut et du bas du corps avec des exercices comme des fentes avant, de la presse à cuisses (quadriceps), du rowing barre buste penché (dos), du tirage menton (épaules), des tractions horizontales (pectoraux).

Après-midi: entraînement sous forme de tournoi de 5 contre 5

L'après-midi, les joueurs ont eu le plaisir de participer à un entraînement qui a débuté par un échauffement de 20 minutes avec 12 minutes de travail technique avec des passes, des appuis/remises suivis de 5 minutes d'étirements activo-dynamiques. Ensuite, Didier Deschamps a concocté un mini-championnat de 5 contre 5 sur 1/4 de terrain avec quatre équipes qui se sont affrontés en match aller-retour d'une durée de 4 minutes.

Antoine Griezmann et Karim Benzema se sont entraînés à part avec les kinés de l'équipe de France. Ils ont réalisé une séance avec beaucoup de changements de rythme et de changements de direction avec ballon pour se tester physiquement (avec des accélérations et des décélérations) et retrouver de bonnes sensations balle aux pieds.

Samedi 12 juin

Séance à huis clos

À quatre jours de son premier match de la compétition contre l'Allemagne, Didier Deschamps a concocté une séance d'entraînement à huis clos avec son groupe au grand complet pour travailler sa mise en place tactique pour le match contre l'Allemagne et travailler les combinaisons sur coups de pied arrêtés.

Dimanche 13 juin

Entraînement à intensité modérée voire basse

La veille de leur départ pour Munich, les Bleus ont réalisé un entraînement en fin d'après-midi que l'on devine léger. Les joueurs de Didier Deschamps ont travaillé durement les jours précédents et la priorité pour le sélectionneur est d'avoir des joueurs en pleine forme physiquement pour le premier match de la compétition.

Lundi 14 juin: Départ pour Munich et entraînement en fin de journée

Les Bleus se sont envolés pour Munich le lundi matin avant de s'entraîner à l'Allianz Arena dès 17h avec au programme des exercices de coordination et de vivacité. Par contre, les joueurs n'ont pas réalisé de mise en place tactique. Cette séance de veille de match est aussi cruciale pour prendre des repères sur le terrain.

Mardi 15 juin: Premier match de l'Euro 2020 contre l'Allemagne

Après une grosse préparation physique, les Bleus vont donc entamer leur compétition face à un adversaire coriace. Les jours suivants ce match seront cruciaux pour 1) optimiser la récupération des joueurs entre les matches 2) maintenir la bonne condition physique des remplaçants qui sont plus susceptibles de se blesser musculairement 3) continuer de surfer sur la base établie durant la préparation physique. Vous comprenez bien que les entraînements durant la compétition seront moins intenses que ceux durant la préparation, la priorité entre chaque match étant la récupération des joueurs qui ont disputé les matches tandis que les remplaçants doivent se maintenir à un haut niveau athlétique. C'est pourquoi la préparation physique d'avant compétition est vraiment cruciale. Nous saurons bientôt si celle des Bleus aura porté ses fruits.