FC Barcelone - Real Madrid : les notes du match

Le Real Madrid a remporté le duel entre les frères ennemis du foot espagnol sur le score de 3-1, au terme d'un match plutôt spectaculaire.

Fede Valverde au duel avec Clément Lenglet
Fede Valverde au duel avec Clément Lenglet ©Maxppp
La suite après cette publicité

Le grand rendez-vous de la saison en Espagne, c'était cet après-midi au Camp Nou. Sur la pelouse de l'impressionnante arène barcelonaise, certes privée de public, le FC Barcelone accueillait le Real Madrid. Les deux équipes ont un peu perdu de leur superbe, mais ce duel restait pour le moins intéressant pour deux raisons : Ronald Koeman innovait en alignant deux gamins de 17 ans, Pedri et Ansu Fati, alors que Zinedine Zidane jouait très gros cet après-midi puisque les médias ibériques parlaient d'une destitution en cas de défaite. En plus des deux joueurs cités, le coach néerlandais misait notamment sur Coutinho, et Messi, ça va de soit, avec comme autre nouveauté la présence de Dest, cette fois sur le côté droit, Alba étant de retour. En face, le Français misait sur un 4-3-3 et non un 4-4-2 comme le pensaient les journaux, avec un trio Asensio, Benzema, Vinicius devant. Nacho était la principale nouveauté sur le flanc droit de la défense.

Et ça commençait très bien pour les Merengues. Au bout de cinq minutes de jeu seulement et après une transition rapide, Benzema servait Fede Valverde qui fusillait Neto, impuissant (0-1, 5e). Une entrée en matière réussie, et derrière, Vinicius était proche du break. Mais les Catalans n'étaient pas abattus, vraiment pas. Lancé sur le côté gauche par Messi, Jordi Alba arrivait ligne de fond et trouvait Ansu Fati, en position de 9. Devant Courtois et Ramos, la pépite mettait le plat du pied pour égaliser (1-1, 8e). Début de match spectaculaire donc, et le Barça commençait à mettre le pied sur le cuir. Coutinho tentait sa chance de loin, sans succès (15e). C'était assez fluide dans le jeu, avec un rythme plutôt élevé des deux côtés. Courtois devait sortir une parade plus que décisive sur cette frappe de Messi dans la surface (24e). L'Argentin, après un joli ballon piqué de Coutinho, avait mystifié Ramos avant de tirer. Sur l'action suivante, Neto brillait à son tour devant Benzema (24e).

Koeman a perdu la main en deuxième période

Le spectacle était de mise, et le niveau sur la pelouse était bien meilleur que ce qu'on pouvait penser. Il n'y avait pas forcément d'occasions flagrantes à se mettre sous la dent sur la fin de la première période, mais les deux équipes se frayaient des chemins vers la surface rivale assez facilement. Sur du jeu de position avec quelques transitions rapides côté local, et en contre-attaque profitant des espaces laissés par la défense barcelonaise pour les visiteurs. Paradoxalement, c'est même le Real Madrid qui avait la possession, mais c'était très bas sur le terrain que les hommes de Zinedine Zidane conservaient le ballon. Au retour des vestiaires, la domination madrilène se continuait en matière de possession, et on attendait les deux coachs au tournant avec leurs remplacements. Ansu Fati, dans la surface et après un bon ballon en profondeur de Messi, voyait sa frappe frôler le montant droit de Courtois (51e).

Le Barça était très bien revenu dans la rencontre et Ansu Fati déposait un caviar sur la tête de Coutinho, qui ne cadrait pas (54e). Et alors que les Blaugranas étaient bien dans leur match, Lenglet accrochait le maillot de Ramos dans la surface. L'arbitre sifflait un penalty qui va faire parler dans les prochains jours à Barcelone. Le défenseur madrilène ne tremblait pas et transformait (1-2, 63e). De quoi animer les gazettes et les différentes émissions sportives du pays de Cervantes. D'autant plus que quelques minutes plus tard, Varane touchait le cuir de la main dans la surface, mais le Français avait le bras collé au corps. Le Barça poussait et Koeman faisait entrer, d'un coup et à dix minutes de la fin, Dembélé, Trincao et Griezmann. Dans le même temps, le Real Madrid s'était bien replié derrière, mais Neto devait se montrer impérial pour éviter le troisième, devant Kroos (85e) puis Ramos (86e). Entré en jeu plus tôt dans la partie, Luka Modric pliait la rencontre. Alors que Neto était sorti dans les pieds de Vinicius, le Croate récupérait le cuir, faisait danser le portier et les défenseurs, puis expédiait le cuir au fond des filets d'un extérieur parfait (1-3, 90e). Après deux défaites de rang, le Real Madrid et Zinedine Zidane prennent de l'air !

Revivez le film du match sur notre live commenté.

Retrouvez le classement de la Liga ici.

L'homme du match : Fede Valverde (7,5) : homme à tout faire du milieu de terrain du Real Madrid, Federico Valverde a montré toutes ses qualités. Son but d’attaquant marqué après un bel appel de balle en profondeur et une belle frappe de buteur devant Neto (5e) en est le parfait exemple. Mais le milieu de terrain uruguayen est aussi très intéressant au milieu de terrain, à la récupération ou lors des phases de jeu offensives. Est capable de gestes fous comme cette roulette réussie en première période. Remplacé par Luka Modric (68e) qui a eu moins d’activité au milieu de terrain que Valverde mais qui a marqué le troisième but du Real Madrid d’un but plein de sang-froid de l’extérieur du pied (90e).

Les notes

FC Barcelone

  • Neto (6,5) : le portier brésilien, toujours présent dans les cages en l'absence de Marc-André ter Stegen, a plutôt bien tenu son rôle malgré trois buts encaissés. Fusillé par Valverde, il ne peut pas vraiment être tenu pour responsable de l'ouverture du score, et un peu plus tard en première période, il sort un arrêt décisif devant Benzema (24e). Derrière, il n'est pas vraiment sollicité outre le penalty de Ramos et se montre plutôt serein sur les quelques fois où il a dû intervenir... Jusqu'à la fin de match, où il s'offre une double parade devant Kroos (85e), puis une autre intervention devant Ramos (86e).

  • Dest (6) : enfin aligné sur le flanc droit après avoir dépanné à gauche, l'international américain a montré pourquoi le FC Barcelone a tant insisté pour le recruter. Réputé pour ses qualités offensives, il a prouvé être assez serein lorsqu'il faut défendre. Il n'a pratiquement jamais été pris à défaut par les joueurs offensifs madrilènes. Intelligent dans les duels et son placement. Devant, il a été un peu moins à l'aise que Jordi Alba, mais a tout de même été tranchant sur certaines séquences, aidant aussi dans la construction du jeu.

  • Lenglet (3,5) : rencontre en dents de scie pour le défenseur tricolore, en tendant vers le mauvais tout de même. Très vite, il est mis en difficulté et est largué sur l'ouverture de Benzema pour Fede Valverde. Ensuite, il tient plutôt bien son rang malgré quelques frissons. Il provoque un penalty qui est certes discutable, mais où il joue aussi avec le feu en tirant le maillot de Ramos. Le positionnement haut de la ligne défensive barcelonaise ne l'a pas vraiment aidé.

  • Piqué (5) : le taulier défensif catalan a, comme son compère français mais à un degré moindre, eu du mal. Lenglet et lui se partagent les torts sur l'ouverture du score, puisque le positionnement des deux est mauvais. Mais outre cette action, le numéro 3 du Barça a plus ou moins été au niveau attendu, avec plusieurs transmissions coupées et plusieurs duels remportés, dans le jeu aérien notamment.

  • Jordi Alba (6,5) : de retour après trois semaines d'absence, le latéral catalan a fait énormément de bien à son équipe. Il a apporté énormément de danger devant, multipliant les montées et causant de nombreux soucis à Nacho puis à Lucas Vazquez. Il offre le but à Fati en tout début de match (8e), et a ensuite été impliqué dans bon nombre de situations chaudes de son équipe. Un peu de déchet tout de même avec des ballons mal dosés dans les derniers mètres. Braithwaite l'a remplacé en toute fin de partie mais n'a pas eu le temps de montrer quoi que ce soit.

  • Busquets (4) : un peu dans le dur cet après-midi ce bon vieux Sergio. Défensivement, il a été très perméable, laissant beaucoup d'espace à ses vis à vis dans son dos. Il est loin le Busi qui ne laissait rien passer au milieu. Et son équipe en a pâtit, forcément. Lorsqu'il avait le ballon dans les pieds, il a enchaîné le bon et le mauvais, avec des transmissions bien senties, brisant quelques lignes, mais aussi des passes mal assurées et pas forcément dans le bon tempo. Koeman l'a fait sortir pour faire entrer Trincao à dix minutes de la fin, mais le Lusitanien n'a pas pu peser sur la fin de match.

  • Frenkie de Jong (4,5) : le Néerlandais a rendu une copie plutôt propre sur la pelouse du Camp Nou cet après-midi, même si on est en droit d'en attendre un peu plus dans la création et au niveau de la prise de risque. Un match frustrant quand on sait de quoi il est capable, et au final, il n'aura pas vraiment été influent dans le jeu ni décisif. Il faut dire que ce positionnement en double-pivot avec Busquets le bride et ne l'aide clairement pas à développer son football.

  • Pedri (4,5) : la surprise du chef Koeman aujourd'hui. Du haut de ses 17 ans, il était aligné à une position qui n'était pas la sienne, sur le côté droit. Ce qui l'a handicapé, clairement, puisqu'il n'a pas semblé aussi à l'aise que d'habitude. Il n'a pas été mauvais, mais il a été plus discret qu'à l'accoutumée, jouant beaucoup la sécurité. Son entente avec Dest s'annonce en revanche prometteuse pour la suite de la saison, les deux hommes ayant combiné dans les petits espaces à plusieurs reprises. Remplacé par Griezmann à la 81e, auteur d'une entrée particulièrement médiocre.

  • Coutinho (5) : très en vue sur ce début de saison, le Brésilien a montré des détails de sa qualité dans ce Clasico. Un peu intermittent peut-être sur l'ensemble de la rencontre, mais il a fait mal lorsqu'il a récupéré le ballon à gauche avant de repiquer dans l'axe. Bon dans le un contre un, intelligent lorsqu'il a fallu combiner, il a cependant manqué d'adresse dans le dernier geste, à l'image de sa tête après ce caviar de Fati (54e). Prestation honnête dans l'ensemble.

  • Ansu Fati (6) : le petit prodige blaugrana a joué en pointe cet après-midi, et a très bien lancé sa rencontre avec ce but digne d'un renard des surfaces, en expédiant au fond un centre de Jordi Alba (8e). Et ce n'est pas tout, puisque l'international espagnol a été dans plusieurs bons coups devant, n'hésitant pas à décrocher et tomber sur les côtés. Un véritable 2 en 1 : créateur et finisseur. Son positionnement aussi haut semble en plus permettre à Lionel Messi d'avoir plus de liberté. Dembélé a pris sa place à la 81e mais n'a rien montré à part une frappe honteuse devant les cages.

  • Messi (6,5) : il n'était pas forcément à son meilleur niveau cette saison, mais cet après-midi, on a revu le grand Messi à plusieurs reprises. Des dribbles en veux-tu en voilà - Ramos et Casemiro pourront confirmer - et d'excellents ballons distillés pour ses partenaires, comme cette avant-dernière passe pour Jordi Alba sur le premier but catalan (8e). En somme, il a fait ce qu'on attendait de lui, être le playmaker de son équipe et faire des différences balle au pied. Il s'est un peu éteint en deuxième période, mais ça fait plutôt plaisir de revoir l'Argentin à ce niveau. Il ne lui a manqué que le but.

Real Madrid

  • Courtois (6) : match sûr et appliqué de la part du portier belge. S’il n’a rien pu faire sur le but de Ansu Fati, il réalise une parade incroyable sur une frappe de Messi à bout portant (23e). Solide.

  • Nacho (non noté) : entre une connexion avec Marco Asensio pas toujours optimale, et quelques errements défensifs, Nacho a connu un début de match compliqué. Le défenseur central repositionné latéral droit s’est d’ailleurs laissé aspirer et déborder par Jordi Alba sur le but de Fati. Averti (36e) à la 36e minute, il a dû céder sa place sur blessure à la 42e minute au profit de Lucas Vazquez (6,5). L’ancien ailier, pas vraiment habitué à jouer à ce poste, n’a pas eu à rougir de sa prestation et a parfaitement contenu les offensives barcelonaises sur son côté droit. Et en fin de match, il a clairement apporté offensivement avec quelques centres qui auraient pu connaître un meilleur sort.

  • Sergio Ramos (7) : absent en Ligue des Champions, l’indispensable Sergio Ramos était de retour en défense centrale. Toujours aussi précieux offensivement sur les coups de pieds arrêtés comme sur cette belle tête sur corner (23e, 48e) et son but inscrit sur penalty (63e), ça a été plus compliqué pour lui défensivement. S’il est en retard sur Fati (8e) sur le premier but du Barça, il est totalement mis à l’amende par Lionel Messi dans la surface (24e). Une seconde période bien plus aboutie pour le défenseur buteur qui a failli inscrire un doublé sur une reprise de volée bien détournée par Neto (87e)

  • Varane (6) : en grande difficulté en Champions League face au Shakhtar, le champion du monde 2018 a retrouvé quelques couleurs pour ce Clasico. Une première bonne intervention (3e) dès l’entame de match devant Lionel Messi puis plusieurs interventions tranchantes (26e) ont agrémenté une rencontre qui devrait lui permettre de retrouver de la confiance.

  • F. Mendy (6) : moins d’activité que d’habitude sur son côté gauche mais quelques interventions défensives intéressantes comme sur ce ballon chaud dégagé dans la surface devant Messi (79e). Un match sérieux de la part de l’international tricolore rarement mis en difficulté cet après-midi.

  • Casemiro (5) : un match solide au milieu de terrain de l’international brésilien qui a livré un duel âpre avec Lionel Messi. Averti assez tôt dans le match suite à une faute sur La Pulga (20e), il a failli craquer, mais a tenu bon en réalisant une intervention décisive dans la surface sur Messi (27e). Un match physique et au bord de la rupture à défaut d’être abouti.

  • Valverde (7,5) : voir ci-dessus.

  • Kroos (6) : match sérieux de la part de l’international allemand qui a bien tenu le milieu de terrain et s'est démultiplié dans l'entrejeu. Appliqué défensivement, il a délivré quelques belles passes comme celle en première période sur cette frappe de Karim Benzema (24e). À deux doigts de marquer sur une double occasion en fin de match bien repoussée par Neto (87e).

  • Asensio (5) : moins offensif qu’à l’accoutumée, l’international espagnol a beaucoup couru et a récupéré de nombreux ballons au milieu de terrain. Au fil de la rencontre, Asensio a reculé évoluant plus défensivement qu’offensivement avec un certain succès. Remplacé par Rodrygo (80e) qui a parfaitement décalé Modric sur le troisième but de la Casa Blanca.

  • Benzema (7) : plus aussi tranchant devant le but que la saison passée, Karim Benzema reste un formidable attaquant, comme l’atteste cette superbe passe décisive sur l’ouverture du Real Madrid de Valverde (5e). Très mobile et très disponible, l’attaquant français redescend, va chercher les ballons et oriente le jeu offensif de son équipe. Mais cela est resté brouillon à l’image d’une frappe cadrée trop molle et repoussé par Neto (24e), ou sur cette frappe enroulée qui s’envole dans le ciel du Camp Nou (56e). Alors qu'il n'a marqué qu'un but en Liga pour l'instant, il a toutefois été moteur dans les offensives de son attaque. Il ne manquait qu’un but pour sublimer sa rencontre.

  • Vinicius Jr (4) : très mobile en début de match, le feu follet brésilien, qui a toujours un déchet énorme dans son jeu, n’a pas ménagé ses efforts pour apporter le danger et prendre le meilleur sur Dest. A disparu des radars en deuxième mi-temps et a rarement fait les bons choix sur les ballons qu’il a eus en sa possession.

Plus d'infos

Articles recommandés

Commentaires