Maroc, La Gantoise : le réveil du Lion Tarik Tissoudali

Par Anas Bakhkhar
6 min.
Maroc, La Gantoise : le réveil du Lion Tarik Tissoudali @Maxppp

Pourtant inconnu du grand public il y a à peine six mois, Tarik Tissoudali, l'attaquant de La Gantoise, qualifiée pour la Ligue Europa Conference, s'est fait un nom dans le paysage footballistique marocain, s'imposant non seulement en club et progressivement en sélection.

Si La Gantoise pourra disputer la prochaine édition de la Ligue Europa Conference, c'est sûrement grâce à son meilleur buteur Tarik Tissoudali. Arrivé en Flandre Orientale en février 2021, le natif d'Amsterdam a disputé 68 rencontres sous le maillot gantois pour 33 buts et 14 passes décisives. Personne ne fait mieux à Gand depuis sa signature. Mais s'il faut retenir une saison durant laquelle il a réussi à proposer son meilleur football : 27 réalisations et 9 offrandes en 51 matches toutes compétitions confondues, terminant d'ailleurs troisième meilleur buteur de la Jupiler Pro League à l'issue de la saison régulière (19 buts). S'il a su se faire un nom en Belgique - et par la suite au Maroc, son ascension reste tardive puisqu'il n'a réalisé le meilleur exercice de sa carrière qu'à 29 ans.

La suite après cette publicité

Un début de carrière compliqué

Né à Amsterdam en 1993 de parents originaires de Tétouan, au nord du Maroc, Tarik Tissoudali tente de faire ses marques dans des clubs de la banlieue amstellodamoise avant de s'éloigner de sa famille pour son premier contrat professionnel au SC Telstar, à 35km de la capitale néerlandaise. Des prestations plutôt convaincantes en deuxième division batave qui lui vaudront un transfert... en France, au Havre Athletic Club. Néanmoins, s'il arrive en Normandie avec l'étiquette de future révélation de Ligue 2, le Néerlando-Marocain ne connaîtra jamais l'antichambre du football français, se contentant d'apparitions en réserve. Voyant que son jeune joueur ne prend pas de gallon avec la B, la direction havraise lui fait enchaîner les prêts en D2 néerlandaise, dont l'un d'eux (à Venlo) entaché par des soucis disciplinaires.

À lire Comment Regragui a essayé de convaincre Guendouzi de jouer pour le Maroc

Malgré sa dernière bonne saison à De Graafschap (10 buts en 20 matches), Tissoudali rompt son contrat avec les Salamandres et s'envole libre pour la Belgique, là aussi dans le deuxième échelon, à Beerschot. Et c'est dans le club anversois qu'il va enfin pouvoir s'illustrer devant les buts : le natif d'Amsterdam fait face à une concurrence rude à la pointe de l'attaque des Mannekes et devient au fil des saisons l'un des éléments importants de l'équipe dirigée par le Belge Stijn Vreven puis par l'Argentin Hernán Losada. En plus de sa technique au-dessus de la moyenne, Tissoudali a su se démarquer par son sang-froid développé durant le second exercice et une vision de jeu le plaçant dans la catégorie des attaquants altruistes, souvent impliqué sur la dernière passe. Un profil qui tape alors dans l'œil de la direction sportive de La Gantoise, qui débourse pas moins de 750 000 euros, l'une des meilleures ventes de l'histoire du KVBA...

La suite après cette publicité

La Belgique lui va si bien

Après avoir montré de très belles choses dans le deuxième échelon du football belge, Tarik Tissoudali devait alors faire ses preuves dans l'élite, et enfin prouver que les espérances qui le concernaient ces dernières années n'étaient pas vaines. Arrivé à la fin du mercato hivernal 2021 après avoir inscrit 8 buts en première partie de saison, le Marocain n'attend pas longtemps pour se montrer précieux sous ses nouvelles couleurs, avec un doublé pour accrocher le nul face au KAS Eupen dès sa première apparition en championnat. En Coupe de Belgique, il brille par un but (au 6e tour) et deux passes décisives en sept minutes lors de la victoire en huitième de finale face à Charleroi (3-1). Durant le reste de la saison, il n'inscrit que deux autres réalisations, qui n'auront pas de réelle incidence sur les victoires probantes des Buffalos. Avec le commencement d'une nouvelle saison complète, sa première dans une première division, Tissoudali ne va pas rater le coche, loin de là...

Exercice 2021/2022 : le numéro 34 des Buffalos, qu'il porte en hommage à Abdelhak Nouri, a profité de ses premiers mois, où il n'était pas un indiscutable du onze de Hein Vanhaezebrouck, pour prendre du gallon et devenir un élément clé du secteur offensif gantois. Avant même le début du championnat domestique, Tissoudali s'illustre par 3 buts et 1 offrande en qualifications pour la C4, où le club à la coiffe amérindienne ne passera pas les huitièmes de finale (face au PAOK Salonique, ensuite éliminé par l'OM). En Pro League, il ne cesse de faire trembler les filets, souvent ceux de concurrents directs aux top 4, qualificatif pour les playoffs pour le titre. Cependant, malgré 19 réalisations et 4 assists, La Gantoise termine à un petit point du Royal Antwerp de Radja Nainggolan, mais réussit quand même à s'offrir une place en Ligue Europa Conference. La saison n'est néanmoins pas blanche, avec un sacre en Coupe de Belgique, lors de laquelle ses coéquipiers s'imposent aux tirs au but aux dépens d'Anderlecht.

La suite après cette publicité

2022, la consécration

Tous ses accomplissements se font entendre jusqu'à l'autre côté du détroit de Gibraltar, où il avait déjà disputé trois rencontres avec la sélection olympique sous Hervé Renard. Avec l'absence sur blessure d'Abdessalam Ezzalzouli (FC Barcelone), le sélectionneur des Lions de l'Atlas Vahid Halilhodzic décide alors de convoquer le canonnier de La Gantoise pour la Coupe d'Afrique des Nations. Trois entrées en jeu intéressantes, mais sa fougue balle au pied n'empêchera pas le Maroc d'être éliminé par l'Egypte en quarts de finale. Deux mois plus tard, il confirme sa belle saison par une seconde convocation pour les barrages de la Coupe du Monde face à la République Démocratique. Et là, il ne se rate pas, avec un but égalisateur cinq minutes après son entrée en jeu à Kinshasa, et le break durant le temps additionnel pour le retour à Casablanca, envoyant ainsi le royaume chérifien pour son deuxième Mondial consécutif, le sixième de son histoire.

En quelques jours, il passe alors d'un joueur méconnu des Lions de l'Atlas à l'un des chouchous des supporters marocains. Pourtant décrié à sa première convocation, notamment en raison des absences de Noussair Mazraoui et Hakim Ziyech, le Tétouani d'origine s'est rapidement montré décisif, comme en club. Certains suiveurs le considèrent même comme un futur titulaire lors de la prochaine Coupe du Monde au Qatar, où le Maroc partagera sa poule avec la Belgique - comme un signe du destin - la Croatie et le Canada. En attendant, sa saison en club a été couronnée par le Soulier d'Ebène, récompensant le meilleur joueur africain évoluant en D1. Un équivalent du Prix Marc-Vivien Foé en France, où son compatriote Nayef Aguerd s'était également fait une place à côté du futur vainqueur Seko Fofana et Hamari Traoré. Malgré ses 29 ans, Tarik Tissoudali a encore quelques années devant lui pour faire briller l'écusson gantois et les armoiries du Pays du Couchant Lointain...

La suite après cette publicité
La suite après cette publicité
La suite après cette publicité

Fil info

La suite après cette publicité