Ligue des Champions : l'équipe type de la 2e journée

La deuxième journée de la Ligue des Champions s'est terminée ce mercredi soir. Voici les onze qui ont marqué ces deux soirées.

L'Equipe Type de la 2e journée de la Ligue des champions
L'Equipe Type de la 2e journée de la Ligue des champions ©Maxppp
La suite après cette publicité
  • Édouard Mendy (Chelsea) : quel parcours ! Le 1er août 2016, le portier jouait sa première rencontre professionnelle avec Reims en Ligue 2, après des années de galère. Ce mercredi soir, il gardait les buts de Chelsea en Ligue des Champions. L'ancien Rennais a probablement été le meilleur gardien de cette seconde journée et son équipe s'est imposée sur le score de quatre buts à zéro. Six arrêts, dont deux frappes dans la surface, deux sorties réussies, un clean-sheet. Une bien belle soirée.

  • Trent Alexander-Arnold (Liverpool) : les Reds ont mis du temps à sceller leur victoire à domicile contre Midtjylland. Jota (55e) et Salah (90e +3 sp) ont marqué les deux buts des Anglais. Concernant le latéral droit, on ne le présente plus, c'est probablement le meilleur à son poste dans le monde, après Bouna Sarr. Sur ce match, il offre une passe décisive à Jota, a remporté quatre de ses cinq duels au sol et surtout il a donné quatre passes clés tout en créant deux occasions ! Une grosse performance.

  • Jules Koundé (FC Séville) : s'il a failli signer cet été à Manchester City, ce n'est pas pour rien. Déjà exceptionnel la saison passée en Liga et en Ligue Europa, l'international Espoirs français remet ça cette saison. Contre le Stade Rennais, il a été taille patron du haut de ses 21 ans. Il a fait une interception, remporté huit de ses onze duels (quatre au sol et sept aériens). Il a performé aussi à la relance avec 89,1 % de passes réussies, dont cinq en profondeurs. Il a aussi été efficace offensivement avec trois tirs (dont un cadré).

  • Valeriy Bondar (Shakhtar Donestk) : il est l'un des moins connus de ce onze type. Pourtant le jeune défenseur central de 21 ans de la formation ukrainienne a fait le boulot contre l'Inter Milan ce mardi. À son actif, sept dégagements, deux interceptions, un tacle, quatre duels sur huit remportés et 84,2% de passes réussies pour un défenseur qui a subi une pression de Romelu Lukaku tout au long du match. Solide.

  • Oleksandr Karavaev (Dynamo Kiev) : pour ce côté gauche, on reste du côté de l'Ukraine. Karavaev, lui, a plus de bouteille que Bondar. Contre Ferencvaros, il a bien tenu la baraque malgré le nul arraché par les Hongrois en seconde période. Une interception, un tir, quatre duels sur six gagnés, 85,1 % de passes réussies et une passe clé pour le latéral de 28 années.

  • Miralem Pjanic (FC Barcelone) : on l'attendait. Le Bosnien, de retour à Turin (il a été transféré cette année), avait tout pour lui ce mercredi soir. Il a eu une grosse activité tout comme Frenkie de Jong à côté de lui. Il a réussi 86,6 % de passes réussies et tenté deux dribbles avec succès. Il a été aussi correct à la récupération avec deux interceptions et sept duels remportés sur treize disputés. Le Barça peut le remercier.

  • Hans Vanaken (Club Brugges) : la formation belge a fort à faire dans son groupe. Ce mercredi soir, elle recevait une formation de la Lazio amoindrie, mais néanmoins dangereuse. Le milieu de terrain s'est baladé sur toute la largeur du terrain et a inscrit un but, sur penalty. Il a été le maître à jouer de son équipe réussissant onze passes en profondeur sur treize tentées ! Il a réussi à créer une occasion tout en donnant deux passes clés. Déjà excellent contre le Zenit la semaine passée, Vanaken a remis ça. On attend impatiemment de le voir contre le Borussia Dortmund la semaine prochaine.

  • Marcus Rashford (Manchester United) : comment pourrait-on qualifier le match de Rashford contre le RB Leipzig ? Stratosphérique ? Entré en jeu à la 63e minute, l'international anglais s'est offert un triplé (74e, 78e, 90e +2), tout simplement. Sur les trente petites minutes qu'il a jouées, il n'a perdu que quatre ballons et a réussi 87,5% de ses passes. Solskjaer a eu du nez, semble-t-il.

  • Lionel Messi (FC Barcelone) : malgré un été plus que difficile, Lionel Messi est resté au très haut niveau. Ce mercredi, contre la Juventus, il a donné une passe décisive à Ousmane Dembélé en première période et marqué un penalty en toute fin de rencontre, mais ce n'est pas tout. Il a offert cinq passes clés, touché 109 ballons et crée deux occasions. Il a aussi été efficace dans ses dribbles (six réussis sur sept tentés). Une rencontre taille patron dans un match-choc, c'est tout ce qu'on attend de lui.

  • Marcus Thuram (Borussia Mönchengladbach) : il y a encore un peu plus d'un an, Marcus Thuram évoluait en Bretagne, à Guingamp. Ce mardi soir, il a inscrit un doublé contre le Real Madrid. Rien que ça. Si les Allemands ont longtemps cru l'emporter, c'est bien grâce au fils de Lilian. Il a eu beaucoup de sang froid sur une attaque rapide pour reprendre le centre d'Alassane Pléa et sur le deuxième, il remonte le ballon avant de récupérer un ballon relâché par Courtois (sur une frappe de Pléa) pour le pousser dans le but vide. Dire qu'il y a une semaine il devait montrer sa page Wikipédia pour entrer à Giuseppe Meazza...

  • Duvan Zapata (Atalanta) : on ne présente plus non plus le formidable buteur de cette exceptionnelle équipe de l'Atalanta. Menée par deux buts à zéro par l'Ajax Amsterdam, les Bergamasques ont réussi à renverser la vapeur et revenir à (2-2). Pour réduire l'écart, il pique parfaitement sa tête sur un joli centre de Papu Gomez. Sur le deuxième, il reçoit le ballon côté droit, accélère et envoie une frappe de mule dans le but. Il aurait pu inscrire un triplé si l'arbitre, après utilisation de la VAR, n'avait pas annulé un penalty.

Plus d'infos

Articles recommandés

Commentaires