L'OL face à la gestion compliquée de ses jeunes talents

Cet été, les Gones ont vu deux de leurs jeunes talents plier bagage. Un exil face auquel le club rhodanien va devoir réagir.

Vincent Ponsot (à gauche) promu à l'OL
Vincent Ponsot (à gauche) promu à l'OL ©Maxppp

Avant cette année 2020, Willem Geubbels et Jordi Gaspar avaient choisi de ne pas poursuivre leur formation à l’Olympique Lyonnais pour filer à Monaco. Et si les Gones avaient touché un chèque de 20 M€ (plus des bonus) sur le transfert d’un Geubbels âgé alors de 16 ans, cet exil de grands espoirs avait interpellé. Et deux ans plus tard, ce sujet fait toujours autant parler. Le défenseur Pierre Kalulu a rejoint l’AC Milan pour y signer son premier contrat professionnel et quelques semaines plus tard, c’est Amine Gouiri qui a demandé à plier bagage pour rejoindre l’OGC Nice.

La suite après cette publicité

Le départ de ce dernier avait d’ailleurs provoqué l’ire des supporters rhodaniens, déçus de ne pas voir ce buteur performant avec la réserve (8 buts en 12 matches la saison dernière) avoir sa chance chez les A. Une frustration encore plus présente après les débuts niçois réussis de Gouiri (2 buts, 1 passe décisive en 4 rencontres de Ligue 1). Un troisième larron, Melvin Bard, a lui aussi bien failli mettre les voiles avant que l’OL ne le rattrape in extremis en le prolongeant jusqu’en 2024, alors que le Bayern Munich lui faisait les yeux doux. Réputé pour savoir promouvoir les meilleurs talents de son centre de formation en équipe première avant de les revendre au prix fort, l’OL a-t-il perdu la main ?

L'OL veut d'abord des résultats

Interrogé par France Football, le directeur général du football du club, Vincent Ponsot, a avoué que les Gones allaient sans doute devoir changer leur fusil d’épaule face à ces jeunes désireux de jouer, même à des âges très précoces. « Il faut garder un équilibre. D’un côté, il faut s’adapter à l’évolution du monde et à l’évolution générationnelle, peut-être aussi appréhender les relations de manière différente. Évaluer les joueurs plus vite, se positionner plus rapidement et être plus fin dans notre analyse. Par contre, et c’est ça qui est un peu dur, il faut quand même garder des principes et ne pas y déroger. Et dans ce cas, il faut accepter de perdre des joueurs ».

Ce fut le cas avec Gouiri, comme l'avait révélé Juninho, le directeur sportif du club. Enfin, à l’heure où Rudi Garcia est la cible de critiques à cause de sa gestion des jeunes, Ponsot a tenu à rappeler que l’objectif premier de l’OL c’est d’avoir des résultats. « Dire “nos jeunes, ils jouent’’, c’est bien, mais nous, on a un impératif de résultats. Jamais on ne dira à un entraîneur : “Tu fais jouer les jeunes”. » Mais si le coach peut y arriver avec des jeunes du cru, l'OL ne boudera bien évidemment pas son plaisir.

Plus d'infos

Articles recommandés

Commentaires