Espagne - France : les notes du match

Dans un match à rebondissement, l'équipe de France s'est imposée dans les derniers instants contre l'Espagne et remporte cette Ligue des Nations (2-1). Le duo Benzema-Mbappé a encore été décisif et Lloris s'est montré héroïque.

Karim Benzema célèbre un but avec les Bleus
Karim Benzema célèbre un but avec les Bleus ©Maxppp
La suite après cette publicité

Soir de finale au Stade San Siro de Milan où l'équipe de France affrontait l'Espagne (20h45) pour tenter de remporter la deuxième édition de la Ligue des Nations. Vainqueurs de la Belgique, en demi-finales, au terme d'un match totalement renversant (3-2), les Bleus se présentaient en 3-4-1-2 avec Hugo Lloris dans les buts. Devant lui, Jules Koundé, Raphaël Varane et Presnel Kimpembe formaient la défense à trois tandis que Benjamin Pavard et Théo Hernandez assuraient la fonction de piston. Dans le rôle du double pivot, Paul Pogba accompagnait Aurélien Tchouaméni, suppléant Adrien Rabiot positif au Covid-19. Soutenu par Antoine Griezmann, Karim Benzema et Kylian Mbappé formaient à nouveau le duo d'attaque. De son côté, l'Espagne, tombeur de l'Italie mercredi dernier (2-1) se présentaient en 4-3-3 avec Unai Simon comme dernier rempart. Devant lui, Cesar Azpilicueta, Aymeric Laporte, Eric Garcia et Marcos Alonso composaient la défense. Positionné en sentinelle, Sergio Busquets accompagnait Gavi et Rodri dans l'entrejeu. Positionné en tant que neuf, Mikel Oyarzabal formait l'attaque avec Ferran Torres, auteur d'un doublé contre la Nazionale, et Pablo Sarabia.

Après un rapide round d'observation sous les yeux de 37 000 spectateurs réunis dans l'enceinte milanaise, les Bleus se créaient la première très grosse occasion de cette finale. Sur un sublime service plein axe de Pogba, Benzema crochetait Simon avant de centrer en retrait pour Mbappé mais la Roja parvenait à éloigner le danger (6e). Piqués à vif, les Espagnols répondaient dans la foulée. Trouvé par Torres, dans le dos de Varane, Sarabia, en position idéale, écrasait finalement trop sa frappe croisée (12e). Malgré ces deux situations d'entrée de jeu, la rencontre perdait largement en intensité et bien que dominatrice collectivement (67% de possession à la demi-heure de jeu), la Roja ne se montrait pas dangereuse pour autant. Juste avant la pause, les Tricolores perdaient Varane, touché musculairement, qui laissait sa place à Upamecano (42e). Un premier acte globalement décevant (un seul tir cadré dans cette finale) où les hommes de Didier Deschamps restaient solides défensivement face à des Espagnols multipliant des séquences de domination stériles.

Le duo Benzema-Mbappé change tout !

Au retour des vestiaires, la physionomie du match ne changeait pas. Face à la domination collective des hommes de Luis Enrique, les coéquipiers de Pogba commençaient à multiplier les fautes et la pression s'accentuait de plus en plus sur le but de Lloris. Il fallait finalement attendre l'heure de jeu pour voir les débats totalement s'enflammer. Sur un contre lancé par le duo Tchouaméni-Pogba, Mbappé, trouvé sur le côté gauche, décalait Benzema. Le Madrilène servait Hernandez en plein cœur de la surface mais la frappe du latéral milanais fracassait la barre transversale de Simon (64e). Dans la continuité, Busquets envoyait Oyarzabal dans la profondeur. Au duel avec Upamecano, le buteur de la Real Sociedad résistait et ajustait Lloris d'une frappe croisée parfaite (1-0, 65e). Pourtant les Bleus n'allaient pas douter longtemps... Toujours en contre, Pogba lançait Mbappé dans le couloir gauche. Bien servi par KM7, Benzema fixait Azpiliculeta avant d'enchaîner d'une sublime frappe enroulée dans la lucarne droite de Simon (1-1, 66e).

Forts de cette égalisation, les Bleus continuaient sur leur lancée. De plus en plus trouvé aux abords de la surface espagnole, Mbappé se signalait une nouvelle fois mais ses tentatives manquaient de précision (68e) ou de force (72e) avant de libérer les siens. Lancé par Hernández, le buteur parisien se présentait face à Simon et enchaînait passements de jambes-frappe victorieuse pour exulter avec ses coéquipiers (2-1, 80e). Un but décisif, vérifié par la VAR pour une potentiel position de hors-jeu mais finalement validé. Malgré deux énormes dernières frayeurs sur les frappe d'Oyarzabal et de Fornals superbement détournées par Lloris (89e, 90+4e), les Bleus tenaient leur avantage au score (2-1) et remportaient la Ligue des Nations 2021.

L'homme du match : Benzema (7,5) : il rate son duel devant Simon (5e) et n'a plus été très en vue dans cette rencontre. Mais comme à son habitude, le buteur du Real Madrid a su se montrer décisif alors que les Bleus étaient menés au score. Il trouvait la lucarne droite d'Unai Simon et égalisait pour les Bleus d'un sublime bijou (66e). Il entame le réveil des Bleus dans cette partie et a délivré quelques ballons intéressants en fin de rencontre, sur les contre-attaques (86e, 88e). L'ancien Lyonnais s'est encore une fois montré en patron et remporte son premier trophée avec la France.

Espagne

- Simon (5) : il sort bien devant Benzema et force celui-ci à s'excentrer, l'empêchant de pouvoir marquer (6e). Mis à part sur cette action, il n'a jamais été inquiété en première mi-temps, la France n'ayant frappé qu'une seule fois au but. Il a parfois pris des risques dans la relance, notamment sur cette passe de 30 mètres plein axe (44e). Il ne peut que dévier du bout des doigts la magnifique frappe de Benzema (66e) et il est difficile pour lui d'intervenir sur Mbappé, laissé seul dans la surface (80e).

- Azpilicueta (5,5) : bonne première mi-temps du défenseur de Chelsea, qui a bien tenu son couloir (2/3 duels gagnés à la pause). Il avait beaucoup d'espace sur son côté droit afin d'apporter le surnombre dans le camp adverse, avantage dont il n'a pas assez profité. Il laisse trop d'espace à Benzema et laisse ce dernier contrôler, rentrer sur son pied droit et enchaîner par une frappe qui termine au fond des filets de Simon (66e).

- Garcia (5,5) : préféré à Pau Torres ce soir, il a très bien défendu, notamment face à Mbappé, que ce soit à la course ou dans les airs. Il a été solide dans les duels qu'il a disputés (4/5 duels gagnés), ce qui lui a permis de récupérer quelques ballons (6 ballons récupérés) et a été impeccable dans les relances (96 % de passes réussies). Il était proche d'intercepter la passe de T.Hernandez pour Mbappé qui amène le deuxième but français, mais son tacle glissé est finalement trop court (80e).

- Laporte (5) : il a bien géré la profondeur et n'a jamais été mis en difficulté en première mi-temps. À la pause, il avait remporté la totalité de ses duels et a été très propre dans ses relances (93 % de passes réussies). À l'image de son équipe, il a plus souffert en seconde période. Il est trop loin pour pouvoir intervenir sur les deux buts français et a eu du mal à gérer la pression mise par ses derniers afin de gêner les relances de la Roja, ce qui a entraîné quelques pertes de sa part (11 ballons perdus).

- Alonso (5) : comme Azpilicueta, il n'a pas été mis en difficulté lors du premier acte, même si l'on pouvait attendre plus de lui offensivement. Il effectue un très bon retour pour tacler le ballon devant Mbappé, qui se serait retrouvé seul face à Simon (54e). Il était proche d'offrir la balle d'égalisation à Oyarzabal, mais l'attaquant espagnol a dû s'incliner face à Lloris (88e).

- Gavi (5) : première mi-temps très intéressante du jeune espoir barcelonais. Il a proposé beaucoup de solutions à son équipe en se déplaçant entre les lignes adverses. Défensivement, il a su compenser son déficit physique par un bon placement et beaucoup d'envie. Il a eu plus de mal au retour des vestiaires et s'est peu à peu éteint. Remplacé par Koke (74e).

- Busquets (6,5) : première mi-temps presque parfaite de la part du milieu de terrain du FC Barcelone. Tous les ballons passaient par lui et il a très bien orienté le jeu de son équipe. À la pause, il avait réussi la totalité de ses passes (100 % de passes réussies) et perdu un seul ballon. Il parvient à servir Oyarzabal par-dessus la défense française, qui ouvre le score pour la Roja (64e).

- Rodri (4) : sa perte de balle au milieu de terrain aurait pu coûter chère à la Roja, car elle mène à la grosse occasion de Benzema (6e). Il a été le milieu espagnol le plus en difficulté, notamment dans les duels (5/12 duels gagnés). S'il a récupéré 3 ballons, il en a également perdu 7. Remplacé par Fornals (85e), qui était tout proche d'égaliser dans le temps additionnel. À la réception d'un corner au deuxième poteau, il reprend le ballon de volée, mais sa tentative est repoussée par Lloris (90e+4).

- Torres (5,5) : il sert bien Sarabia dans le dos de Varane, mais sa frappe est trop écrasée (12e). Toutes les offensives espagnoles sont venues de son côté en début de match. Très remuant, il a pris le dessus dans son duel avec T.Hernandez. Il a beaucoup centré, parfois un peu trop, mais n'a pas souvent trouvé preneur. Joueur espagnol le plus dangereux en première mi-temps, il l'a été beaucoup moins au retour des vestiaires. Remplacé par Merino (85e).

- Oyarzabal (6,5) : positionné à la pointe de l'attaque espagnole, il a souvent permuté avec Sarabia, situé lui sur le côté gauche. Il a pausé des problèmes à la défense française par ses déplacements, sans pour autant réussir à se mettre en bonne situation pour inquiéter Lloris. Il aura fallu attendre la seconde mi-temps pour cela. Trouvé par Busquets, il peine à s'emmener le ballon, mais parvient tout de même à prendre le dessus sur Upamecano et trompe le gardien français d'une frappe croisée à ras de terre (64e). Il avait la balle d'égalisation, mais n'a pas réussi à ajuster sa reprise de volée, finalement sortie par Lloris (89e).

- Sarabia (3) : son bon appel dans le dos de Varane mène à la première situation intéressante pour l'Espagne, mais s'il ne met pas assez de puissance pour réellement inquiéter Lloris (12e). Cela restera son seul fait d'armes de la première mi-temps, durant laquelle il a été en difficulté. Sur ses 23 ballons touchés, il en a perdu 14, beaucoup dû à des transmissions peu précises (33 % de passes réussies à la pause). Il vient gratter le ballon dans les pieds de Koundé, enchaîne par un une-deux avec Oyarzabal, mais rate son centre, alors que l'Espagne avait une belle occasion pour ouvrir le score (53e). Remplacé par Pino (60e).

France

  • Lloris (7) : efficace sur ses sorties, un peu moins dans ses relances, le portier des Bleus a vécu une partie assez tranquille avec seulement un arrêt à signaler jusqu'à l'heure de jeu. Il ne peut pas grand-chose sur l'ouverture du score d'Oyarzabal à bout portant. Mais après l'égalisation des Bleus, il sauve l'équipe de France en détournant une grosse reprise d'Oyarzabal (88e) et réalise une nouvelle parade sublime devant Fornals (90e+5). Un match héroïque de la part du capitaine de la formation tricolore, comme souvent lorsqu'elle en a besoin.

- Kimpembe (5) : une erreur sur un tacle et une relance approximative à noter (26e), dans une première période où il aura été en difficulté devant l'attaque de la Roja. Il s'est ensuite montré plus rassurant après la pause et a notamment comblé quelques erreurs défensives d'Upamecano.

  • Varane (non noté) : un début de match compliqué où il a souvent été amené à faire faute (3). Seulement 20 ballons touchés pour le Mancunien avant de céder sa place à Dayot Upamecano (40e) (3,5), pour une blessure à la cuisse. Le défenseur central du Bayern Munich a réalisé une entrée compliquée où il a souvent eu des erreurs de placements. Il est fautif sur son duel avec Oyarzabal sur l'ouverture du score des Espagnols. Également une perte de balle dangereuse près de sa surface (57e).

  • Koundé (6) : un joli retour devant Sarabia (6e), également un autre retour devant Oyarzabal (45e+1) à signaler. Sur son côté droit, il a notamment réalisé cinq interventions décisives et à réussi à contenir Sarabia et Rodri. Une perte de balle très dangereuse qui aurait pu amener un but espagnol (52e). Prestation très convaincante dans l'ensemble.

  • T. Hernandez (6) : il a eu beaucoup de mal en début de match contre Torres. En première période, le défenseur milanais n'a pas réussi à trouver ses marques dans ce système malgré une première convaincante face à la Belgique (2-1). Mais après la pause, il a pu beaucoup plus s'exprimer en trouvant notamment la transversale (63e), avant de lancer Mbappé, à la limite du hors-jeu, pour délivrer une belle passe décisive et permettre aux Bleus de repasser devant.

  • Tchouaméni (6) : une belle récupération amenant la frappe de Benzema (5e), après un début de match où il aura été juste techniquement. Le Monégasque a beaucoup aidé la défense des Bleus, avec notamment une superbe intervention défensive dans la surface (56e) et un total de quatre ballons récupérés et quatre ballons aériens récupérés. Une finale réussie. Offensivement, il s'est montré plus discret que lorsqu'on a l'habitude de le voir sous le maillot de l'AS Monaco.

  • Pogba (5) : une belle passe en profondeur pour Benzema (5e) et quelques sorties de balles intéressantes. Il lance parfaitement Benzema en profondeur (5e), avant de perdre un ballon amenant un contre d'Oyarzabal (45e+1). Après la pause, il est à l'origine du but de Benzema, lorsqu'il lance Mbappé en profondeur. Il passe de peu à côté de l'exclusion sur une semelle en retard sur Busquets (46e). Un match contrasté de la part du Mancunien, où il a tout de même su se montrer décisif. Défensivement, il a parfois fait preuve de passivité.

  • Pavard (4) : une finale compliquée pour le Munichois. Peu en vue sur le flanc droit dans ce système en 3-5-2, il a beaucoup aidé Koundé défensivement sur son côté en première période. Après la pause, il a été trop peu efficace dans les phases offensives et a notamment manqué sa passe en profondeur pour Mbappé sur une contre-attaque (55e). Remplacé par Dubois, qui a réalisé une entrée solide.

  • Griezmann (4) : une bonne récupération (30e) et quelques décalages intéressants en début de partie. Mais au fur et à mesure de la partie, Griezmann s'est éteint et n'a vraiment pas apporté offensivement dans cette rencontre. Seulement un tir complétement raté dans cette partie où il aura souvent été bien pressé par le milieu de terrain de la Roja. Remplacé par Veretout en toute fin de rencontre (90e+4).

  • Mbappé (6,5) : voilà un match compliqué à analyser de la part de l'attaquant parisien. Inexistant en première période, il a notamment manqué une contre-attaque (53e) mais s'est par la suite montré très disponible pour les siens en se signalant notamment avec six frappes en fin de rencontre (68e, 71e, 77e, 82e, 88e). En fin de rencontre, Mbappé a délivré les Bleus en trompant Simon (80e) et réalise une passe décisive pour Benzema, lors de l'égalisation. Décisif.

  • Benzema (7,5) : voir ci-dessus

Revivez ici la rencontre en live commenté.

Le classement des buteurs de la Ligue des Nations

Le classement des passeurs de la Ligue des Nations

Les compositions officielles au coup d'envoi

Le XI de l'Espagne

Le XI de la France

Plus d'infos

Commentaires