Lens - OM : les notes du match

Par La Rédaction FM
10 min.
Jonathan Clauss, joueur de l'OM. @Maxppp

L’OM se déplaçait à Felix Bollaert pour y affronter le RC Lens, lors de la 34ème journée. Malgré une bonne entame, les Phocéens ont complètement chuté face aux Sang et Or (2-1).

C’était le choc attendu de cette fin de saison de Ligue 1. Lens et l’OM, les deux équipes les plus séduisantes du Championnat, s’affrontaient pour une place du dauphin du PSG. Un match donc très important et qui s’annonçait tendu. Pour ce match à domicile, les Lensois se présentaient en 3-4-3 avec un trio d’attaque Openda, Sotoca, Fulgini. De son côté, Igor Tudor misait sur du classique avec Sanchez, Malinovskyi, Under alors que Guendouzi débutait sur le banc malgré sa belle entrée lors du dernier match. Et dans cette rencontre qui débutait sur un gros rythme, l’OM pensait faire le coup parfait à la 8e. Sur une grossière perte de balle de Danso, Alexis Sanchez en profitait et allait tromper Samba. Mais le but du Chilien était annulé pour une faute sur le défenseur autrichien. De quoi réveiller une équipe lensoise qui avait quelques difficultés. Seko Fofana répondait en envoyant une lourde frappe sur le poteau (22e). L’international ivoirien finissait par ouvrir le score juste avant la pause en envoyant un nouveau missile de l’extérieur de la surface qui ne laissait aucune chance à Pau Lopez (42e). Un coup de massue sur la tête des Marseillais.

La suite après cette publicité

Pour ne rien arranger, l’OM perdait sur blessure Alexis Sanchez à la pause. C’est le jeune Vitinha qui le remplaçait sur le front de l’attaque. Pas de quoi perturber la défense lensoise, au contraire. Car dans ce second acte, Lens écrasait totalement Marseille et se procurait les plus grosses occasions. Les hommes d’Igor Tudor ne parvenaient pas du tout à mettre le pied sur le ballon et à s’approcher de la cage d’un Brice Samba tranquille. Et ce qui devait arriver arriva. Sur une contre-attaque éclaire, Lois Openda plaçait sa tête au second poteau et faisait le break. L’attaquant belge inscrivait son 19e but de la saison et assommait l’OM. Car par la suite, les Marseillais se découvraient totalement et laissaient l’occasion aux Lensois d’inscrire un troisième but. Mais la maladresse d’un Fofana, ou d’un Sotoca permettait à l’OM d’espérer jusqu’au bout. Comme un symbole, c’est Dimitri Payet qui redonnait de l’espoir à son équipe en réduisant l’écart en fin de rencontre (88e). En vain. Lens remporte donc ce choc de Ligue 1 et fait la très belle opération du jour, car il repasse devant au classement et revient à 3 points du PSG.

À lire OM : Matt Pokora créé la polémique après le transfert de Mason Greenwood

Homme du match

Seko Fofana (8) - L’international ivoirien a surnagé dans cette rencontre. D’entrée, il a tenté d’apporter de la verticalité par ses incursions, bien qu’il ait souvent manqué de relais à ses côtés. Il a tenu son rang de leader en sonnant la révolte, d’abord par sa lourde frappe sur le poteau (31e), puis à nouveau en marquant, cette fois, dans une position similaire à l’entrée de la surface (41e). Au retour des vestiaires, il n’a pas baissé en régime et a jeté plusieurs froids par ses percées déroutantes (53e, 60e). Il manque de lucidité sur son trois contre un qu’il négocie mal, mais difficile de le condamner tant il a rayonné.

La suite après cette publicité

RC Lens

- Samba (6,5) : il ne marque pas de but mais en sauve tellement que c’est tout aussi énorme. Au chômage partiel pendant la première mi-temps, l’international tricolore a su rester concentré pour surgir sur la seule véritable occasion marseillaise devant Veretout (45e). Sur ses sorties, il a constamment insufflé un climat de sérénité. Il est difficilement blâmable sur le but de Payet où sa défense l’abandonne (88e).

- Frankowski (5,5) : dans son couloir droit, le Polonais s’est montré souverain et a plutôt bien gêné Tavares, orphelin de bons ballons. S’il s’est peu montré sur le plan offensif en première mi-temps, il a rectifié le tir au retour des vestiaires, où son centre au cordeau a permis à Openda de libérer Bollaert (60e). Rare ombre au tableau : sa naïveté sur le but de Payet où il se jette trop facilement et interprète mal la situation (88e).

La suite après cette publicité

- Gradit (7) : l’expérimenté défenseur artésien a livré une copie sans bavure ce soir. Ses bons jaillissements ont permis de soulager son équipe lorsqu’elle était asphyxiée par la pression marseillaise (7e, 16e, 53e). Avec le ballon, il n’a jamais eu peur non plus de briser le premier rideau défensif marseillais par ses passes tranchantes. Comme souvent cette saison, il a maintenu son équipe à flot et a encore une fois prouvé qu’il était une référence à son poste en France.

- Danso (5,5) : l’Autrichien a vécu une soirée branchée sur courant alternatif. Si Alexis Sanchez lui a mis la tête à l’envers en début de rencontre par ses décrochages et ses appels incessants, il a su émerger par la suite. Autoritaire dans les airs (33e, 74e), il s’est également mué en pompier de service grâce à plusieurs interventions décisives (48e, 50e).

La suite après cette publicité

- Medina (6,5) : impactant, rugueux, décomplexé. Le défenseur argentin a livré une copie appliquée ce soir. Sa lecture du jeu et son bon positionnement lui ont permis de récupérer un tas de ballons chauds (2e, 34e, 40e). Parfois rattrapé par son tempérament primesautier, à l’image de sa frappe sur le banc marseillais qui lui a valu un carton jaune, il a tout de même mis hors d’état de nuire Ünder du début à la fin, malgré la menace d’une expulsion au dessus de sa tête.

- Machado (5) : incertain avant la rencontre, le Colombien a finalement tenu son rang dans son couloir. Tranchant dans les duels, il a
barré le chemin de Clauss lorsqu’il tentait d’arpenter son couloir (29e, 32e, 39e), et a incarné un relais permanent et fiable sur son côté. Il a néanmoins donné la sensation d’accuser le coup physiquement au retour des vestiaires en revanche. Remplacé par Haïdara (56e), solide face aux montées de Kaboré.

- Onana (5) : de nouveau aligné en l’absence d’Abdul Samed, le milieu de terrain camerounais a réalisé une prestation assez neutre ce soir. S’il a avalé les kilomètres à la pelle, récupérant par la même occasion plusieurs ballons chauds (67e, 83e), il a donné la sensation de se chercher dans les circuits offensifs de son équipe. Il a surtout servi du réchauffé avec le ballon. Remplacé par Poreba (90e).

- Fofana (8) : ci-dessous

- Sotoca (4) : toujours aussi généreux dans les efforts, l’ancien Grenoblois n’a en revanche pas été dans le ton de la rencontre avec le ballon. Il a manqué d’influence et n’a pas toujours fait les bons choix lorsque son équipe avait des situations intéressantes (13e, 42e, 79e). Il doit cadrer sur sa frappe à l’entrée de la surface (82e). Actif mais pas assez productif.

- Fulgini (5) : titularisé en lieu et place de Thomasson, l’ancien Angevin s’est montré remuant ce soir. S’il a parfois manqué de justesse dans ses choix en première mi-temps (27e, 34e), il a été un poison par son placement entre les lignes et sa qualité technique. Il s’est peu à peu effacé au retour des vestiaires. Remplacé par Thomasson (57e).

- Openda (7) : sur une série de 3 buts sur ses 2 derniers matchs, l’international belge a confirmé la période faste qu’il traverse actuellement. S’il a manqué de réussite en première mi-temps malgré une volonté infaillible d’apporter du rythme à la rencontre, il a su rectifier le tir en étant à la retombée d’un centre de Frankowski pour inscrire son 19e de but de la saison en Ligue 1. Ses nombreuses fautes obtenues sous pression ont été un véritable bol d’air frais pour son équipe. Remplacé par Buksa (90e).

Olympique de Marseille

- Lopez (4) : à la pause, le portier espagnol n’avait réalisé aucun arrêt. Il est un poil trop court sur la grosse frappe de Fofana, lors de l’ouverture du score lensoise (42e). Tout comme sur le second but lensois d’Openda (60e). Mais il ne pouvait guère faire mieux.

- Mbemba (4) : habitué à être solide, le défenseur congolais a bien eu du mal à se montrer aussi indispensable. Il a perdu une dizaine de ballons et a réalisé très peu d’interventions. Par rapport à son statut, Mbemba a été loin d’être flamboyant. Remplacé par Guendouzi à la 76ème minute.

- Gigot (non noté) : début de match marqué par quelques belles interventions, avant sa sortie sur blessure. Remplacé par Balerdi (3) à la 29ème minute qui a réalisé une entrée plus que discutable, alors que Gigot faisait une belle entame. Il a été bien trop brouillon dans ses prises de décisions défensives. Il a également laissé trop d’espaces dans l’axe, ne s’est pas bien entendu dans la construction avec Kolasinac. Manque véritable de solidité et automatisme.

- Kolasinac (3,5) : il a perdu énormément de ballons et a semblé quelque peu perdu dans ses interventions. Il a commis deux fautes. Une prestation assez compliquée pour la défense marseillaise qui n’a jamais su contrer efficacement les occasions lensoises.

- Clauss (5) : très bonne première période du latéral droit avec une grosse présence sur son côté. Il a multiplié les incursions sur son aile, notamment cette frappe dans le petit filet après une solide percée. Remplacé par Kaboré à la 76ème minute.

- Rongier (5) : le milieu marseillais a su se montrer dangereux en attaque dès l’entame avec cette tête bien stoppée par Samba (13e). Il a néanmoins été averti pour une grosse faute dans le rond central avant la pause (45e+3). Mais défensivement, il a laissé beaucoup trop d’espaces devant la défense, symbole d’un secteur désorganisé ce soir. Il a néanmoins délivré une passe décisive pour Payet sur la réduction du score (88e).

- Veretout (4,5) : il a eu quelques belles opportunités devant les cages, tout en étant assez important dans la création et la circulation du ballon. Le milieu marseillais a été plutôt correct dans le marasme collectif de l’OM.

- Tavares (4,5) : sa première période a été intéressante avec de solides percées sur son côté et des centres bien inspirés. Malgré cela, il a manqué de consistance dans sa prestation, glissant petit à petit dans la discrétion surtout en attaque. Il a été averti pour s’être plaint auprès de Monsieur Turpin (68e).

- Malinovskyi (4) : l’Ukrainien a été présent en attaque dans le premier acte avec une première tentative loupée (14e). Il a fait preuve d’une grosse adversité pour provoquer des fautes et des coups de pied arrêtés. Le milieu marseillais a délivré un caviar peu avant la pause pour Veretout (45e+3). Tout comme en seconde période avec plusieurs tentatives inespérées (47e, 53e). Beaucoup d’opportunités mais en réel manque de justesse. Remplacé par Payet à la 76ème minute qui a réduit le score des Marseillais et a amené une réelle intensité et pression jusqu’au coup de sifflet final.

- Ünder (6) : il s’est rapidement illustré avec une frappe dans l’axe, contrée par la défense lensoise (7e). Comme à son habitude, il a distillé de nombreux ballons excellents à ses coéquipiers. Dans la construction et l’animation offensive, le Turc a été indispensable avec 100% de passes réussies en première mi-temps. Il a été encore ce soir le meilleur joueur de son équipe.

- Sanchez (4,5) : grosse combativité sur «l’ouverture du score» où il a installé un pressing pour chiper le ballon dans les pieds de Danso et finir proprement en face-à-face (8e). Finalement annulé pour une faute du Chilien (9e). Il a été indispensable dans les décalages et l’animation offensive de son équipe. Légèrement touché, il est sorti à la mi-temps. Remplacé par Vitinha (3,5) à la 45ème minute qui n’a jamais su être décisif sur le peu d’occasions en seconde période.

La suite après cette publicité

Fil info

La suite après cette publicité