Real Madrid : une année historique et presque parfaite

Par Hanif Ben Berkane
4 min.
Le Real Madrid remporte la Coupe du Monde des Clubs. @Maxppp

Ce samedi soir, le Real Madrid s’est offert un nouveau trophée à poser dans son armoire déjà très bien garnie. La victoire face à Al Hilal en Coupe du Monde des Clubs vient conclure une année 2022 riche en succès.

C’est dans un stade Prince Moulay Abdellah plein et acquis à sa cause (ou presque) que le Real Madrid a remporté la Coupe du Monde des clubs 2022 (qui se déroulait en février 2023 donc). Face au club saoudien d’Al Hilal, le vainqueur de la Ligue des Champions asiatique qui avait sorti Flamengo et le Wydad lors des tours précédents, le Real Madrid a fait le spectacle avec une victoire spectaculaire (5-3). Mais les hommes de Carlo Ancelotti ont surtout remporté le quatrième trophée de l’année 2022 après la Liga, la Supercoupe d’Espagne, et la Ligue des Champions et le 100e de leur histoire (rien que ça). Les Madrilènes ne sont passés qu’à côté de la Coupe du Roi avec cette élimination en quart de finale face à l’Athletic Bilbao. Un bilan très honorable et qui semble être devenu quasi normal pour le Real Madrid.

La suite après cette publicité

C’était globalement le constat de la saison dernière : le Real Madrid ne sait pas perdre ou a globalement du mal à échouer lorsqu’il a un trophée à portée de main. Le PSG en avait fait les frais. Un peu comme Chelsea, Manchester City et Liverpool. Même sans briller, même sans dominer ou sans être très serein, la formation de Carlo Ancelotti répond présent, semble prête à tous les scénarios possibles et rebondit donc toujours. Plus impressionnant encore, l’effectif n’évolue quasiment plus ou très peu et les solutions sur le banc ne font pas rêver sur le papier. Mais les cadres répondent toujours présent, et les remplaçants arrivent à tenir la baraque. Symbole de cette flexibilité, le Real Madrid a démarré avec le polyvalent Camavinga au poste de défenseur latéral gauche. Pour le reste, du classique et l’inamovible duo Modric-Kroos dans l’entrejeu. Un duo plus proche de la fin que du début, même si les observateurs disaient la même chose il y a déjà deux ou trois ans.

À lire Real Madrid : les conseils de Mesut Özil à Arda Güler

Les cadres ne lâchent jamais l’équipe

Depuis son arrivée à la tête du Real Madrid, Carlo Ancelotti a justement toujours pu compter sur ses cadres. Rares sont les fois où les soldats du technicien italien sont passés à côté. Si le duo du milieu de terrain a assuré, c’est aussi le cas de celui de l’attaque. Tout juste de retour de blessure, Karim Benzema a encore trouvé le chemin des filets dans cette finale. C’est également le cas du Brésilien Vinicius véritable dynamiteur qui s’est offert un doublé et une passe décisive délicieuse pour KB9. Et il a logiquement été élu homme du match de cette finale.«Vinicius continue de s’améliorer et fait la différence à chaque match. Il a marqué le but de la victoire en LDC et a également marqué un but important ce soir. On est très content de lui», a confié Carlo Ancelotti en conférence de presse. Justement, les deux hommes indéboulonnables du Real Madrid ne cessent de porter l’animation offensive madrilène. Et ils n’ont pas d’autres choix tant Ancelotti manque de solution derrière avec un Asensio décevant et un Eden Hazard porté disparu (tout comme Mariano qui ne fait qu’acte de présence). A tel point qu’il a su réinventer Federico Valverde dans un poste d’ailier droit hybrid. L’international uruguayen, qui s’est révélé sous les ordres du coach italien, a d’ailleurs été encore brillant avec un doublé dans cette finale.

La suite après cette publicité

En début de saison, Carlo Ancelotti avait ironisé sur les stats de son polyvalent milieu de terrain. «J’ai dit à Valverde : Si tu ne marques pas 10 buts cette saison avec la frappe que tu as… je déchire ma carte d’entraîneur». En marquant un doublé ce soir, Valverde a officiellement dépassé la barre des 10 buts cette saison. «Merci à Valverde parce que je n’ai pas à déchirer ma licence d’entraîneur maintenant (rires). Je suis très content pour lui car il a eu des moments difficiles cette saison», a-t-il ironisé en conférence de presse d’après-match. Même sans recruter et avec des manques à des postes clés, le Real Madrid arrive à s’en sortir. Jusqu’à quand ? Telle est la question. Cette saison semble plus délicate avec cette deuxième place en Liga (à 8 points du leader le Barça) et la défaite en finale de la Supercoupe d’Espagne. Mais les Madrilènes l’ont prouvé, ils peuvent se relever de tout. Et tout gagner.

Plus d'infos sur...

La suite après cette publicité

Fil info

La suite après cette publicité