Mercato : le Danemark, nouvel Eldorado des clubs européens

Cet été, le Danemark a brillé lors de l'Euro 2020 avec une épopée jusqu'en demi-finale. Outre cette très belle épopée des hommes de Kasper Hjulmand, le pays scandinave s'est aussi distingué par ses clubs sur le mercato. Que ce soit Midtjylland, Brøndby, Copenhague ou bien Nordsjaelland, les cadors de Superligaen ont multiplié les jolies ventes de joueurs de 23 ans ou moins. Une constante qui ne cesse de s'accentuer au cours des dernières années et qui confirment l'excellent développement des jeunes talents dans ce pays.

Lindström (Eintracht), Daramy (Ajax), Onyeka (Brentford) et Sulemana (Rennes)
Lindström (Eintracht), Daramy (Ajax), Onyeka (Brentford) et Sulemana (Rennes) ©Maxppp

Si le championnat du Danemark n'est que 22e au coefficient UEFA, cela ne signifie pas que le talent n'est pas présent sur les terrains de Superligaen bien au contraire. Avec une moyenne d'âge de 24 ans, la première division danoise est le championnat européen le plus jeune à égalité avec la Slovaquie et juste devant l'Autriche qui est aussi réputée pour le développement de jeunes pépites. Ces chiffres sont d'autant plus impressionnants que l'effectif du championnat le plus âgé est Copenhague avec 25,5 ans de moyenne d'âge, un chiffre qui n'est pas très élevé. Dans le même temps, deux autres grands clubs du pays, à savoir Midtjylland et Nordsjaelland comptent une moyenne d'âge de respectivement 23,2 et 20,7 ans. Une véritable évolution qui a pris ses racines il y a 15/20 ans et qui n'a cessé de s'accentuer.

La suite après cette publicité

«Cette tendance de rajeunir les clubs est surtout venue de l’impact du FC Midtjylland avec la création du premier centre de formation au Danemark en 2004, inspiré du modèle du FC Nantes de l’époque. Simon Kjaer, Winston Reid ou encore Jonas Lössl ont été parmi les premiers à en sortir. Cela a ensuite inspiré beaucoup d’autres clubs à suivre un système d’académie, poussé aussi par la fédération qui a encouragé et aidé les clubs, car avant cela le championnat danois était surtout composé de joueurs d’expériences avec peu de renouvellement. Aujourd’hui pour exister, les clubs danois ont bien compris qu’ils devaient sortir des jeunes joueurs pour tenir l’écart conséquent avec les plus grands clubs européens» nous explique nos camarades de Nordisk, spécialistes du football nordique. Offrant des opportunités aux joueurs très rapidement, la Superligaen est aussi une passerelle notable pour des joueurs des autres championnats d'Europe du Nord et permet aussi aux éléments

Midtjylland et Nordsjaelland comme pionniers

Terrain idéal pour le développement des jeunes éléments avec un jeu qui mise sur les aspects techniques et athlétiques, le championnat danois a nettement progressé dans le domaine de la formation et dispose d'un vrai talent au niveau de scoutisme. Le club qui est d'ailleurs souvent mis en avant comme la référence nationale est Midtjylland qui réalise un travail énorme au niveau de la data. «En effet, Midtjylland a son propre modèle développé par Matthew Benham qui est du coup aussi utilisé à Brentford. Par contre, pour avoir échangé avec des scouts de clubs danois, il y a de plus en plus une utilisation dans chaque club d’outils comme Instat, WyScout, StatsBomb,... donc ils utilisent aussi la data pour faire du scoutisme de joueurs en plus de l’observation terrain» souligne notre compère de Nordisk. Cet excellent développement est désormais global et concerne la large majorité des clubs danois.

Fonctionnant comme une académie avec seulement un joueur de plus de 24 ans dans son effectif, le FC Nordsjaelland est aussi novateur en termes de formation ou de post-formation avec les ventes d'éléments comme Mikkel Damsgaard (Sampdoria), Andreas Skov Olsen (Bologne), Emre Mor (Borussia Dortmund) ou encore Mohammed Kudus (Ajax Amsterdam) au fil des dernières saisons. Un modèle prisé et qui a conduit certains clubs à s'en inspirer pour progresser comme le souligne nos camarades de Nordisk : «leur modèle d’avoir quasiment exclusivement une équipe composée de joueurs de leur académie ou de "la Right to Dream" à au fur et à mesure un impact positif sur le championnat oui. Cela a aussi inspiré d’autres clubs comme le FC Copenhague qui a vu sa domination s’amoindrir au niveau du championnat domestique, à s'impliquer encore plus dans la formation et le scouting. Le club est en train de se créer une sacrée équipe de jeunes, ils scrutent tous les championnats nordiques et recrutent désormais très jeune.»

Les filières africaines

Midtjylland et Nordsjaelland ont depuis quelques années bousculé la hiérarchie puisque Brøndby IF et surtout le FC Copenhague ont vu leur domination être mise à mal. Ces derniers n'ont gagné que 3 titres lors des 8 dernières saisons alors qu'ils restaient sur 9 sacres sur les 13 premières saisons du 21e siècle. Avec une homogénéisation du football danois, c'est tout le championnat qui en a profité. Le championnat danois mise aussi beaucoup sur l'Afrique avec comme cité plus haut, la Right to Dream Academy du Ghana dont Nordsjaelland est un partenaire et qui lui a permis de faire venir Mohammed Kudus et Kamaldeen Sulemana. De son côté Midtjylland travaille bien avec son club partenaire du FC Ebedei au Nigéria. Frank Onyeka et Paul Onuachu en sont deux des plus grandes réussites et cette année on retrouve le jeune Raphael Onyedika (20 ans) dans l'effectif des Loups.

Arrivant souvent très jeunes dans le but d'intégrer l'académie avant d'ensuite progressivement basculer vers l'équipe première, ces joueurs africains connaissent souvent une belle adaptation. «Sportivement cela marche bien, car malgré les conditions climatiques parfois difficiles comparés à leur pays d’origine et aux pays d’Europe plus au Sud, ils sont très bien intégrés et directement mis en confiance avec un projet établi pour eux pour rapidement s’intégrer et jouer. C’est aussi un championnat qui va souvent bien à leurs caractéristiques et ils travaillent beaucoup» pour y réussir souligne Nordisk. Ce mélange entre le développement du football local, le recrutement de jeunes talents étrangers, un accent mis sur l'aspect technique et tactique et une grande place des formateurs dans l'accompagnement des pépites fait donc que le Danemark est un modèle dans la mise en valeur des jeunes joueurs.

Des ventes records

Bien entendu, les clubs danois sont contraints au marché des transferts et il est souvent difficile de retenir les talents. C'est même devenu un cheminement logique. Si l'on se concentre sur le dernier mercato estival, on note que de nombreuses pépites ont quitté le pays et ont rapporté une belle enveloppe financière aux formations danoises. Ainsi, la balance des transferts penche largement dans le vert avec 71,44 millions d'euros de ventes pour 31,03 millions d'euros d'achats. Surtout, ces principales ventes concernent des joueurs de 23 ans ou moins en grande majorité. Le FC Nordsjaelland a encore fait des jolis coups cette année. La vente principale concerne l'ailier gauche Kamaldeen Sulemana (19 ans) qui a récemment rejoint le Stade Rennais. Les Bretons n'ont pas hésité à dépenser 15 millions d'euros pour le Ghanéen.

Nordsjaelland a aussi vendu Peter Vindahl (23 ans, 1,8 M€) à l'AZ Alkmaar et sa jeune pépite Zidan Sertdemir (16 ans, 2,5 M€) au Bayer Leverkusen. Outre Les Tigres Sauvages, le FC Midtjylland a su capitaliser sur la dernière Ligue des Champions (le club danois était dans la poule de Liverpool, de l'Ajax Amsterdam et de l'Atalanta) pour mettre en lumière ses grands talents. Le milieu de terrain nigérian Frank Onyeka (23 ans, 10 M€) a signé au promu anglais Brentford tandis que Anders Dreyer (23 ans, 7 M€) a filé au Rubin Kazan. Le dernier champion en titre, Brøndby a vendu son maître à jouer, Jesper Lindstrøm (21 ans, 7 M€) à l'Eintracht Francfort alors que Wahid Faghir (18 ans, 4,5 M€), l'un des plus grands talents du football danois, a signé au VfB Stuttgart dans les dernières minutes du mercato.

Un phénomène qui ne va pas s'arrêter tout de suite

Enfin, le club danois le plus historiquement connu, le FC Copenhague a bien rempli ses caisses avec les départs de Mohammed Daramy (19 ans, 12 M€) à l'Ajax Amsterdam et de Victor Nelsson (22 ans, 7 M€) à Galatasaray. Voir autant de mouvements de joueurs du championnat danois est assez significatif, mais cela traduit une constante qui ne cesse de prendre de l'ampleur sur les dernières années. Sur les mercatos 2019 et 2020, on relève d'autres transferts intéressants comme Mohamed Kudus (9M€, Ajax), Mikkel Damsgaard (6,75 M€, Sampdoria), Denis Vavro (10,5 M€, Lazio), Robert Skov (10M€, Hoffenheim) ou encore Andreas Skov Olsen (6 M€, Bologne).

Après avoir su prouver son savoir-faire dans le développement de jeunes talents, le championnat danois devient un championnat de chasse de plus en plus réputé. Autrefois, lieu privilégié des clubs néerlandais, la Superligaen est désormais bien plus démocratisée pour les cellules de recrutement. Et cela risque bien de se poursuivre quand on note des noms tels que Jonas Wind (22 ans, Copenhague), Evander (23 ans, Midtjylland), Jens Cajuste (22 ans, Midtjylland), Marrony (22 ans, Midtjylland), Ísak Bergmann Jóhannesson (18 ans, Copenhague) ou encore Magnus Kofod Andersen (22 ans, Nordsjaelland).

Plus d'infos

Commentaires