Info FM, Mario Lemina : «Revenir à l’OM, je ne pense pas que ce serait une bonne idée »

Il y a deux ans, Mario Lemina a quitté la Ligue 1 et l'Olympique de Marseille pour aller tenter sa chance à la Juventus. En Italie, le milieu de terrain a évolué et a engrangé de l'expérience au sein de l'un des meilleurs clubs européens. À 23 ans, le Gabonais arrive à un tournant de sa carrière, lui qui aimerait jouer plus régulièrement. Pour Foot Mercato, l'ancien joueur de Lorient revient sur sa saison et fait un large point sur son avenir. Entretien.

Mario Lemina se confie pour FM
Mario Lemina se confie pour FM ©Maxppp

Foot Mercato : Quel bilan tirez-vous de votre saison ?

La suite après cette publicité

Mario Lemina : Ça a été une saison très enrichissante avec pas mal de trophées remportés. Donc c'est toujours positif. Je suis très content du parcours que l'on a fait (en Ligue des Champions). Sur le plan personnel, j'ai joué une vingtaine de matches, ce qui est pas mal dans un club comme la Juventus.

**FM : N'y a-t-il pas malgré tout un peu de frustration concernant votre temps de jeu ?

ML :** J'ai quand même joué 25 matches. Je ne suis pas frustré, car on est quand même finaliste de la Ligue des Champions, c'est un très grand club avec de très grands joueurs. Je ne suis vraiment pas frustré. Mais il est vrai qu'à mon âge, on cherche à jouer. C'est vrai qu'à la Juventus, les opportunités ne se présentent pas comme dans d'autres clubs. J'ai dû ronger mon frein pendant certains mois. Mais ça a toujours été positif.

**FM : En quoi pensez-vous avoir évolué depuis votre arrivée à Turin ?

ML :** Je pense avoir évolué sur le plan mental. J'ai appris à gérer mes émotions, j'ai aussi pris beaucoup en expérience. Je pense que les qualités individuelles, quand on arrive dans un club comme la Juventus, elles ne font plus trop la différence à part quand on est un joueur comme Paulo Dybala. Je pense que c'est plus au niveau mental ou tactique que l'on apprend le plus en venant à la Juve et en Italie.

**FM : Vous venez de jouer une finale de Ligue des Champions samedi dernier face au Real Madrid. On imagine que cela a dû être un moment incroyable...

ML :** Bien sûr. C'est une chose que je ne pensais pas jouer à cet âge-là et maintenant. Je suis rentré durant le match. Ce sont des matches qu'on ne joue pas tous les jours. Venant de Marseille, je ne m'attendais pas à vivre un tel événement à cet âge-là.

**FM : Cela ne s'est pas bien passé pour la Juventus qui s'est inclinée. Comment expliquez-vous la défaite avec le recul ?

ML :** On a fait une bonne première mi-temps. Ensuite, on n'a pas su réitérer notre performance en deuxième mi-temps. Je pense que c'est dommage. On est aussi tombé sur une équipe avec de très fortes individualités et elles nous l'ont montré. Ils nous ont cueillis à froid en deuxième période et ils ont gagné le match. C'est mérité.

**FM : Vous avez parlé de fortes individualités au Real Madrid. Difficile de ne pas penser à Cristiano Ronaldo qui a été monstrueux lors de cette finale.

ML :** Il a été imprévisible. En même temps, il a aussi beaucoup été aidé par ses coéquipiers ce qui a fait qu'il a marqué un doublé sans pour autant être si influent dans le jeu. C'est ça la marque des grands joueurs. Il a prouvé qu'il était le meilleur joueur du monde, au moins.

La Juventus, un club dans son cœur

**FM : Du côté de la Juventus il y a aussi des grands joueurs à l'image de Gianluigi Buffon. Que cela représente-t-il de jouer avec un tel footballeur ?

ML :** Jouer avec ce genre de joueurs ça nous fait apprendre au quotidien, prendre de l'expérience. Ça nous apprend aussi à gérer les situations compliquées. Il m'a beaucoup conseillé aussi. Que ce soit lui, les autres défenseurs ou joueurs d'expérience, il y a toujours du bon à en tirer.

**FM : Vous évoluez aussi aux côtés d'un phénomène : Paulo Dybala. Que pensez-vous de lui ?

ML :** Lui, c'est un phénomène. C'est un joueur qui a vraiment beaucoup de qualités. C'est un très grand joueur d'avenir.

FM : On sent que vous vous sentez bien à Turin. Que représente ce club à vos yeux ?

ML : La Juventus, c'est le premier club où j'ai gagné des trophées. J'ai appris aussi une nouvelle langue donc ça m'a aussi fait faire des efforts à ce niveau-là. J'ai beaucoup appris auprès de très grands joueurs. C'est un club qui restera gravé dans mon cœur.

**FM : Serez-vous encore bianconero la saison prochaine ?

ML :** Pour l'instant, j'ai un contrat de trois ans. Donc j'y serai. Après on ne sait jamais ce qu'il peut se passer. Le mercato va être long. On va voir ce que les dirigeants et moi allons décider.

**FM : Avec votre agent comment envisagez-vous votre avenir ?

ML :** À vrai dire, je n'ai pas d'agent. Donc je voulais aussi mettre un point final à ce sujet parce qu'il y a beaucoup de gens qui parlent en mon nom aux clubs en ce moment. Je voulais vraiment mettre l'accent sur le fait que je n'ai pas d'agent et que tout se traite avec ma famille. Il n'y a vraiment pas d'agent.

Des touches pour cet été mais pas d'offres

**FM : Avez-vous eu des approches concrètes déjà pour cet été ?

ML :** Des approches mais rien de concret. Il y a ce qu'on entend, ce qu'on dit. Il y a des clubs qui cherchent à se renseigner. Mais pour le moment il n'y a pas eu d'offres concrètes ou quoi que ce soit.

**FM : Pensez-vous que c'est peut-être le bon moment pour vous de passer à autre chose ?

ML :** Je ne sais pas si "passer à autre chose" est la bonne expression. En tout cas, c'est le moment pour moi d'engranger du temps de jeu un maximum et de pouvoir m'exprimer sur le plan personnel. À 23 ans, il va falloir qu'au bout d'un moment j'enchaîne les matches pour montrer ce dont je suis capable.

**FM : Est-ce que cela pourrait passer par un club d'un standing un peu moins élevé que celui de la Juventus ?

ML :** Cela dépendra du discours de la Juve, car on va quand même se réunir pour faire un bilan. On va voir ensemble ce que nous allons décider. On va se mettre d'accord en toute honnêteté et on verra ce qu'on fera la saison prochaine.

**FM : Quelles sont vos envies personnelles ?

ML :** On verra ce que la Juventus me dire. Pour l'instant, j'ai encore trois ans de contrat et je suis très content là-bas malgré le fait que je n'ai pas le temps de jeu que je souhaite avoir. On verra le discours qu'on me tiendra à la reprise. Le mercato est long.

**FM : En parlant de mercato, votre nom revient souvent en France. Revenir en Ligue 1 est-ce envisageable pour vous ?

ML :** Il y a certains clubs qui ne me déplaisent pas en Ligue 1. Mon objectif est de passer encore des paliers. Si je dois quitter la Juve, j'aimerais bien connaître encore un club à l'étranger.

**FM : Vous venez de dire que certaines écuries françaises ne vous déplaisent pas. On a évoqué un intérêt de l'OL pour vous. Cela peut-il vous intéresser ?

ML :** L'OL, franchement, je ne pense pas que ça va m'intéresser. Je suis 100% marseillais. Vu la rivalité entre l'OM et Lyon, cela ne correspond pas aux types de projets qui pourraient m'intéresser.

Valence, un projet intéressant

**FM : Restons à Marseille. Quel est votre regard sur le nouveau projet mis en place là-bas ? Revenir dans la cité phocéenne est-il possible ?

ML :** Je suis très content du projet qu'ils sont en train de mener. Sur le plan personnel, revenir à l'OM, je ne pense pas que ce serait une bonne idée. Il y a beaucoup de joueurs qui s'affirment comme Maxime Lopez. Je suis très content pour eux. Ils ont un projet qu'ils sont en train de mener à bien. Chacun évolue de son côté mais je serai toujours marseillais.

**FM : Vous l'avez dit, en cas de départ de Turin, votre préférence irait à une nouvelle expérience à l'étranger. Valence est très intéressé par vous. Découvrir la Liga est-ce dans vos plans ?

ML :** Valence c'est un club qui a un nom et une histoire. Il y a un nouveau projet. C'est un club très intéressant. À voir...

**FM : Votre nom est aussi cité en Premier League à Watford et Arsenal. J'imagine que c'est flatteur...

ML :** Bien sûr que ça me flatte, car personnellement je n'ai jamais douté de mes qualités. Maintenant, je suis dans un très grand club donc ça ne me permet pas de m'exprimer autant que j'ai besoin à ce niveau-là. Ça me flatte que des clubs se manifestent dans ce cas-là.

**FM : Y a-t-il un championnat qui vous intéresse plus que les autres ?

ML :** Je n'ai pas de championnat préférentiel. Ce sera au feeling avec les directeurs sportifs, qui me voudra vraiment. C'est le discours qui primera.

Plus d'infos

Articles recommandés

Commentaires