Ligue des Champions, OM : une soirée complètement dingue

L'Olympique de Marseille a acquis ce mardi soir sa première victoire en Ligue des Champions. Les Marseillais se sont imposés sur le score de quatre buts à un contre le Sporting CP au terme d'un avant-match et d'une confrontation complètement dingues.

Leonardo Balerdi célèbre son but contre le Sporting CP
Leonardo Balerdi célèbre son but contre le Sporting CP ©Maxppp
La suite après cette publicité

On dit souvent dans les matches de football qu'il ne fallait pas arriver en retard. Cette fois, pour la confrontation entre l'Olympique de Marseille et le Sporting CP, à l'Orange Vélodrome, c'était ok. En effet, à cause des bouchons absolument dantesques sur les routes menant à l'enceinte phocéenne, les joueurs de l'écurie portugaise ont eu du mal à retrouver la pelouse. Ils n'ont pénétré dans les locaux un peu plus de trente minutes avant le coup d'envoi.

D'abord retardé de dix minutes, le coup de sifflet inaugural de l'arbitre central était attendu pour 19h (quinze minutes plus tard, donc). Mais à sept heures, toujours rien alors que Mattéo Guendouzi, capitaine d'un soir, et ses coéquipiers attendaient dans le couloir menant au rectangle vert. Il n'en fallait pas plus à Igor Tudor, l'entraîneur de l'OM, pour demander, avec véhémence, des explications aux délégués, puis aux arbitres, avant d'essayer d'aller lui-même chercher les joueurs de Ruben Amorim dans leur vestiaire.

Un coup d'envoi retardé

Finalement, le coup d'envoi, dans un stade Vélodrome qui sonnait creux à cause du huis clos, a été donné et une minute plus tard, Francisco Trincao trouvait la faille. Un bien mauvais début de rencontre donc pour Pau Lopez et les siens. Mais cela était sans compter sur les bourdes répétées du portier portugais, Antonio Adan. Il mettait d'abord plus de temps que son car pour entrer dans le stade pour dégager le ballon. Mais Alexis Sanchez était là et détournait dans le but (13e).

Trois minutes plus tard, il relançait cette fois plein axe sur Mattéo Guendouzi, qui décalait sur le côté Jonathan Clauss. L'international français, sorti sur blessure plus tard, envoyait un amour de centre pour Amine Harit, qui donnait l'avantage aux siens (16e). Mais Antonio Adan, malheureusement pour Ruben Amorim, ne s'est pas arrêté en si bon chemin.

La soirée sans d'Antonio Adán

Moins de dix minutes plus tard, sur un long dégagement de Pau Lopez, Nuno Tavares était à la lutte avec un défenseur. Profitant du rebond, le latéral gauche de l'OM lobait Adan, sortit à sa rencontre. Mais ce dernier mettait les mains sur le cuir en dehors de la surface de réparation. Verdict : carton rouge (23e). En l'espace de 10 minutes, l'Espagnol avait réussi à plomber son équipe.

Finalement, l'OM a maîtrisé cette rencontre qui montait en tension à chaque contact et a fini par inscrire le troisième but par Leonardo Balerdi sur corner (28e) et un quatrième en fin de match par Chancel Mbemba (84e). Dans cette soirée totalement loufoque, l'Olympique de Marseille s'est relancé dans ce groupe en prenant ses trois premiers points et peut désormais lorgner une place qualificative pour les huitièmes...

Plus d'infos

Commentaires