Joachim Andersen : « Je dois encore montrer le meilleur de moi-même »

Véritable coup de coeur de Florian Maurice, Joachim Andersen a quitté la Sampdoria pour rejoindre l'Olympique Lyonnais cet été. Un club qui n'a pas hésité à miser gros sur ce défenseur prometteur et courtisé par de nombreuses écuries européennes. Bien décidé à s'imposer et à passer un cap, le Danois de 23 ans est revenu sur son transfert et ses premiers pas chez les Gones. Entretien.

Joachim Andersen se confie pour Foot Mercato
Joachim Andersen se confie pour Foot Mercato ©Maxppp
La suite après cette publicité

**Foot Mercato : le 12 juillet vous êtes devenu officiellement un joueur de l'Olympique Lyonnais. Avec le recul, comment avez-vous vécu ce transfert ? Y avait-il de l'impatience, de l'appréhension ?

Joachim Andersen :** je me sens très heureux. C'est un super club. J'ai une bonne impression dans tous les domaines. Tous les gens autour du club m'ont très bien accueilli dès le début. Je suis très heureux d'être ici (...) Quand tu arrives dans un nouvel endroit, tu es toujours un peu timide. Tout est nouveau et il faut trouver sa place. Tout s'améliore au fil des semaines. Je suis content de m'installer ici. J'ai trouvé une maison, ça aide beaucoup. Ma copine est aussi arrivée, c'est bien pour moi.

**FM : on a surtout parlé du prix record de votre transfert. Est-ce un poids ? Est-ce que ça vous agace qu'on en parle autant ?

J.A :** le prix de mon transfert, c'est entre les clubs. Je vois ça surtout comme un compliment qu'un club veuille payer ce genre de montant pour moi. Cela me donne de la confiance et un bon sentiment. Je le prends surtout comme un compliment et je suis heureux que cela ait pu se faire (...) Non, je m'en fiche ! Je pense que c'est normal dans le football de parler d'argent. Vous pouvez en parler autant que vous voulez.

**FM : pourquoi avoir dit oui à Lyon ?

J.A :** j'ai dit oui parce que bien sûr c'est un club fantastique. Je voulais aussi tenter un nouveau challenge. J'ai joué au Pays-Bas où je me suis développé en tant que joueur de football. Je me suis beaucoup développé sur le côté défensif aussi en Italie. Je vois ça comme une nouvelle étape, pour me développer encore plus, pour donner une nouvelle dimension à mon jeu. Ici, c'est très physique, il y a beaucoup de duels en un contre un. J'espère pouvoir m'améliorer sur ces points-là aussi.

**FM : quand les clubs vous ont approché, avez-vous pris le temps de la réflexion ou votre choix a été rapide ?

J.A :** j'étais très heureux en Italie. J'y ai passé deux années fantastiques. Ma famille et moi, on était très heureux là-bas donc c'était une décision très difficile de partir. Dans le football, c'est très difficile de savoir quel est le bon choix pour vous. J'avais plusieurs options. Quand j'ai parlé à Lyon, j'ai eu un bon feeling. C'est un peu comme acheter une maison. Il faut aller voir la maison avant car il vous faut un bon feeling. Et je l'ai eu avec Lyon et c'est pourquoi j'ai choisi l'OL.

**FM : malgré tout, était-ce facile de dire non aux autres clubs qui vous suivaient, notamment Arsenal ?

J.A** : il y avait de bons clubs, mais Lyon était le meilleur choix pour moi. Je voulais me développer en tant que joueur, jouer la Ligue des Champions, être dans une équipe de haut de tableau qui se bat pour le titre et Lyon était la meilleure solution.

Andersen juge ses premiers pas en L1 et à l'OL

**FM : que pensez-vous de la Ligue 1 ? Vous avez dit vouloir vous améliorer sur le plan physique. Est-ce que les premiers matches vous ont impressionné à ce niveau-là ?

J.A :** je pense que c'est un peu différent de l'Italie. J'ai parlé avec Simon Kjær, qui était à Lille, ainsi qu'avec Kim Källström, à propos du championnat mais aussi de Lyon. J'ai eu de bons retours. Mais vous savez, je n'ai joué que deux matches, je dois encore en voir davantage dans le futur (...) C'est difficile à dire après seulement deux matches. De plus, ces matches étaient plutôt faciles pour nous parce que nous avons vraiment bien joué, notamment dans la transition. Ce qui fait que nous avons eu le ballon souvent. On a marqué dès que nous le pouvions.

**FM : qu'avez-vous ressenti lors de votre première au Groupama Stadium ?

J.A :** c'était un très bon match. Je crois qu'on ne pouvait pas rêver mieux (ndlr : 6-0 contre Angers). Nous devons continuer comme ça. Et faire une grosse saison ici. J'ai vraiment été impressionné par les supporters et l'ambiance dans le stade.

**FM : personnellement, comment jugez-vous vos débuts à Lyon ?

J.A :** ça faisait longtemps que je n'avais pas joué un match. J'ai manqué presque toute la pré-saison. Je dois encore montrer le meilleur de moi-même, mieux connaître mes partenaires, les nouvelles tactiques aussi. Pour résumer, c'était de bonnes performances, mais je peux jouer encore mieux que ça. Ça va venir. J'ai besoin de temps de jeu pour être encore meilleur chaque match.

**FM : êtes-vous encore loin de votre meilleur niveau ?

J.A :** c'est ce que je disais, je peux encore mieux jouer. Je ne suis pas encore 100% satisfait de mes performances. Mais le plus important pour moi, ce sont les résultats de l'équipe.

**FM : que pouvez-vous apporter à l'OL ? Sur quels point pensez-vous devoir progresser ?

J.A :** je suis un joueur de ballon. Je suis bon pour défendre, j'aime contrôler la ligne du hors-jeu en compagnie de Jason Denayer, garder les cages inviolées. C'est mon rôle dans l'équipe (...) Je pense que je peux être plus agressif de temps en temps. Je veux aussi marquer plus de buts. Bien sûr, je peux également développer tous les aspects de mon jeu. Et ça c'est le plus important.

**FM : durant votre carrière, vous avez évolué en attaque, au milieu avant de jouer en défense. En quoi ça vous aide dans votre jeu à présent ?

J.A** : j'ai commencé le football comme attaquant. Ensuite, je suis passé ailier droit. Puis, milieu, enfin défenseur. J'ai presque joué à toutes les positions sur le terrain. Je pense que cela m'apporte beaucoup sur mon jeu aujourd'hui. Je sais ce que les joueurs en face, dans une position offensive, pensent. C'est ce qui fait que je suis à l'aise avec le ballon également.

**FM : vous allez aussi pouvoir progresser en découvrant la Ligue des Champions dans un mois. Que vous inspire cette compétition ?

J.A :** la Ligue des Champions est le plus beau tournoi du monde. Je la regarde depuis que je suis tout petit. Maintenant, c'est fantastique, je peux enfin la jouer. C'est une des principales raisons pour lesquelles je suis venu à Lyon. J'attends de jouer contre des gros clubs.

Le Danois est impressionné par Aouar

**FM : avoir Jason Denayer à ses côtés, j'imagine que ça aide aussi au niveau de la confiance ?

J.A :** Jason est un bon joueur. Il est jeune aussi. Nous avons une bonne connexion. Durant les deux premiers matches, nous n'avons pas eu grand-chose à faire, mais c'était un très bon début pour nous, pour apprendre à mieux nous connaître.

**FM : comment vivez-vous la concurrence à l'OL?

J.A** : dans le football, normalement, tu as quatre défenseurs centraux pour une saison. Ici, nous en avons cinq. Et c'est une bonne chose, pour la concurrence. Ce qui nous permet d'être toujours à fond et de nous développer encore plus. Personnellement, je ne pense pas à la concurrence, j'essaye toujours de donner le meilleur de moi-même à chaque entraînement.

**FM : quel joueur vous a le plus impressionné chez les Gones ?

J.A :** je suis surpris par Houssem Aouar. Il a été vraiment très bon sur les deux premières rencontres. C'est un jeune joueur très fort. Il peut devenir un joueur de classe mondiale, à Lyon ou dans un autre club, peut-être.

**FM : quelles sont vos relations avec Juninho et Sylvinho ?

J.A :** je pense que j'ai de bonnes relations avec eux. Nous avions parlé ensemble avant que je vienne à Lyon. Ils ont de grandes ambitions pour le club. Sylvinho est un entraîneur très athlétique qui transmet sa passion et son énergie. Il a aussi évolué en Italie, comme moi. Alors nous avons les mêmes idées.

**FM : quels sont vos objectifs cette année ?

J.A :** nous n'en avons pas encore parlé beaucoup entre nous. Je suis là pour gagner chaque match de toute façon. Je veux gagner le championnat, tout le monde veut ça. Mais ce n'est pas un objectif.

**FM : pourtant, le PSG parle déjà de vous comme un rival. Comment accueillez-vous cela ?

J.A :** Lyon et Paris sont les deux meilleures équipes du championnat. Nous ne devons pas les regarder. Bien sûr, c'est bien quand ils perdent. Mais nous devons nous concentrer sur nos matches et nous devons les gagner.

Sergio Ramos, son modèle

**FM : revenons à vous, quels sont vos modèles dans le football ?

J.A :** mon joueur préféré est Sergio Ramos. Il a beaucoup de qualités. J'essaye de lui ressembler sur plein de choses. Quand j'étais plus jeune, j'aimais aussi beaucoup Cristiano Ronaldo.

**FM : quel est le meilleur joueur que vous avez affronté ?

J.A :** c'est une question difficile. L'an dernier, je n'ai pas joué contre Cristiano Ronaldo et la Juventus, j'étais blessé pour ce match. Donc pour moi, c'est Ciro Immobile, de la Lazio. C'est un très bon joueur, difficile à affronter. Mauro Icardi est très dangereux aussi dans les 16 derniers mètres. J'ai aussi été impressionné par Milinkovic-Savic, de la Lazio.

**FM : quelles sont vos ambitions en sélection nationale ?

J.A :** c'est un objectif pour moi d'être en équipe nationale, oui. C'est aussi pour ça que je suis venu à Lyon. J'espère que le Danemark va faire appel à moi (entretien réalisé vendredi, il a été sélectionné en équipe nationale ndlr).

**FM : Votre compatriote Kasper Dolberg est annoncé du côté de Nice. Comment jugez-vous cela ? Que pensez-vous de ce joueur ?

J.A** : Kasper Dolberg est mon ami. J'ai joué avec lui chez les jeunes en équipe nationale. C'est un très bon joueur mais il est en difficulté à l'Ajax Amsterdam maintenant. Cela pourrait être une bonne étape pour lui de rejoindre la Ligue 1 et un très bon joueur pour Nice.

**FM : votre père vous a accompagné lors de votre présentation. Quel rôle votre famille et votre père ont-ils auprès de vous ? Est-ce lui qui vous a transmis cette passion du football ?

J.A :** mon père et ma mère ont toujours été là pour moi. Ils regardent tous mes matches depuis que je suis jeune. Ils représentent tout pour moi. Je parle avec mon père après chaque match pour débriefer. Il joue un grand rôle pour moi. Il a aussi voulu jouer en professionnel, mais il n'était pas si bon que ça (rires). Je pense qu'il vit son rêve à travers moi. Si j'aime le football autant que ça, c'est grâce à lui.

**FM : enfin, comment est Joachim Andersen en dehors du football ?

J.A :** je suis un homme heureux. J'aime jouer au golf, au tennis aussi. J'aime tous les sports presque. Je suis une personne ouverte, des fois un peu impatiente. Je ne sais pas quoi dire d'autre, c'est toujours difficile de parler de soi-même.

Plus d'infos

Commentaires