Autriche - France : les notes du match

Par La Rédaction FM
11 min.
Les Bleus célèbrent leur ouverture du score heureuse contre l'Autriche @Maxppp

Ce soir, les Bleus entamaient leur Euro par un choc face à l’Autriche. Et au terme d’un match qu’ils ont dominé malgré le gros défi physique imposé par les Autrichiens, les vice-champions du monde en titre l’ont emporté 1 but à 0.

C’est le jour J pour l’équipe de France. Attendus au tournant dans un Euro 2024 ouvert en Allemagne, les Bleus vont devoir redorer leur blason dans la compétition après une cuvée totalement ratée en 2021. Une mission à la portée des Français qui sortent d’une Coupe du monde 2022 réussie au Qatar et qui commençait ce lundi par une rencontre face à l’Autriche. Dans un antre du Fortuna Düsseldorf qui accueillait notamment 10 000 supporters français ce soir, la France n’avait pas le droit à l’erreur dans un groupe particulièrement dense avec également les Pays-Bas et la Pologne. Pour ce faire, Didier Deschamps, qui a remporté ses six matches d’ouverture d’une grande compétition depuis son intronisation sur le banc de l’EDF, décidait d’aligner une équipe presque type avec William Saliba, Marcus Thuram et Adrien Rabiot qui étaient titularisés. D’entrée de jeu, l’équipe de France est bien rentrée dans sa rencontre.

La suite après cette publicité

En place tactiquement, les coéquipiers d’Antoine Griezmann ont confisqué le ballon aux Autrichiens et se sont rapidement créé la première opportunité du match. Trouvé dans la profondeur à la suite d’un enchaînement de passes courtes, Kylian Mbappé fermait trop son pied devant Patrick Pentz et sa tentative a terminé dans le petit filet extérieur des cages de l’ancien portier de Reims (8e). Dès lors, un faux rythme d’une vingtaine de minutes s’est produit, mais les joueurs à la tunique frappée du coq n’ont pas perdu le contrôle du cuir, à l’instar d’un Adrien Rabiot omniprésent en première période. Et malgré l’énorme occasion d’un Christoph Baumgartner maladroit face à un Mike Maignan impérial (36e), les Bleus n’ont pas tremblé face aux offensives autrichiennes durant les 45 premières minutes de jeu. Juste avant la pause, la France a même pris l’avantage sur un but gaguesque. Sur une pénétration incisive de Kylian Mbappé, Maximilian Wöber catapultait le centre du néo-Madrilène dans ses propres filets (0-1, 38e). Un coup du sort cruel pour l’Autriche, mais qui est venu récompenser un premier acte cohérent des joueurs de l’équipe de France.

À lire La folle anecdote de Lamine Yamal sur Kylian Mbappé

La France a tenu bon

Au retour des vestiaires, l’équipe de France avait désormais un avantage au score à maîtriser face à des Burschen sûrement revanchards. Pour autant, les Bleus ont montré encore plus d’allant offensif que leurs adversaires. Visiblement désireux d’aller chercher ce but du break pour définitivement se libérer. Et après une belle action entre Marcus Thuram et Kylian Mbappé (53e), l’ancien Parisien s’est illustré d’une manière peu reluisante sur l’action suivante. Faisant parler sa vitesse pour chiper le ballon à un défenseur autrichien, le Bondynois a totalement raté son face-à-face avec Patrick Pentz alors qu’il avait son premier but dans cet Euro au bout du pied droit (55e). Le triple changement de Ralf Rangnick à l’heure de jeu n’a pas changé la dynamique de la rencontre avec une Autriche toujours aussi peu inspirée pour recoller au score. La France aurait même pu prendre le large par deux reprises mais Antoine Griezmann accusait un retard de quelques centimètres pour reprendre un centre de Théo Hernandez (66e) avant que Marcus Thuram ne soit écœuré par la main ferme de Patrick Pentz (67e).

La suite après cette publicité

Et lors d’une fin de rencontre marquée par plusieurs contacts très rugueux sur plusieurs joueurs français (Griezmann, Hernandez, Maignan), Kylian Mbappé s’est même cassé le nez lors d’un duel corsé avec l’épaule de Kevin Danso. Malgré cette fin de match sanglante, la France a tenu bon et est repartie de Düsseldorf avec une victoire globalement maîtrisée. Avec ce succès de choix, l’équipe de France entame son Euro 2024 de la meilleure des manières. En prenant la première place de ce groupe D relevé aux côtés des Pays-Bas, les hommes de Didier Deschamps ont également préparé leur rendez-vous crucial face aux Oranje ce vendredi de la meilleure des manières. Pas forcément parfaitement huilés offensivement à l’image d’un Kylian Mbappé décidément maladroit dans le tournoi continental (0 but en 16 tirs depuis sa première participation en 2021), les Bleus ont encore une marge de progression dans la compétition. Mais voilà, l’essentiel a été assuré face à des Autrichiens qui vont devoir montrer plus lors de leur prochaine rencontre face à la Pologne. Les coéquipiers de Konrad Laimer n’auront, eux, plus le droit à l’erreur pour espérer se qualifier.

Revivez le film du match

La suite après cette publicité

Homme du match : Kanté (7,5) : il l’a fait. Revenu au sein des Bleus juste avant l’Euro, « NG » a rapidement mis le staff tricolore d’accord pour le titulariser dès le premier match. Et ce soir, il a de nouveau prouvé qu’il restait un patron de la récupération. Omniprésent devant la défense, il a su mettre le pied pour mettre un terme à la progression autrichienne. Sans oublier plusieurs sauvetages en position de dernier défenseur.

Autriche

- Pentz (5,5) : le gardien s’est interposé devant Mbappé pour la première grosse alerte côté français, mais a été battu par son coéquipier Wöber sur l’ouverture du score pour les Bleus. Autrement, il n’a pas été très inquiété, obligeant Mbappé à tirer à côté lors du deuxième face à face entre les deux hommes, ou à repousser une frappe angle fermé de Thuram.

La suite après cette publicité

- Posch (3,5) : il avait un gros client en face en la personne de Kylian Mbappé, et il a eu du mal à le contenir, lui et les autres joueurs français. Souvent en retard - sans pour autant être averti -, il n’a pas réussi à bloquer son couloir, pris de vitesse sur plusieurs actions françaises.

- Danso (3,5) : le défenseur lensois, à l’instar de ses coéquipiers, s’est montré très agressif, parfois trop. Il ne s’est pas montré rassurant, avec quelques errances dans le placement. Il est pris de vitesse par Mbappé notamment sur une contre-attaque éclair. En revanche, son expérience lui a permis de gratter quelques ballons, à l’image de son intervention sur Kolo Muani à l’entame du dernier quart d’heure.

- Wöber (2,5) : quelques erreurs de relance, de placement, le défenseur autrichien s’est aussi rendu coupable de la faute qui a amené le premier carton de la rencontre. Il est malheureux, puisqu’il a ensuite dévié le centre de Mbappé dans son propre but, permettant à la France d’ouvrir le score. Il s’est rendu coupable d’un mauvais geste en projetant Griezmann dans les panneaux publicitaires, illustrant le surplus d’agressivité de l’arrière-garde autrichienne et de son match raté. Remplacé par Trauner (59e).

- Mwene (4) : très agressif sur Dembélé, le latéral de Mayence ne lui a laissé que très peu d’espace pour s’illustrer. Il a été averti sur la première fois où Dembélé a réussi à l’éliminer. Le carton jaune l’a empêché de conserver cette agressivité, et a par exemple été obligé d’être plus vigilant sur le duel face à Mbappé lors du premier but des Bleus. Pour autant, Dembélé n’a pas beaucoup insisté sur lui dans le second acte. Remplacé par Prass (89e).

- Seiwald (6) : l’homme de l’ombre n’a pas hésité à aller chercher haut le porteur du ballon, et cela a été bénéfique pour son équipe. Il a annihilé plusieurs offensives françaises, remplissant son rôle avec réussite. Il a laissé à son compère de l’entrejeu le soin d’organiser le peu de possessions de son équipe.

- Grillitsch (5) : positionné en tant que meneur de jeu reculé, le numéro 10 autrichien a été le fer de lance de son équipe. Il a été actif à la récupération, mais s’est plus impliqué dans les relances. Il n’a perdu que très peu de ballons, sans prendre beaucoup de risques dans ses transmissions pour autant. Remplacé par Wimmer (60e).

- Laimer (5,5) : le polyvalent Laimer a été au four et au moulin. Impliqué sur les tâches défensives, il l’était aussi en attaque où il a multiplié les appels. Le joueur du Bayern Munich a eu un gros volume de courses, étant souvent le premier joueur autrichien à aller au pressing. Moins inspiré avec le ballon, même s’il est auteur d’une subtile remise sur la plus grosse occasion pour son équipe, manquée par Baumgartner.

- Baumgartner (3,5) : le meneur de jeu a eu du mal à se situer, à s’écarter du marquage serré de Kanté. Il a eu la plus grosse occasion du match côté autrichien, mais Maignan s’est interposé devant lui. Il s’est de nouveau heurté face au gardien de l’AC Milan, en allant d’ailleurs toucher Maignan au visage lors de ce duel.

- Sabitzer (4) : le capitaine autrichien exilé côté gauche a eu du mal à exister dans cette rencontre, bien pris par Koundé et peu trouvé dans le jeu. Il s’est plus illustré sur les coups de pied arrêtés, qu’il a plutôt bien tirés dans l’ensemble, même si ses coéquipiers n’ont pas réussi à prendre le dessus sur les défenseurs tricolores.

- Gregoritsch (3) : littéralement invisible jusqu’à sa sortie, Gregoritsch n’a eu aucune occasion à se mettre sous la dent. Il n’a pas réussi à combiner avec ses coéquipiers, qui ne l’ont pas beaucoup aidé non plus, et a semblé être en grande difficulté face à la charnière Saliba-Upamecano, solide ce soir. Remplacé par Arnautovic (59e).

France

- Maignan (6,5) : tranquille, serein, le portier des Bleus a rassuré tout son monde. Impeccable dans son jeu au pied sous pression, il n’a eu à réaliser son premier arrêt qu’à la 33e sur une frappe contrée de Laimer. Très peu sollicité, il a néanmoins su sortir le grand jeu face à Baumgartner à deux reprises (35e, 78e).

- Koundé (7) : une nouvelle fois préféré à Clauss, le Blaugrana a agréablement surpris son monde. Offensif en début de match, il a souvent su trouver Dembélé. Et quand le pressing autrichien se faisait sentir, il s’est montré impassible. Il a souvent sauvé les siens. Peut-être sa meilleure performance avec les Bleus depuis qu’il porte le maillot frappé du coq.

- Saliba (5,5) : aligné aux côtés d’Upamecano, aux dépens de Konaté, le Gunner était l’une des surprises réservées par DD. Et ceux qui doutaient de cette complémentarité, ils ont été vite rassurés. Bon dans ses sorties de balle sous pression, l’ancien Marseillais a fait le job malgré quelques interventions un peu moins senties en deuxième période.

- Upamecano (6) : bon dans les duels, le Munichois a eu une occasion de but de la tête sur un corner de Griezmann (19e). Mais comme souvent avec lui, on n’est pas à l’abri d’une erreur grossière. Et celé de la 35e aurait pu offrir une balle de but à Baumgartner si Maignan n’avait pas sorti le grand jeu. Mais dans l’ensemble, il a été solide.

- Hernandez (6,5) : avec Mbappé, il a mis au supplice Posch. Ses chevauchées ont souvent fait mal et provoqué de grosses fautes adverses. DD avait ciblé le point faible des Autrichiens et le Rossonero s’est régalé pour placer ses accélérations. Malheureusement pour lui, son jeu en déviation ou ses centres ont rarement été exploités.

- Kanté (7,5) : voir ci-dessus.

- Rabiot (6) : titulaire à la place de Camavinga, le joueur de la Juventus était très attendu puisqu’il n’avait plus joué de match officiel depuis le 20 mai. Rassurant, présent physiquement, bon dans ses passes qui cassent les lignes et pertinent dans le jeu de transition, le Bianconero a répondu présent. Remplacé par Camavinga (71e).

- Griezmann (5,5) : après avoir terminé le Mondial 2022 à ce poste, le Colchonero était de retour dans l’entrejeu. Tireur coup franc, il aurait pu être passeur décisif pour Upamecano (19e). La suite a été un peu plus compliquée pour lui, mais à cause du défi physique parfois très limite imposé par les Autrichiens. Remplacé par Fofana (90e).

- Dembélé (3) : à l’instar des autres flèches tricolores, le Parisien a fait mal à son vis-à-vis Mwene, mais lors des 45 premières minutes, il a été le moins bon des Français. Trop brouillon dans ses dribbles, il a également été trop imprécis dans ses passes sur les phases de contre. Remplacé par Kolo Muani (71e).

- Thuram (5) : précieux dans les duels face à des Autrichiens très durs sur l’homme, l’Interiste a eu de l’impact. Mais offensivement, il a été trop discret.

- Mbappé (6) : attendu au tournant en raison d’un état de forme incertain, le capitaine des Bleus a répondu présent. Plutôt collectif dans son jeu, notamment avec Hernandez, le néo Merengue a vu Pentz repousser une belle occasion de but (8e). Très actif sur son côté gauche, Mbappé a fait la différence côté droit lorsque son centre a débouché sur un but contre son camp de Wöber (38e). Il a ensuite raté une action de but en toute fin de première période (45e) puis LA balle de break, seul face à Pentz (55e). Moins tranchant en fin de match. Il est sorti KO après un contact avec Danso. Son nez serait cassé. Remplacé par Giroud (90e).

La suite après cette publicité
La suite après cette publicité