Serie A : le Napoli, grand gagnant du mercato

En transition cet été, le Napoli a perdu trois cadres avec Fabian Ruiz, Kalidou Koulibaly et Lorenzo Insigne. Un changement brutal mais vite évacué par le club napolitain. Leaders de Serie A, les Partenopei ont réalisé un mercato très intelligent et en récoltent les fruits.

Khvicha Kvaratskhelia feiert seinen Treffer gegen Verona
Khvicha Kvaratskhelia feiert seinen Treffer gegen Verona ©Maxppp
La suite après cette publicité

Troisième de Serie A la saison dernière, le Napoli baissait le pied en seconde partie de saison au profit de l'AC Milan qui a terminé champion et l'Inter Milan. Un exercice satisfaisant, mais aussi frustrant pour les Partenopei qui attendent un titre depuis 1990, une éternité. Plus de 32 ans après, il est encore tôt pour parler de ce fameux scudetto, mais le cru 2022/2023 du Napoli est fort intéressant. Un vrai tour de force pour Luciano Spalletti et ses hommes qui ont connu un mercato agité. Déjà, il était acquis depuis l'hiver dernier que Lorenzo Insigne allait quitter son club de cœur pour aller du côté de Toronto. A cela s'est ajouté la perte de son patron défensif Kalidou Koulibaly parti à un an de son contrat pour Chelsea, mais aussi le transfert d'un cadre comme Fabian Ruiz en fin de mercato pour également une raison contractuelle. Si on y ajoute d'autres départs comme Gennaro Tutino (Parme), Adam Ounas (Lille), Andrea Petagna (Monza), Dries Mertens (Galatasaray) ou encore David Ospina (Al-Nassr), on avait beaucoup d'éléments qui nous laissaient croire à une saison de transition.

Obtenant un joli pactole dans ces opérations avec près de 81 millions d'euros récoltés, le Napoli a réinvesti quasiment tout cet argent (68M€), mais a assaini ses finances tout en se montrant inspiré. Pour les rôles secondaires, David Ospina a laissé place à Salvatore Sirigu, Mathias Olivera (Getafe) a compensé la fin de contrat d'un Faouzi Ghoulam tandis que Leo Östigard est arrivé de Brighton pour remplacer Axel Tuanzebe revenu de prêt à Manchester United. Dans l'entrejeu, l'équipe a été renforcée en conséquence puisqu'André Franck Zambo Anguissa a définitivement été recruté à Fulham tandis que Tanguy Ndombele a été prêté par Tottenham et cela compense le départ de Fabian Ruiz. Devant, Giovanni Simeone apporte une vraie concurrence à Victor Osimhen au lieu du décevant Andrea Petagna alors que Giacomo Raspadori est arrivé en prêt avec option d'achat pour prendre la suite de Dries Mertens.

Le duo Khvicha - Kim a déjà mis tout le monde d'accord

Ciblant parfaitement ses profils, le club partenopei est d'ailleurs déjà en train de faire oublier de deux de ses principaux leaders sur la dernière décennie. Excellent au Rubin Kazan et au Dinamo Batumi, le phénomène Khvicha Kvaratskhelia (21 ans) s'est directement fait adopter par le public napolitain et a parfaitement compensé la succession de Lorenzo Insigne pour le moment. Auteur de 4 buts et 2 offrandes en 7 matches, il impressionne par sa capacité à faire des différences en un contre un et sa vivacité. Homme fort du début de saison des Partenopei, le Géorgien est déjà vu comme un coup de maître sur ce mercato puisqu'il n'a coûté que 10 millions d'euros à la formation italienne qui a su profiter de la Guerre initiée par la Russie en Ukraine et du retour de Khvicha Kvaratskhelia au pays pour obtenir le jouer à un prix avantageux.

«La première fois que j'ai vu Khvicha dans une vidéo, nous étions au cœur du confinement. Il devait avoir dix-neuf ans, mais déjà bon de ses pieds. Rino (Gennaro Gattuso ndlr) était toujours là et nous l'avons tout de suite aimé, je me souviens avoir appelé Kaladze (ancien de l'AC Milan ndlr) pour en savoir plus. Il avait déménagé au Lokomotiv Moscou, sans surprise, mais le Rubin Kazan nous a devancé. Ils nous ont demandé trente millions, nous avons arrêté les contacts avant d'entamer une négociation. Nous étions après Osimhen (recruté à Lille pour 80M€), on ne pouvait pas miser autant sur ce garçon. Kvara ? C'est un très jeune garçon, nous croyons en ses qualités et nous espérons qu'il pourra encore apporter sa contribution à Naples ce soir. On le suivait depuis un moment et on a anticipé la concurrence » a notamment souligné Cristiano Giuntoli au Corriere dello Sport. Divisant le prix du Géorgien par trois, Naples en est déjà bénéficiaire puisque la cote de l'ailier gauche est au plus haut.

En ballottage avec le Stade Rennais pour s'offrir Kim min-Jae et alors que Francesco Acerbi était vu comme une alternative, le Napoli peut s'estimer heureux d'avoir pu arracher le Sud-Coréen à Fenerbahçe. Si techniquement il est encore en dessous de ce que pouvait apporter Kalidou Koulibaly, son impact dans les duels et son leadership se fait déjà ressentir. En neuf matches cette saison, le Napoli n'a concédé que six buts et se montre rassurant défensivement avec le deuxième meilleur bilan de Serie A. La Gazetta dello Sport révèle que la clause libératoire du joueur - qui a couté 18 millions d'euros au Napoli - pour les formations étrangères est de 50 millions d'euros. Un autre coup de maître de la part du directeur sportif Cristiano Giuntoli qui était vivement critiqué sur les dernières saisons. À cela s'ajoute le retour en forme de Piotr Zielinski après un exercice 2022/2023 décevant, Stanislav Lobotka prend de plus en plus d'importance au cœur du jeu et Amir Rrahmani est en train de passer un cap en défense. Les signaux sont au vert au Napoli pour le plus grand bonheur de Luciano Spalletti qui semble avoir trouvé la formule avec son 4-2-3-1 déjà bien rodé. Ce samedi contre le Torino, le Napoli actuellement en super forme tentera de poursuivre son début de saison canon.

Plus d'infos

Commentaires