Toronto est déjà fou de son duo italien Lorenzo Insigne - Federico Bernardeschi !

Tombé sous le charme de Sebastian Giovinco entre 2015 et 2019 quand il avait porté le club avec notamment un titre en 2017, Toronto a de nouveau succombé aux sirènes italiennes. Malgré un début de saison chaotique, la franchise canadienne est en train de relever la tête grâce à ses recrues Lorenzo Insigne et Federico Bernardeschi, qui brillent déjà de mille feux.

Federico Bernardeschi avec Toronto
Federico Bernardeschi avec Toronto ©Maxppp
La suite après cette publicité

Après 15 ans au Napoli où il a tout connu, Lorenzo Insigne annonçait l'hiver dernier son arrivée libre à Toronto pour cet été. Un nouveau défi pour l'ailier gauche de 31 ans qui a été accompagné au Canada par son compatriote et coéquipier en sélection italienne : Federico Bernardeschi (28 ans). Libre également après un passage à la Juventus où il aura démarré fort avant de perdre pied au fil des saisons, l'ailier droit se présentant comme le pendant parfait de Lorenzo Insigne. Après 5 matches passés ensemble sous la tunique du Toronto FC, le bilan est plutôt prometteur. En rejoignant une équipe qui était 13e de la Conference Est de MLS sur 14, les deux hommes savaient que le premier exercice en Amérique du Nord allait être compliqué. Pour autant, ils se sont vite fondus dans le moule et ont initié une dynamique prometteuse depuis leurs débuts le 24 juillet dernier. Contre Charlotte, les deux hommes ont déroulé lors d'une victoire 4-0 où Federico Bernardeschi a marqué tout en délivrant une passe décisive, alors que Lorenzo Insigne avait lui aussi distillé une offrande. Après la rencontre, leur coach Bob Bradley était assez agréablement surpris.

«Lorenzo est si vif, c'est un gars intelligent... C'est ce que vous voyez quand vous êtes autour de lui de près, à quelle vitesse il mesure différents moments. Federico a de la qualité et travaille aussi, c'est super à voir» expliquait Bob Bradley après la rencontre. Le président du club Bill Manning était aussi dithyrambique sur l'arrivée de Lorenzo Insigne : «dès que nous avons signé Lorenzo, notre profil a été rehaussé. Nous constatons un intérêt pour notre club de l'étranger d'une certaine manière comme nous ne l'avons jamais vu auparavant. Nous avons eu un certain nombre de bons joueurs qui ont signé avec ce club, mais aucun de cette ampleur. Nous avons beaucoup d'ambition dans notre club et nous envisageons vraiment au cours de ces quatre ou cinq prochaines années que Lorenzo soit une pièce fondamentale.» Ne loupant pas leur grande première, les deux hommes ont confirmé le bon travail réalisé lors des matches suivants.

Toronto de retour dans la course aux play-offs

Avec des nuls contre New England (0-0 et 2-2), des victoires contre Nashville (4-3) et Portland (3-1), Toronto est remonté de deux rangs en Conference Est (11e place mais est déjà revenu à quatre petits points de New England (6e) et trois d’Orlando City (7e) qui sont pour le moment potentiellement qualifié en play-off. Avec respectivement 4 buts et 2 offrandes en 6 matches pour Federico Bernardeschi et 2 buts et 1 offrande en 6 matches pour Lorenzo Insigne, les deux hommes sont concernés par 9 des 12 derniers buts de la franchise canadienne. Un chiffre impressionnant qui place déjà toute l'importance qu'ils ont su prendre dans ce projet. Et surtout, ils sont impliqués à 100% dans cette aventure. Dans une interview pour Tuttosport, Federico Bernardeschi est notamment revenu sur ce début d'aventure : «Le but (son premier ndlr) ? C'était une sensation fantastique. Merveilleuse. Une façon féerique de commencer cette aventure.»

«À un moment donné, des équipes italiennes, une anglaise et une française sont venues me chercher. C'étaient des offres intéressantes, des projets techniques qui pouvaient aussi me séduire. Mais j'ai pensé, en Italie tu as tout gagné, avec l'équipe nationale tu es devenu champion d'Europe, je ne pouvais pas demander plus, alors que celle de la MLS était et est une perspective complètement nouvelle et fascinante. J'ai signé un long contrat, pratiquement six ans. J'aimerais rester ici longtemps, devenir une idole, développer d'autres activités aussi. Pensez à ce que David Beckham a réussi à faire aux États-Unis» a-t-il poursuivi en justifiant son choix. Des ambitions fortes de la part du joueur de 28 ans, que partagent également son compère Lorenzo Insigne. Ce dernier a apprécié la possibilité d'être au centre de ce nouveau projet.

«Il y a eu d'autres propositions venues d'Europe, mais je le répète, elles ne m'ont pas trop excité. Puis j'ai reçu l'appel du TFC, ils m'ont promis un gros projet autour de moi, et j'ai accepté. Ensuite, j'ai eu un soutien important de ma femme et mes enfants» a-t-il lâché à TLN. Au-delà de l'apport comptable, l'arrivée des deux transalpins a transfiguré l'effectif de Toronto comme l'a noté l'ancien Rennais Chris Mavinga au site de la MLS: «ils nous poussent à jouer notre meilleur football. Alors maintenant, vous pouvez voir qu'avec les Italiens qui jouent avec nous, nous n'avons perdu aucun match de 90 minutes.» Également accompagnés par Dominico Criscito (ex Zenit et Genoa) au Canada qui a marqué un but fou contre New England Revolution (2-2), Lorenzo Insigne et Federico Bernardeschi ont totalement métamorphosé les Reds et mettent déjà la MLS en émoi.

Plus d'infos

Commentaires