Droits TV : Jean-Michel Aulas tente de calmer le jeu avec Canal +

Interrogé sur les droits TV lors de la conférence de presse de présentation d'Islam Slimani, Jean-Michel Aulas a dit ce qu'il pensait. L'occasion pour lui de parler de Canal.

Jean-Michel Aulas pendant une conférence de presse
Jean-Michel Aulas pendant une conférence de presse ©Maxppp
La suite après cette publicité

Depuis quelques mois et l'annonce du non-paiement des échéances de la part de Mediapro, et donc de la future fermeture de Téléfoot La Chaîne, la question des droits TV pour la Ligue 1 et la Ligue 2 est sur toutes les lèvres. Car avec des liquidités en moins, le football français est dans le dur financièrement et plusieurs clubs de l'Hexagone en souffrent. Et justement, mardi soir, le président du groupe Canal Maxime Saada a demandé un nouvel appel d'offres, tout en glissant quelques punchlines : «nous n’oublions ni le report des matchs par la LFP sans concertation lors du mouvement des «gilets jaunes», ni l’argent supplémentaire demandé pour décaler le coup d’envoi du match du dimanche soir de quinze minutes, et encore moins les réjouissances de nombreux présidents lorsque Canal+ est rentré bredouille de l’appel d’offres de 2018.»

Alors forcément, lors de la conférence de presse de présentation d'Islam Slimani ce mercredi, le président de l'Olympique Lyonnais Jean-Michel Aulas a eu le droit à des questions sur le sujet des droits TV. «Bien sûr qu'on essaie de s'adapter à la situation, qui est doublement difficile en France. On a fait, au niveau de la Ligue, les pires erreurs en arrêtant le championnat (la saison dernière, ndlr). On a effectivement choisi Mediapro alors qu'on aurait dû prendre des garanties supplémentaires. On se retrouve tous dans une situation difficile. On travaille bien à l'OL et on a privilégié le fait de garder un attaquant de haut niveau pour poursuivre notre belle aventure», a d'abord déclaré le boss des Gones.

«Ce n'était pas du tout dirigé contre Canal. Mais j'ai compris qu'il y avait de la part de Canal une frustration»

Mais rapidement, les questions ont dévié sur Maxime Saada et Canal +. Et JMA a sorti la carte de l'apaisement : «le jour où on a négocié avec Mediapro et la Ligue, j’ai eu une malheureuse formule en disant que c’était un jour béni pour le foot français. Ce n'était pas du tout dirigé contre Canal. Mais j'ai compris qu'il y avait de la part de Canal une frustration. Est-ce qu'ils avaient raison trop tôt eux aussi parce que Mediapro n'a pas réussi à tenir ses engagements ? Je pense qu'aujourd'hui, on a affaire à un certain nombre de très grands clubs en France. (...) On ne peut pas dire que le championnat français s'est dévalorisé.»

Dans la foulée, Jean-Michel Aulas a évoqué l'avenir, en parlant également de BeIn Sports. « Peut-être qu'il y a des erreurs de la part des dirigeants, et dans ce cas-là ils seront poursuivis. Il faut qu'on trouve des solutions avec Canal et ceux qui aiment le foot français pour que les droits TV reviennent à leurs valeurs intrinsèques. On va travailler pour réfléchir aux solutions et je sais bien qu'il y en a qui vont arriver pour permettre au football français d'être au plus haut niveau. (...) Il faut qu'on trouve la bonne solution pour que personne ne perde au change. Et j'ai une confiance absolue en BeIN et Nasser (al-Khelaïfi). Merci à tous ceux qui vont nous aider, y compris Canal qui, je le répète, a joué un rôle essentiel dans le développement du foot en France », a conclu le président lyonnais sur le sujet, visiblement désireux de jouer l'apaisement en espérant sauver les meubles.

Plus d'infos

Commentaires