Schalke : Schröder raconte les heures interminables pour voir Amine Harit à l’OM

Amine Harit lors d'ASM-OM
Amine Harit lors d'ASM-OM ©Maxppp
La suite après cette publicité

L’Olympique de Marseille a officialisé l’arrivée d’Amine Harit en toute fin de mercato. L’international marocain a rejoint l’OM en prêt jusqu’en juin 2022 et a déjà convaincu lors de son premier match samedi dernier contre l’AS Monaco (0-2). Mais son arrivée dans la cité phocéenne aurait pu ne pas avoir lieu. En effet, il a fallu attendre la décision de la DNCG, qui avait imposé un encadrement de la masse salariale et du recrutement des Marseillais. Rouven Schröder, directeur sportif de Schalke 04, a raconté à Sport Bild comment il a vécu les derniers instants du mercato, avant que le prêt d’Harit soit finalement validé.

« C'était une grande respiration pour toutes les personnes concernées, y compris le joueur. Il avait un grand désir d'aller en France. Et nous ne pouvions pas vraiment nous permettre son salaire pour toute la saison et nous aurions dû économiser de l'argent dans d'autres domaines s'il était resté. Puis le transfert s'est éternisé, c'était éprouvant pour les nerfs. Amine était déjà à Marseille, même les photos avec lui étaient déjà prises et postées là-bas. Soudain, elles ont été supprimées à nouveau », a-t-il déclaré. « Marseille devait encore clarifier des questions ouvertes avec la ligue et la fédération. Pour nous, c'était de la folie : "Où sont les photos ? Parties !" Le conseiller d'Amine a alors repris contact avec le club et a contribué à orienter les choses dans la bonne direction. Je me suis assis avec mon beau-père le soir de la décision, il était là et il a souffert avec moi. Plus tard, il m'a envoyé un article sur le transfert et m'a écrit : "j'étais là." Aujourd'hui, je peux en sourire. »

Plus d'infos

Commentaires