Auxerre - OM : les notes du match

Au Stade de l'Abbé-Deschamps, l'Olympique de Marseille a enchaîné un quatrième succès consécutif face à l'AJ Auxerre (2-0) en ouverture de la sixième journée de Ligue 1. Portés par Gerson et Alexis Sanchez, les hommes d'Igor Tudor, solides défensivement, reprennent, provisoirement, la tête du championnat.

Chancel Mbemba sous les couleurs de l'Olympique de Marseille
Chancel Mbemba sous les couleurs de l'Olympique de Marseille ©Maxppp

Pour le match d'ouverture de la sixième journée de Ligue 1, l'Olympique de Marseille, sur la dernière marche du podium à égalité avec le Paris Saint-Germain (1er) et le RC Lens (2e), se déplaçait sur la pelouse du Stade de l'Abbé-Deschamps pour y affronter l'AJ Auxerre, tombé à Lyon en milieu de semaine mais présent en première partie de tableau avant ce week-end. Concernant les compositions, Igor Tudor faisait le choix de titulariser Issa Kaboré pour la première fois cette saison sur le couloir droit, l'obligeant aussi à aligner Jonathan Clauss à gauche, tandis que Gerson et Cengiz Ünder accompagnaient Luis Suarez en attaque. Côté AJA, Jean-Marc Furlan remaniant sa ligne du milieu de terrain dans son 4-1-4-1 avec trois changements par rapport au onze aligné face à l'OL pour laisser Hamza Sakhi, Mathias Autret et Gauthier Hein, tout comme Paul Joly, aligné à droite de la défense.

La suite après cette publicité

La première période de la rencontre était rapidement animée par les occasions de Clauss d'un côté (3e), mis en échec par Benoît Costil, et Sakhi de l'autre (6e), qui voyait son tir se dérober à gauche des buts de Pau Lopez. L'OM ouvrait finalement le score très tôt par l'intermédiaire de Gerson, bien trouvé en retrait par Ünder dans la surface, qui trompait le portier auxerrois d'une reprise intérieur du pied (1-0, 9e). Une ouverture du score qui permettait aux Phocéens de gérer leur avance, concédant quelques occasions. Les plus franches venaient néanmoins des visiteurs, comme le tir repoussé par Costil de Gerson, auteur d'un joli numéro technique dans la zone de vérité (18e), avant les tentatives trop croisées de Clauss (40e) et Mbemba (41e). En seconde période, l'AJ Auxerre montrait de meilleures intentions pour recoller au score mais difficile pour eux de tromper la vigilance des défenseurs marseillais, attentifs cet après-midi en terres icaunaises.

L'OM enchaîne et prend provisoirement la tête !

Avant l'heure de jeu, Hein était contré sur une belle opportunité initiée par Raveloson, finalement sanctionné d'un hors-jeu au départ de l'action (57e). Sur un contre éclair, le milieu offensif gauche s'offrait la possibilité d'affronter Lopez en face-à-face, malgré le retour de deux défenseurs adverses, mais sa frappe à ras de terre, trop molle, trouvait tranquillement les gants du gardien espagnol (60e). Sur un corner mal dégage, Autret trouvait Joly, auteur d'uune tête plongeante à droite du poteau de Lopez (66e). Voyant le réveil adverse, l'entrant Nuno Tavares prenait ses responsabilités et trompait Costil, heureux de voir le ballon heurter le poteau. L'ancien Bordelais était cependant plus vigilant sur la reprise de Sanchez dans la foulée (67e). Poussés par leurs supporters, les hommes de Jean-Marc Furlan tentaient le tout pour le tout afin d'arracher le point du nul, mais s'exposaient aux projections adverses, notamment grâce à un Tavares frais physiquement sur son couloir gauche.

Mais c'est un revenant qui faisait la différence dans le jeu : Amine Harit. Le Marocain, entré en jeu, décalait Guendouzi qui centrait en une touche pour Sanchez. Le Chilien fermait son pied et trompait Costil pour offrir le but du break aux siens, son troisième sous ses nouvelles couleurs (2-0, 84e). Cinquième victoire en six matches pour l'Olympique de Marseille (2-0), qui reprend temporairement son trône de leader devant le club de la capitale. Auxerre tombe pour la deuxième fois de rang cette saison et pourrait descendre en seconde partie de tableau à la fin de cette sixième journée.

- L'homme du match : Mbemba (8) : satisfaction olympienne depuis son arrivée en provenance du FC Porto, le défenseur congolais a, une nouvelle fois, montré toute sa solidité défensive. Une prestation taille patron. Rassurant pour ses coéquipiers dès l'entame du match (4e), il a multiplié les interventions autoritaires. Juste dans la lecture des trajectoires (29e, 33e), parfait dans le duel aérien et n'hésitant pas à se projeter quand l'occasion se présente (72e, 78e), le numéro 99 de l'OM a dégouté les offensifs auxerrois. Doté d'une belle vision du jeu, il n'a jamais été pris à revers dans cette rencontre (10 ballons récupérés). Si l'OM a su garder sa cage inviolée, il en est l'un des grands artisans.

AJ Auxerre

  • Costil (5,5) : il ne peut rien faire sur l'ouverture du score de l'Olympique de Marseille (8e). Par contre, il sauve son équipe, grâce à une petite touche de réussite, sur un superbe appel en profondeur de Gerson. En s'éloignant de sa ligne, il a gêné le joueur marseillais (13e). Il a bien fermé son premier poteau sur l'occasion de Gerson (17e). Le portier n'a plus eu grand chose à faire, malgré quelques situations chaudes dans sa surface, jusqu'à la frappe de Tavares sur le poteau puis la frappe de Sanchez dans la continuité (67e) au premier poteau. Il a encore réalisé une superbe parade sur la frappe de Suarez qui s'était débarrassé de Coeff (75e). Il ne peut rien non plus sur le deuxième but olympien (84e).

  • Joly (5) : son retour sur Clauss est a montré dans toutes les écoles de foot (3e). Il a remporté son duel face à l'Olympien en début de match avec plusieurs interventions de qualité (4e). Par contre, Gerson lui a fait mal grâce à un crochet subtil (17e). En attaque, son match n'a pas été satisfaisant avec notamment un centre dans les tribunes (22e). Ses passes ont manqué de tranchant ou elles ont été trop facilement intercepté (33e). Une bonne deuxième période pour lui malgré sa tête qui manquait de tout pour inquiéter l'OM (65e).

  • Jubal (4) : la défense a été beaucoup trop statique sur l'ouverture du score et les défenseurs centraux en prennent la responsabilité (8e). Après avoir touché le poteau, le ballon aurait pu être mieux attaqué par les Auxerrois. Il s'est fait prendre de vitesse par Gerson et a dû commettre la faute pour arrêter le marseillais, pas loin du carton jaune (24e). Il a fini par prendre la fameuse carte pour une vilaine faute en retard sur Suarez (39e). Même si la deuxième période olympienne a été plus calme, le défenseur n'a pas été très serein sur ce match.

  • Coeff (4.5) : il s'est fait prendre trop facilement par Under sur le premier but marseillais même si le crochet du Turc était spontané et de toute beauté (8e). La défense auxerroise n'a pas été à son aise, la faute à des Olympiens plein d'envie. Il s'est fait prendre par le contrôle de Suarez mais heureusement pour lui Costil veillait (75e). Comme son compère de la défense centrale, il n'a pas été au niveau des Olympiens sur l'ensemble des 90 minutes.

  • Mensah (4) : malgré sa frappe lointaine dans les gants du portier marseillais (35e), il n'a pas été très visible durant la première période. Il s'est fait prendre dans son dos plusieurs fois, heureusement sans conséquences directes pour l'AJA (44e). Malgré du mieux en début de deuxième période, le latéral n'a pas convaincu lors de cette rencontre. Par la suite, il a disparu des radars encore une fois. Le deuxième but marseillais est d'ailleurs venu de son coté et on se demande encore à la rédaction où était le latéral auxerrois (84e).

  • Touré (4.5) : le capitaine auxerrois n'a pas réussi à remobiliser ses troupes alors que le milieu marseillais a survolé le match dans l'entrejeu. Il n'a pas non plus réussi à organiser, de derrière, les offensives auxerroises. Même si l'équipe de Furlan s'attendait surement à un match difficile face à l'OM, l'entraineur bourguignon n'a pas du être satisfait du match de son numéro 12. Un match à oublier rapidement pour le capitaine de l'AJA.

  • Hein (5,5) : sa récupération aurait pu faire très mal à l'Olympique de Marseille si Sakhi n'avait pas manqué de précision dans le dernier geste (6e). Il a été au four et au moulin, important en attaque comme en défense. Excellent retour sur Clauss après une contre attaque olympienne suite à un corner auxerrois (15e). En début de deuxième période, il a enchainé une récupération dans sa surface avant de lancer Raveloson d'une superbe transversale (48e). Il a beaucoup dézoné pour aller apporter son aide sur le côté droit en deuxième période. Malgré de beaux échanges avec Joly, comme sur ce beau une-deux (52e), il a manqué la plus belle action auxerroise en pêchant dans la finition (60e). Il a été remplacé par Sinayoko (69e).

  • Raveloson (5) : bonne première intervention dans sa surface dès le début du match (1e). Il est venu soutenir ses coéquipiers en défense comme Joly sur Under (25e). Son impact défensif l'a surement lessivé pour avoir une véritable influence en attaque. Il a manqué son contrôle sur la transversale de Da Costa qui aurait pu permettre une belle action pour Auxerre. Il a été remplace par Niang (57e).

  • Sakhi (5,5) : il a manqué de réalisme dans la surface olympienne comme sur cette contre attaque en début de match (6e). Son petit pont montre toute l'étendue de son talent (18e) malheureusement il n'a pas pu conclure son action à cause d'un retour de Rongier (19e). Le plus entreprenant au milieu de terrain pour Auxerre, il a réalisé un amour de tacle sur Balerdi avant de récupérer la faute derrière (55e).

  • Autret (4) : moins percutant que Hein sur son côté gauche, les offensives auxerroises ont donc penché sur le côté droit. il faut dire que le duo Mensah-Autret n'a pas eu le volume de jeu escompté durant la première période de ce match. Son centre pour Joly était parfaitement dosé mais le latéral droit n'a pas réussi à cadrer sa tête (65e). Cette éclaircie n'a pas suffi à cacher la grisaille de son match. Il a été remplacé par Perrin (69e).

  • Da Costa (4,5) : il a mis la pression dans la zone de vérité sur les rares ballons qu'il a eu à négocier. Malheureusement pour lui, il a été sevré de bons ballons et encore plus de ballons dans la surface adverse. En première période, les Auxerrois ont eu un seul ballon à négocier dans la surface de vérité olympienne. En deuxième période, il est parti de sa surface pour récupérer le ballon et lancer Hein, presque en face à face avec Lopez, mais la plus belle action auxerroise a fini en eau de boudin (60e). Il a été remplacé par M'Changana (78e).

Olympique de Marseille

- Lopez (5) : titularisé pour la quatrième fois consécutive depuis le début de la saison, l'Espagnol a vécu une rencontre plus que tranquille. Jamais inquiété, il a ainsi profité de la globale domination collective des siens, se contentant de capter une frappe timide de Mensah (35e) et une tentative trop écrasée de Hein (61e). Propre dans la relance, l'ancien de la Betis et de la Roma peut rentrer à Marseille avec le sentiment du devoir accompli.

- Mbemba (8) : voir ci-dessus.

- Balerdi (6) : placé dans l'axe de la défense à trois choisie par Igor Tudor, l'Argentin aux deux sélections, passé par le Borussia Dortmund, a vécu une première période relativement calme. Protégé par un milieu performant, celui qui était notamment visé par Bologne lors du mercato estival ne s'est pas montré irréprochable dans le duel mais n'a jamais failli. Solide dans le duel au retour des vestiaires (47e, 49e) et décisif pour freiner Hein, tout proche d'égaliser (61e), Balerdi s'est montré à son aise.

- Kolasinac (6) : absent face à Clermont, l'international bosnien aux 49 sélections faisait son retour au sein de la défense marseillaise. Malgré une première perte de balle (6e) et quelques duels manqués, l'ancien d'Arsenal a réalisé une performance globalement satisfaisante. Fort de plusieurs interventions face aux attaquants troyens (18e, 22e, 26e, 45+1e), il a tenu son rang, tout en compensant les quelques montées de Clauss sur le côté gauche. Précieux dans la récupération du ballon, il a continué de tenir son rang malgré la pression mise par les hommes de Jean-Marc Furlan en seconde période.

- Clauss (5) : homme fort du début de saison réalisé par les Phocéens, l'ancien latéral du RC Lens cédait, pour l'occasion, son couloir droit à Kaboré. Présent sur le côté gauche, le natif de Strasbourg n'a, cependant, pas tardé à se signaler. Auteur de la première occasion franche de cette rencontre après une superbe ouverture d'Under, il ne transformait pas l'offrande (3e). Coupable d'un certain manque de réalisme offensif, il tergiversait une nouvelle fois sur un contre bien mené (16e) avant de voir sa frappe manquer de précision (40e). Pour le reste, sa prestation reste très intéressante sur le plan défensif. Remplacé par Tavares (6,5) à la pause. Inarrêtable depuis le début de la saison, le latéral prêté par les Gunners a encore montré toute sa classe devant le but. Tout proche de doubler la mise pour l'OM, il voyait finalement sa frappe repoussée par le montant auxerrois (67e). Percutant et rassurant défensivement, sa prestation est encore plus que séduisante.

- Rongier (5,5) : dans un rôle de double pivot, l'ancien joueur du FC Nantes a parfaitement tenu son rang. Sérieux pour quadriller le milieu de terrain marseillais, il a également colmaté les quelques brèches laissées par ses coéquipiers (19e). Imperturbable dans le duel et précis dans la transmission, Rongier a récité une belle partition. Sans éclat mais très sérieuse.

- Veretout (5) : malgré une arrivée très commentée sur la Canebière, le milieu de terrain de 29 ans, arrivé de l'AS Roma, s'impose progressivement comme un cadre de la formation olympienne. De retour dans le onze titulaire après ses 32 minutes disputées contre Clermont, l'ancien de la Fio et d'Aston Villa a une nouvelle fois répondu présent. Quelques interceptions précieuses, un rendement défensif intéressant et une orientation du jeu bien pensée. De quoi conforter Tudor dans son choix d'en faire une pièce maîtresse de l'OM.

- Kaboré (5) : pour sa première titularisation sous le maillot olympien, le nouveau latéral droit de l'OM s'est distingué. Fort d'un gros volume de jeu, l'ancien Troyen est d'ailleurs à l'origine de l'action sur l'ouverture du score (8e). Malgré quelques imprécisions, notamment sur le plan offensif, sa rigueur défensive (28e) et son implication sur le front de l'attaque restent à souligner. Toujours disponbile pour ses partenaires du milieu, il a souvent permis au duo Rongier-Veretout d'avoir une solution supplémentaire. Plus discret en seconde période aux abords de la surface auxerroise, il s'est cependant appliqué à bien défendre. Remplacé par Pape Gueye (70e).

- Ünder (6) : aligné dans le onze de départ lors des deux premières journées de Ligue 1, l'ailier international turc, évoqué du côté de l'Atalanta Bergame lors du mercato estival, n'avait plus gouté aux joies d'une titularisation depuis. Pour son retour, l'ancien de la Roma a répondu présent. Actif dès les premiers instants, il se signalait d'une superbe ouverture vers Clauss (3e). Juste techniquement, précieux dans l'orientation du jeu (18e, 22e) et constamment disponible pour ses partenaires, le numéro 17 olympien s'est par ailleurs montré décisif sur l'ouverture du score, enchaînant crochet-frappe du gauche sur le poteau (8e). Plus discret au retour des vestiaires, il est remplacé par Alexis Sanchez à l'heure de jeu (59e). Véritable poison pour les défenses adversaires, le Chilien, pas loin de faire le break en reprenant la frappe de Tavares, déviée par le montant (67e), permettait finalement aux siens de se mettre à l'abri en fin de rencontre (84e). Une entrée en jeu décisive.

- Gerson (6) : cadre de l'OM version Igor Tudor, le milieu de terrain brésilien, aligné sur le côté gauche de l'attaque marseillaise, a encore été précieux. Opportuniste et auteur de l'ouverture du score (8e), il s'est surtout montré très juste techniquement. Parfois trop gourmand, à l'instar de cette frappe tentée dans un angle fermée (18e), l'ex-joueur de Flamengo reste essentiel dans la percussion. Juste dans les derniers mètres adverses et intelligent dans la distribution, il est remplacé par Guendouzi peu avant l'heure de jeu (59e). Passeur décisif sur le second but olympien, l'ancien Merlu a apporté toute sa fougue.

- L. Suarez (4) : auteur de deux buts en trois rencontres depuis son arrivée dans la cité phocéenne, le Colombien s'est montré particulièrement discret au cours du premier acte. Excepté ce une-deux menant à une frappe de Gerson, l'attaquant international aux 4 sélections n'a jamais été trouvé par ses partenaires. Un peu esseulé en pointe, il s'est malgré tout distingué par son implication en tant que premier défenseur du bloc olympien. Remplacé par Harit (80e), impliqué sur le deuxième but marseillais et averti dans les derniers instants (90e).

Revivez en intégralité le live commenté de cette rencontre

Les compositions officielles au coup d'envoi

Le XI de l'AJ Auxerre

Le XI de l'OM

Plus d'infos

Commentaires