PSG : Thomas Tuchel est sur un siège éjectable

Thomas Tuchel joue très gros contre l'Atalanta en quart de finale de Ligue des Champions. Une qualification conforterait sa place pour une saison de plus. Dans le cas contraire...

Thomas Tuchel sur le banc lors de l'amical entre le Paris SG et le FC Sochaux
Thomas Tuchel sur le banc lors de l'amical entre le Paris SG et le FC Sochaux ©Maxppp

Le Paris SG se prépare à Faro, dans le sud du Portugal, pour l'un des rendez-vous les plus importants de sa saison. Pour la première fois depuis trois exercices, le club de la capitale a enfin réussi à franchir l'obstacle des 8es de finale de Ligue des Champions. Et face à l'Atalanta mercredi, les Rouge-et-Bleu feront tout pour atteindre le dernier carré.

La suite après cette publicité

Thomas Tuchel met ses troupes dans les meilleures conditions pour atteindre cet objectif. Le technicien parisien deviendrait, en cas de qualification, le premier coach à envoyer le PSG en demi-finale de C1 depuis Luis Fernandez en 1995. L'Allemand sait en outre que, s'il y parvient, il sera quasiment assuré d'aller au bout de son contrat, c'est-à-dire en juin 2021.

Un chèque à 15 M€

En revanche, si le scénario inverse se présentait, il aurait du souci à se faire. De quoi expliquer peut-être sa nervosité lors de ses dernières sorties publiques en conférence de presse, comme après la finale de Coupe de la Ligue remportée contre l'Olympique Lyonnais. L'Équipe révèle qu'au sortir de la défaite à Dortmund en 8e de finale aller (2-1), Nasser Al-Khelaïfi était particulièrement irrité et aurait pu le licencier en cas d'élimination face au BVB. Un faux-pas face aux Bergamasques pourrait avoir les mêmes conséquences.

Un licenciement de TT et son staff coûterait près de 15 M€, explique le quotidien sportif. Une somme conséquente qui pourrait faire réfléchir les comptables parisiens, déjà empêtrés dans un différend avec un ancien partenaire commercial, qui pourrait coûter sensiblement la même somme. En période de crise, le PSG y réfléchira à deux fois. Mais on le sait, la patience de NAK a ses limites. Leonardo, de son côté, maintient, selon la presse italienne, un contact avec Massimiliano Allegri, libre comme l'air.

Plus d'infos

Articles recommandés

Commentaires