Les histoires rocambolesques du mercato : Florian Thauvin du LOSC à l'OM

Lors de cette période de confinement, Foot Mercato vous propose de revivre des histoires improbables du mercato. Pour ce premier épisode, nous vous racontons le tumultueux été de Florian Thauvin à Lille.

Florian Thauvin lors d'un entraînement du LOSC en août 2013
Florian Thauvin lors d'un entraînement du LOSC en août 2013 ©Maxppp

« Après Soualiho Meïté (18 ans), le LOSC continue de bâtir son équipe de demain en enrôlant le jeune et talentueux Florian Thauvin (20 ans). Le milieu de terrain offensif bastiais s’est engagé aujourd’hui en faveur du club nordiste pour 4 ans et demi. Il sera toutefois prêté au SC Bastia jusqu’à la fin de la saison. » Voici le communiqué que publiait le Lille Olympique Sporting Club le 29 janvier 2013. Si le milieu de terrain franco-ivoirien est resté sous contrat jusqu'en 2017, en ayant effectué moult prêts, avec les Dogues, Florian Thauvin, lui, ne participera à aucun match avec la formation entraînée par René Girard.

La suite après cette publicité

Prêté dans la foulée au Sporting Club de Bastia, le natif d'Orléans sera sacré champion du Monde des moins de 20 ans avec l'équipe de France lors de l'été qui suit. Mais c'est alors que l'Olympique de Marseille s'intéresse à lui. Mais revenons au départ. « Il a été repéré par Bompard, qui était à Lille avec Rudi Garcia, et qui lui avait dit "il faut absolument signer Thauvin". Garcia avait aussi été conquis lorsque Thauvin avait joué contre Lille. Ça m'avait paru assez simple en janvier. À l'époque, je suivais Lille, je n'ai pas le souvenir que Vincent Labrune avait été dingue. Mais vu comment ça s'est passé six mois plus tard, tu peux te dire que l'OM était déjà dessus », nous détaille Vincent Garcia, grand reporter au journal L'Équipe.

Chambré en équipe de France des moins de 20 ans

À l'époque, Florian Thauvin est conseillé par le fameux tonton Adil, Adil Amazzough de son vrai nom. Et c'est à ce niveau précis que Vincent Labrune entreprend un énorme travail de lobbying. Mais ce n'est qu'une partie du travail de l'ancien président de l'OM. À l'époque, Florian Thauvin signe à Lille avec un salaire approchant les 45 000 euros. Le patron phocéen lui fait alors miroiter un salaire bien plus important, doublé, voire triplé. Ensuite, il part faire la Coupe du Monde U20...

Ensuite, c'est ce qui se déroule dans l'intimité des Bleuets qui fait pencher la balance. Dans ce vestiaire, on le rappelle, Samuel Umtiti, Paul Pogba, Alphonse Areola et Geoffrey Kondogbia. Certains jouissent même de gros salaires malgré leur jeune âge. Son salaire nordiste est donc parfois source de quelques railleries. Dans la tête du joueur, il considère alors que l'OM, c'est meilleur que Lille, mais aussi qu'il sera bien mieux payé dans la Cité Phocéenne.

La guerre entre Seydoux et Labrune

Ensuite, place aux passes d'armes entre les deux présidents, Michel Seydoux d'un côté et Vincent Labrune de l'autre. « Cela a été très chaud entre les deux. Seydoux a eu des mots super durs contre Labrune au début du mercato. Quand l'intérêt de l'OM a commencé à filtrer, on devait être en mai-juin. Les contacts entre l'OM et Thauvin sont plus anciens, c'est un travail de sape qu'a fait Labrune. Après on parle de business, ça a été très chaud, mais ça s'est bien fini. Tout le monde y a trouvé son compte. Seydoux l'a vendu 15 millions d'euros le 2 septembre et Labrune et a eu son joueur. Après, les relations entre les deux, Seydoux s'était presque excusé en disant "on a fait une affaire quand même" », se rappelle le journaliste.

Mais avant que tout cela ne se termine, le 2 septembre donc, Florian Thauvin était bien revenu au domaine de Luchin. Le 8 août, le joueur est protégé par son nouveau club, qui ne le fait pas entrer sur le rectangle vert lors de la séance ouverte au public, prétextant qu'il effectue des tests. Michel Seydoux avait d'ailleurs donné le la dès la mi-juin : « il n'y a pas de dossier Thauvin. Je me suis exprimé dans un quotidien local (La Provence, ndlr). Quand je dis non, c'est non, point barre ».

Seydoux le menace de jouer avec la CFA

Mais sa reprise n'a rien eu de normal. « C'est un sketch ! il revient, mais il traîne les pieds, il fait la grève de l'entraînement fin août. Dès le mois de juin, il avait laissé planer l'idée de faire la grève de l'entraînement, il était déterminé. Il s'est mis ses coéquipiers à dos. À l'époque, il y avait des Mavuba, Balmont, je crois, de sacrés caractères. Et Thauvin était passé, auprès des Lillois... les gars lui avaient dit en substance "si tu ne veux pas jouer avec nous, barre-toi". Son comportement n'a pas du tout été apprécié par les joueurs. Par les dirigeants, je n'en parle même pas, mais ça avait été un sacré bordel. Dans ce dossier-là, jusqu'au bout il y a eu du poker menteur », rappelle Vincent Garcia.

Florian Thauvin, lui, ne s'était pas exprimé à ce sujet. Mais il l'a fait quelques années plus tard. « J’avais choisi, à l’époque, de ne pas m’exprimer sur ce sujet. Les dirigeants nordistes avaient dit, eux, beaucoup de choses dans les médias. Tout m’est retombé dessus. Ça a brouillé mon image. Aujourd’hui je suis heureux, car les gens ont appris à me connaître. Ils savent que je ne suis pas celui qu’on a décrit à cette période Je ne suis ni indulgent ni sévère. Je me suis trompé et je me tromperai encore. J’aurais seulement préféré éviter certaines erreurs, mais elles m’ont permis de grandir, d’apprendre et de changer », avouait-il cinq après, en 2018.

La variable Rudi Garcia

Quelques jours avant sa signature à l'Olympique de Marseille, le 26 août très précisément, Michel Seydoux menaçait. « Il y a une CFA à Lille. Il y a des solutions. Mais je veux qu’il joue en équipe première, qu’il montre son talent et qu’il prouve que c’est un grand joueur. Je ne suis pas en train de manier la carotte et le bâton. Il faut qu’il prenne conscience que lorsqu’on signe un contrat, on l’honore. On n’écoute pas les sirènes qui sifflent dans tous les coins », lançait le président du LOSC.

Probablement une stratégie pour faire monter le prix, selon le journaliste. À Lille, dirigeants, staff et joueurs ont très vite été conscients que Thauvin ne porterait jamais le maillot du LOSC. Enfin, une chose aurait pu changer la donne : Rudi Garcia. Le technicien français est celui qui recrute Florian Thauvin à Lille en janvier. Mais le 12 juin 2013, il s'engage avec l'AS Roma. René Girard le remplace à la tête du LOSC et lui n'est pas spécialement fan du joueur, puisque ce n'est pas lui qui a souhaité le recruter. On peut penser qu'avec l'actuel entraîneur de l'OL, Florian Thauvin serait peut-être resté dans le nord. Finalement, après moult rebondissements, Florian Thauvin s'engagera le 2 septembre avec l'Olympique de Marseille.

Plus d'infos

Articles recommandés

Commentaires