Coupe du Monde 2022, Équipe de France : les coiffeurs prennent cher !

Par Dahbia Hattabi
5 min.
Coupe du Monde 2022, Équipe de France : les coiffeurs prennent cher ! @Maxppp

Hier après-midi, Didier Deschamps avait choisi de faire largement tourner son effectif. Mais les remplaçants ont déçu.

La suite après cette publicité

Une autre équipe de France. Hier, Didier Deschamps a décidé de faire tourner son équipe en procédant à neuf changements suite à son dernier onze de départ. Face à la Tunisie, l'idée du technicien tricolore était de donner du temps de jeu aux remplaçants tout en faisant souffler les titulaires habituels. Mais son plan n'a pas vraiment été un succès puisque ceux que l'on appelle "les coiffeurs" ont été pour beaucoup à côté de la plaque. Ce qui est très inquiétant si jamais il devait y avoir des blessures ou des suspensions durant la suite du tournoi.

Des "anciens" décevants

Battus par les Aigles de Carthage (1-0), les Bleus ont livré une prestation médiocre. Habitué de la sélection, Raphaël Varane, auquel nous avons donné la note de 3,5, a été en difficulté et a été soutenu par un bon Ibrahima Konaté. Steve Mandanda ou encore Kingsley Coman, dont on attendait bien plus, n'ont pas non plus été à la hauteur. La doublure d'Hugo Lloris n'a pas vraiment été rassurante et le joueur du Bayern Munich, qui a eu la note de 3 de la part de la Rédaction FM, a été parfait dans son rôle d'homme invisible. L'Equipe et Le Parisien lui ont donné la même note pour l'ensemble de son oeuvre. Aurélien Tchouameni (4,5) aurait pu et dû prendre plus ses responsabilités mais cela a été compliqué avec une équipe remaniée très largement.

À lire Randal Kolo Muani raconte son duel perdu face à Emiliano Martínez

Si les "anciens" n'ont pas été très bons hier, que dire des autres. Face à la Tunisie, on a vu des Bleus dans tous les sens du terme. Beaucoup n'ont rien montré ou ce qu'il ont montré n'était pas digne du niveau international. Eduardo Camavinga a occupé comme il a pu le rôle de latéral gauche. Mais vu ce qu'il a montré, on se demande comment Deschamps a pu trouver que c'était une bonne idée. Le Madrilène, qui a eu la note de 2 de notre part, a été très brouillon. Mais il aura des occasions de se rattraper, surtout s'il joue à son poste.

La suite après cette publicité

Des nouveaux transparents

Mattéo Guendouzi, Jordan Veretout et Youssouf Fofana ont, eux aussi, été excellents de médiocrité. Guendouzi, qui a obtenu la note de 3, a été sanctionné de la même note par nos confrères de L'Equipe qui ont écrit à son sujet : «on ne sait pas dans quel domaine il a été le pire, avec ou sans ballon». Volontaire, le Marseillais a presque tout raté et c'est un exploit de l'avoir vu autant de temps sur le pré où il a passé 79 minutes en enfer. Son coéquipier Jordan Veretout (3,5) et Youssouf Fofana (4) ont aussi manqué leur rendez-vous et on n'est pas certains de les revoir ailleurs que sur le terrain d'entraînement du camp de base des Bleus.

En attaque, Randal Kolo Muani, sevré de ballons, a fait de son mieux au sein d'une formation dans le dur. Même chose pour Axel Disasi, positionné en tant que latéral droit alors que l'option Pavard était possible pour DD. Un sélectionneur qui bricole et tente, tout en assumant sa part de responsabilité. «Cela leur servira. L'objectif était autre, c'était de ménager certains joueurs, d'autres avaient des petits bobos, Jules (Koundé) un carton jaune... Il y en a un qui devait jouer et qui a eu un problème, j'ai dû changer en début d'après-midi (Marcus Thuram). Je suis bien conscient qu'il y avait moins de repères et que cela nuit à l'expression collective».

La suite après cette publicité

Deschamps assume ses choix

Il a ajouté : «je sais bien que je ne les mets pas dans les meilleures dispositions en faisant autant de changements, mais on aurait pu mieux faire malgré tout. Ce n'est pas une question de système, ce sont les duels, les gestes techniques. Quand on attend une seconde pour passer la balle, ça vient vite... Après, je ne vais pas condamner qui que ce soit, bien au contraire». Mais certains ont perdu des points voire se sont tirés une balle dans le pied hier. La faiblesse de l'équipe bis a de quoi inquiéter aussi pour la suite du tournoi. Mais tout n'est pas à jeter selon DD.

«Néanmoins, pour tous ceux qui étaient là, cela leur permet de toucher du doigt l'exigence du très haut niveau face à une équipe tunisienne survoltée. On a été timides, en retard dans les duels, on a commis des erreurs techniques, même si on a réussi à avoir beaucoup d'occasions et de situations avec l'entrée de joueurs. On a même égalisé en fin de match... On ne peut pas atteindre tous les objectifs. Le premier, c'était d'être premiers. On n'a pas négligé ce match mais il devra nous servir pour dans quatre jours.» Face à la Pologne, Deschamps devrait faire appel à ses titulaires pour aller plus haut.

La suite après cette publicité
La suite après cette publicité

Fil info

La suite après cette publicité
La suite après cette publicité
La suite après cette publicité
La suite après cette publicité
La suite après cette publicité
La suite après cette publicité
La suite après cette publicité