FC Barcelone - Naples : les notes du match

Le Barça a été bousculé mais l'a emporté face à Naples 3-1 (1-1 à l'aller) et se qualifie pour le Final 8. Messi a encore fait la différence face à une équipe italienne, qui regrettera sans doute que le VAR n'ait pas tourné en sa faveur.

Messi a marqué face à Naples
Messi a marqué face à Naples ©Maxppp
La suite après cette publicité

Une soirée indécise s'annonçait au Nou camp. Après le 1-1 de l'aller en février dernier, le Barça et Naples disputaient enfin le match retour. Franchement poussifs depuis la reprise des compétitions, les Catalans ont fini par perdre le titre en Liga. Ils n'avaient pas d'autre choix que de sauver leur saison par le biais de la Ligue des Champions. Contesté par sa direction et ses propres joueurs, Quique Setién jouait sa survie et devait innover par contrainte au milieu de terrain à cause des suspensions de Busquets et de Vidal. Il alignait Rakitic et Sergi Roberto pour accompagner De Jong. Devant, on avait le droit à un trio Messi-Suarez-Griezmann. Naples se présentait en 4-3-3 avec Callejon et surtout Insigne, qui était très incertain, titulaires avec Mertens devant.

Les trois petits gabarits faisaient mal d'entrée de jeu à la défense catalane. Le Belge profitait d'une erreur de Piqué pour rater sa reprise qui terminait sur le poteau (2e). Premier coup de chaud. Dans ces premières minutes, le Barça défendait étonnamment bas, bien embêté par des Napolitains très mobiles. Secoués, les Culés ouvraient pourtant le score contre le cours du jeu sur leur première occasion. Lenglet poussait Demme sur Koulibaly pour ajuster une tête (1-0, 10e) curieusement validée par le VAR. Les Italiens tentaient de repartir de l'avant et malgré une qualité de jeu meilleure que leurs adversaires, ils se faisaient encore cueillir à froid. Messi s'infiltrait balle au pied entre Insigne et Mario Rui et parvenait, après s'être relevé, à ajuster Ospina d'un tir enroulé (2-0, 23e).

Messi fait encore et toujours la différence

Le génie de l'Argentin avait parlé une première fois. Il aurait pu parler une seconde fois après cet extérieur magnifique de De Jong qu'il parvenait à récupérer d'un contrôle de la poitrine et du bras... Le VAR annulait le nouveau but de la Pulga (30e). La vidéo intervenait une nouvelle fois lorsque Messi chipait le cuir dans les pieds d'un Koulibaly qui tardait à dégager. Le capitaine du Barça s'écroulait dans la surface et finissait par obtenir un penalty que transformait Suarez (3-0, 45e+1). La rencontre semblait pliée avant même la mi-temps mais c'était sans compter sur cette faute de Rakitic sur Mertens, qui offrait à son tour un penalty. Insigne ne tremblait pas et prenait Ter Stegen à contre-pied (3-1, 45e+5).

Naples repartait en seconde période avec des ambitions et la volonté d'aller chercher un exploit possible. Paradoxalement, le Barça semblait plus à l'aise dans le jeu, grâce notamment à la montée en puissance de son milieu de terrain, De Jong en particulier, mais concédait également des occasions. Malgré une volonté d'aller de l'avant, les Partenopei se heurtaient à leur maladresse technique, à un hors-jeu, une passe qui n'allait pas dans le sens du jeu. On a pu le voir avec Insigne (53e), l'entrant Lozano (71e), ce but refusé logiquement de Milik (81e) ou encore cette nouvelle tête de l'international mexicain sur l'extérieur du poteau (86e) et ce dernier centre tir de Di Lorenzo (90e+4). Les Blaugranas s'étaient contentés de quelques contres, dont le plus dangereux se terminait par une volée acrobatique de Messi (66e). Le score en restait là et le Barça verra le Final 8 pour un duel qui s'annonce autrement plus compliqué face au Bayern.

Revivez le live de la rencontre ici.

L'homme du match : Messi (7) : il a beaucoup marché et comme d’habitude a été décisif sur ses seules accélérations du match. D’abord contrarié par Koulibaly dans les premières minutes (9e), l’Argentin a rapidement fait parler de lui en s’offrant un chef-d’oeuvre dont il a le secret (23e). Sans un léger contrôle du bras, il aurait même pu doubler la mise (30e) mais il obtient également un penalty sur une phase de pressing (45e). Encore dangereux sur les rares opportunités de la seconde période (66e).

FC Barcelone :

  • Ter Stegen (6) : sauvé par son poteau sur cette occasion précoce de Mertens (2e), le portier n’a plus eu grand-chose à faire en cette première période où il est pris à contre-pied sur le penalty d’Insigne (45e+5). Son jeu au pied a fait beaucoup de bien aux siens tout comme ces ballons qu’il est allé chercher dans les airs.

  • Semedo (6) : d’abord en difficulté dans son couloir droit face aux combinaisons entre Insigne, Mertens et Mario Rui, le Portugais s’est rapidement reconcentré. Il a su hausser le ton, affichant sa grosse condition physique et surtout il a joué simplement. Plutôt adroit avec le ballon, il a pu apporter le surnombre et des décalages à Messi et consorts (27e, 63e).

  • Piqué (5,5) : maladroit sur sa première intervention qui a profité à Mertens (2e), il n’a pas toujours rassuré. Un peu lent, il a en revanche régné dans les airs sur les coups de pied arrêtés adverses et réalise une intervention très importante devant Callejon dans ses six mètres juste avant la pause (45e+7). Il a moins été inquiété par la suite de la rencontre.

  • Lenglet (6) : le Français a soulagé son équipe en ouvrant le score (malgré une faute non sifflée sur Demme) contre le cours du jeu (11e). C’était le moment parfait pour marquer son premier but en C1. Quelques longues transversales bien senties et une lecture du jeu qui a fait du bien pour récupérer des ballons chauds (22e, 53e). Il a eu plus de fil à retordre après l’entrée de Milik (81e, 86e).

  • Jordi Alba (5,5) : une première montée tranchante (9e) puis une seconde pour aboutir sur un excellent centre à destination de Luis Suarez (30e). Grâce à sa vitesse, il est parvenu à contrer quelques percées de Callejon (4e, 33e). L’Espagnol a également eu chaud sur cette intervention où il semble toucher le cuir de la main dans sa surface (29e). Encore en forme en seconde période mais sans la même maîtrise technique.

  • Rakitic (4,5) : titulaire grâce à la suspension d’Arturo Vidal, le milieu de terrain croate a réalisé une prestation en demi-teinte. Passeur décisif pour Lenglet sur corner (11e), il n’aura pas été rayonnant dans le jeu et paradoxalement, il a raté quelques coups de pied arrêtés (6e, 61e). Quelques petites erreurs techniques qui auraient pu coûter cher (28e), une certaine légèreté dans le jeu et une faute dans sa surface concédant un penalty (45e+4).

  • Sergi Roberto (5,5) : aligné d’entrée de jeu devant la défense à la faveur de la suspension de Busquets, l’habituel latéral droit a fait le boulot. Plutôt vif et mobile, il a offert sa disponibilité dans l’entrejeu (57e) et a effectué un travail intéressant de compensation quand il fallait se replier (4e, 19e). Il a joué juste, à défaut d’avoir été spectaculaire.

  • De Jong (6,5) : quand il s’est mis face au jeu, le Néerlandais aura été le moteur au milieu de terrain. Très propre techniquement, à l’image de ce ballon de l’extérieur pour Messi (30e), l’ancien de l’Ajax a su contrôler le jeu de son équipe en redoublant les passes et en cherchant les intervalles. Même sans le ballon, il a été déterminant entre ces retours défensifs, même s’il s’est parfois compliqué la vie (46e), et un travail de harcèlement du porteur de balle important.

  • Messi (7) : voir ci-dessus.

  • Suarez (6) : l’Uruguayen a souffert physiquement face à Koulibaly et Manolas mais ses déplacements intelligents ont offert des situations. Buteur sur penalty (45e+1), il voit Ospina intervenir sur sa reprise (30e) et rate cette frappe enroulée (25e). Un match globalement satisfaisant dans l’ensemble, d’autant qu’il aura souvent fait trembler l’adversaire en tombant facilement dans la surface. Averti (90e+2) et remplacé par Junior Firpo (90e+3).

  • Griezmann (3) : le numéro 17 catalan a encore connu une soirée compliquée. Jamais en position dangereuse, le champion du monde a touché très peu de ballon, s’effaçant complètement au profit de ses compères d’attaque mais aussi, et plus inqiuétant, de De Jong ou de Alba. On l’a aussi vu marcher assez souvent en seconde période alors qu’il avait jusque là été plutôt sérieux dans les efforts défensifs. Remplacé par Monchu (84e).

Naples :

  • Ospina (4) : si son équipe semblait avoir la maîtrise du ballon, le portier colombien ne pouvait rien faire sur le premier but de ce match tant la tête du buteur français était puissante (10e). Également impuissant à l'image de ses défenseurs sur ce rush en solitaire du sextuple ballon d'or qui trompait l'ancien gardien d'Arsenal d'un tir millimétré. Une rencontre pleine de frustration pour le dernier rempart napolitain.

  • Di Lorenzo (3,5) : malgré quelques bonnes montées offensives et une volonté de créer du jeu, le défenseur a subi tout au long du match les assauts offensifs des Catalans à l'instar de son homologue du flanc gauche Mario Rui. Certainement frustré par le score, il a par la suite commis beaucoup de fautes évitables.

  • Mario Rui (3) : le défenseur portugais a manqué de concentration sur le deuxième but des locaux. Impuissant face à la vivacité des crochets de Messi, il s’emmêlait les pinceaux aux côtés d'Insigne, profitant à Messi qui ne se faisait pas prier pour enrouler parfaitement ce ballon dans le petit filet d'Ospina. La victime principale de Messi a passé une bien mauvaise soirée.

  • Manolas (4) : de retour de blessure après un claquage tendineux en mai dernier, le colosse grec du haut de son mètre 89 n'a pas fait le meilleur match de sa vie. Malgré une bonne présence dans les airs, il ne pouvait rien faire sur les trois buts barcelonais. Le match peu chanceux de son partenaire en défense centrale n'a pas dû l'aider. Il ne sera pas à nouveau le héros d'un soir comme ce fut le cas avec l'AS Roma en 2018 avec ce but décisif qui éliminait les Catalans.

  • Koulibaly (5) : grand absent du match aller, le défenseur sénégalais, patron de cette défense à une nouvelle fois fait parler son statut d'indiscutable. Omniprésent dans les duels aériens, ce dernier n'a pas lâché d'une semelle un Suarez un peu esseulé. Malheureusement poussé au sol sur l'ouverture du score catalane pour le moins litigieuse, il ne pouvait que constater les dégâts. Encore moins chanceux sur le second but de l'Argentin qui devançait du bout du pied la relance du défenseur, entraînant un penalty transformé par Suarez. Le roc napolitain a tout de même participé au jeu offensif de son équipe, montant à multiples reprises sur le flan de l'attaque via des unes-deux virevoltants, mais cela restait anecdotique.

  • Fabian Ruiz (4) : en manque d'inspiration ce soir, celui qui a l'habitude d'organiser le jeu de son équipe aux côtés de Zielinski est complètement passé au travers de son match, à l'image de sa tentative de frappe dévissée. Pas exempte de tout reproche sur cette action mal menée par ce dernier qui tardait à donner son ballon (55e). Malgré la volonté de porter la balle vers l'avant, celle-ci lui a fait défaut au vu du nombre important de ballons perdus ce soir. Remplacé à la 79e par Elmas. Ce dernier manquant de temps de jeu pour inverser la tendance.

  • Demme (4) : arrivé cet hiver en provenance de Leipzig, le milieu de terrain germano-italien a été malchanceux sur le premier but encaissé des siens. Poussé par Lenglet, ce dernier retombait sur Koulibaly qui tombait à son tour, laissant libre comme l'air un Clément Lenglet qui n'avait plus qu'à pousser le cuir de la tête. Globalement peu en vue dans ces 45 premières minutes, il cédait sa place à la pause à Lobotka (4) dont l'impact ne suffisait pas à transcender le jeu de son équipe. L'entrant n'a pas réussi à faire mieux que son coéquipier sur cette seconde période.

  • Zielinski (4,5) : le patron de ce milieu de terrain n'a pas réussi à avoir l'impact espéré sur le milieu adverse et ce malgré quelques incursions intéressantes dans le camp adverse. Si sa technique et ses prises de balles ont rarement déçu, il a néanmoins été pris de vitesse bien trop souvent, le poussant à commettre plusieurs fautes, notamment sur Messi (59e). Remplacé à la 70e par Lozano qui se montrait dangereux dès son entrée en jeu avec sa tête puissante qui filait finalement juste au-dessus de la barre (71e) et une seconde sur l'extérieur du poteau (86e).

  • Callejon (3,5) : un match compliqué pour l'ailier espagnol qui n'a pas réussi à peser sur la défense blaugrana. Tout prêt d'offrir le second but à son équipe dans le temps additionnel du premier acte, le retour défensif de Piqué le ramenait finalement à la raison. Quasi transparent, un match à oublier pour lui. Remplacé à la 70e par Politano dont la rentrée ne changeait rien au cours de cette rencontre, ce malgré quelques tentatives lointaines qui n'inquiétaient pas le gardien.

  • Mertens (5,5) : d'entrée de jeu, le lutin belge était bien en jambe et donnait une grosse frayeur aux Catalans sur un tir dévissé qui finissant sur le poteau d'un Ter Stegen tout heureux de voir ce ballon repoussé par son montant (1e). Aligné à la pointe de l'attaque, il est à l'origine du penalty obtenu permettant ainsi de redonner un mince espoir à sa formation.

  • Insigne (5) : plus discret que d'ordinaire, le capitaine du Napoli, auteur malgré tout d'un repli défensif important, était trop attentiste sur le premier but du lutin argentin pourtant entouré par un autre Napolitain. Son penalty transformé dans le temps additionnel a permis de redonner un peu de couleurs à sa copie bien pâle. Celui-ci le remotivait et il n'était pas loin d’offrir le but de l'espoir à Callejon, en vain. Remplacé à la 79e par Milik qui n'avait besoin que d'une action pour inscrire un but, finalement refusé pour un hors-jeu (81e).

Plus d'infos

Articles recommandés

Commentaires