Finances : les clubs de Ligue 1 veulent se tourner vers des prêts

Les clubs de foot français commencent à réfléchir et à essayer de trouver des solutions pour tenter de sauver les meubles financièrement.

Nasser Al-Khelaïfi et Jacques-Henri Eyraud lors d'une rencontre entre le PSG et l'OM
Nasser Al-Khelaïfi et Jacques-Henri Eyraud lors d'une rencontre entre le PSG et l'OM ©Maxppp

Nos clubs professionnels de l'Hexagone - et on ne parle même pas des amateurs - sont en grandes difficultés financières comme la plupart des petites et moyennes entreprises en France. En plus de cela, la menace de Canal + de ne pas régler la traite du 5 avril plane au-dessus de leur tête et par conséquent, ils se la creusent pour essayer de trouver une solution afin de ne pas se mettre en quasi-faillite alors qu'on ne sait toujours pas quand reprendra le foot.

La suite après cette publicité

Dans son édition du jour, L'Équipe indique que les clubs français songeraient de plus en plus à emprunter de l'argent, les mesures du Gouvernement ne leur étant pas suffisantes et alors que le chômage partiel est déjà roi dans les clubs. « Il est possible que nous cherchions des liquidités auprès de nos deux banques locales », a expliqué Pascal Robert, le directeur général du Stade Brestois, au quotidien. Mais ce n'est pas seulement individuellement que la question va se régler.

Le Qatar à la rescousse ?

Toujours selon les informations du journal, un emprunt collectif, qui serait porté par la Fédération française de football (FFF) ou la Ligue de football professionnel (LFP), est une idée qui mûrit. Jean-Pierre Rivère, le président de Nice, a aussi eu une idée et a trouvé des alliers (Jacques-Henri Eyraud et Nasser Al-Khelaïfi) pour offrir en garantie le contrat des droits télévisuels actuels et éventuellement le prochain avec Mediapro contre le prêt d'une somme comprise entre 200 M€ et 250 M€. La Ligue y travaillerait actuellement.

Enfin, on pouvait s'y attendre, mais le président du Paris Saint-Germain a bien entendu, toujours selon le journal français, évoqué le fait d'appeler le Qatar à la rescousse. Une idée rejetée, semble-t-il, pour le moment par le patron du FC Nantes, Waldemar Kita, au bureau de la Ligue vendredi dernier. Une chose est sûre, le foot français semble se démener pour trouver des solutions. En attendant de savoir si les diffuseurs vont bien verser l'argent qu'ils doivent...

Plus d'infos

Articles recommandés

Commentaires