Les documents qui accablent la LFP et la Ligue 1

Pour faire face à la crise financière liée à la pandémie de coronavirus, la LFP a contracté un prêt garanti par l'Etat (PGE) de 224,5 M€. Mais ce jeudi après-midi, Mediapart a publié des documents qui n'annoncent rien de bon.

Jacques-Henri Eyraud, le président de l'Olympique de Marseille
Jacques-Henri Eyraud, le président de l'Olympique de Marseille ©Maxppp

Médiatiquement, le football français pensait avoir sauvé sa peau lorsque, le 4 mai dernier, la LFP annonçait officiellement avoir contracté un prêt colossal de 224,5 M€. Un prêt garanti par l'Etat (à hauteur de 90%) destiné à combler le non paiement des droits TV restants par Canal+ et beIN Sports. Sur le papier, les formations de Ligue 1 avaient donc réussi à pallier cet énorme manque à gagner. Une vraie bouffée d'oxygène dans un contexte financier très compliqué pour l'ensemble de la planète football.

La suite après cette publicité

Sauf que le tableau n'est pas si rose. Mediapart vient en effet de publier des documents accablants sur les dessous de ce PGE et sur la santé financière de plusieurs écuries de Ligue 1. En clair, la crise financière touchant la L1 serait plus grave que prévue et quatre clubs historiques du championnat de France sont clairement en danger. «L’Olympique de Marseille, les Girondins de Bordeaux, l’AS Saint-Étienne ou encore le LOSC semblent les plus menacés», écrit le média.

Une crise beaucoup plus grave que prévu

Si la LFP a décidé de contracter ce PGE, c'est surtout parce qu'un déficit net de 541 M€ aurait été estimé pour la fin du mois de juin. Un gouffre. Mais ce n'est pas tout. Mediapart publie un graphique dans lequel quatre clubs afficheraient des pertes immenses (-206,3 M€, -127,6 M€, -59 M€ et -54,1 M€) et seulement quatre seraient bénéficiaires. La LFP n'a indiqué aucun nom de club dans son document. Cependant, Mediapart ajoute un autre graphique montrant que ces fameux quatre clubs lourdement déficitaires seraient les seuls à afficher un solde net de trésorerie négatif après le partage de l'emprunt.

S'agit-il des quatre formations citées ci-dessus (OM, Bordeaux, Lille, ASSE) ? Mediapart n'écarte rien mais écrit que «leur identité ne fait pourtant guère de mystère». Toujours est-il que si cela se confirmait, ces quatre écuries se trouveraient en situation de cessation de paiements. Vous l'aurez compris, même le PGE pourrait ne pas être suffisant pour limiter la casse. Enfin, la LFP est également pointée du doigt. La raison ? La répartition du prêt serait loin d'être équitable. « La logique de la distribution des sommes vise effectivement à compenser le manque à gagner des clubs en droits télé, au prorata de ce qui était prévu, et non pas de venir en priorité au secours des clubs les plus en difficulté », peut-on lire. Autant de documents qui accablent un football français déjà très critiqué pour ses chamailleries et que le président de l'OM Jacques-Henri Eyraud avait vu venir puisqu'il avait alerté la LFP que Mediapart allait publier cette enquête. Une enquête qui va faire beaucoup de bruit.

Plus d'infos

Articles recommandés

Commentaires