Cristiano Ronaldo, Kylian Mbappé, Sergio Ramos, Vinicius Jr : les vérités mercato de Florentino Pérez

Le président du Real Madrid Florentino Pérez a profité de son passage sur le plateau d'une télévision espagnole pour évoquer le mercato à venir.

Florentino Pérez lors d'une conférence de presse
Florentino Pérez lors d'une conférence de presse ©Maxppp
La suite après cette publicité

Évidemment, la Super League était sur toutes les lèvres alors que Florentino Pérez était invité sur le plateau du Chiringuito. Mais le président du Real Madrid n'a pas pu éviter les questions au sujet de son club et, notamment, du mercato estival à venir. Et sans se cacher, il a commencé à répondre, par le biais d'une petite anecdote au sujet de Kylian Mbappé (22 ans, Paris SG). «Parfois, je me balade tranquillement avec mon masque en espérant passer inaperçu et on m'interpelle : "président, recrutez Mbappé". Je réponds : "tranquille". La vérité, c’est que c’est un bon joueur, mais il y en a d’autres très bons aussi», a-t-il botté en touche avant de concéder.

«Le Real Madrid a besoin d’un changement, comme dans tout cycle, je le dis sincèrement. Je ne parle pas forcément de Mbappé. Nous avons beaucoup gagné. Il faut bouger et récupérer la motivation. Je travaille sur ça, un renouvellement important. Nous avons conservé longtemps les mêmes joueurs, c'est difficile de changer quand on gagne autant. Mais le monde a besoin de changer en permanence», a-t-il lâché, expliquant ne pas avoir parlé à Mbappé «depuis des années» et assurant aux Madridistas qu'il ferait tout son possible pour que «le Real ne perde pas la place qui est la sienne».

Non au retour de CR7, le flou pour Ramos

L'homme fort de l'écurie merengue a par ailleurs répondu à la rumeur d'un retour de Cristiano Ronaldo (36 ans, Juventus). «Cristiano ne reviendra pas au Real Madrid. Il est sous contrat avec la Juventus. Cela n’a plus de sens. Je l’aime beaucoup, il nous a beaucoup donné, mais cela n’a pas de sens qu’il revienne», a-t-il lâché, mettant un terme au feuilleton. Autre dossier qui traîne, la prolongation de Sergio Ramos. Et là encore, Pérez a joué cartes sur table. «Je l’aime aussi beaucoup, mais nous sommes dans une très mauvaise situation», a-t-il d'emblée lancé avant de poursuivre.

«Nous devons être réaliste, c'est la crise. Nous pouvons régler la situation mais c'est compliqué. Pour l’instant, nous essayons de voir comment terminer cette saison. Nous verrons ensuite pour la saison prochaine. Il peut se passer beaucoup de choses. Nous parlons avec les joueurs, certains ont déjà baissé leurs salaires. Jovic et Odegaard qui sont partis en prêts par exemple. D’autres sont d’accord. Ils sont solidaires avec le club. L'année passée, Sergio a accepté aussi. Cette année non, c’est différent», a-t-il indiqué, avec une seule certitude. «Vinicius n’est pas à vendre. Il est intouchable». C'est dit !

Plus d'infos

Commentaires