À la découverte de Cameron Djassougue, prolifique buteur du FC Sochaux-Montbéliard !

À dix-huit ans, l’ailier gauche du FC Sochaux-Montbéliard Cameron Djassougue fait les beaux jours de l'effectif U19 de Pierre-Alain Frau, co-leader de la poule B du championnat national. À Foot Mercato, il a raconté son parcours et révélé ses ambitions. Portrait.

Cameron Djassougue, chasuble fluo et lunettes, face à Pierre Gibaud
Cameron Djassougue, chasuble fluo et lunettes, face à Pierre Gibaud ©Maxppp

Lorsque l’on joint Cameron Djassougue sur son téléphone, un vendredi soir de décembre, le jeune homme répond depuis le salon de son coéquipier et ami Samy Faraj. L’attaquant des U19 nationaux du FC Sochaux Montbéliard a fêté ses dix-huit ans en avril et donc quitté le centre de formation pour emménager à deux pas, dans l’une des six chambres individuelles du complexe mis à la disposition par le club : la Villa. Mais quand il n’empile pas les buts avec le FCSM, le natif de Montpellier aime passer du temps chez celui qui le complète sur le terrain. Ensemble, les deux comparses découvrent la vie d’adulte et affolent les défenses du championnat de France.

La suite après cette publicité

C’est à Boulogne-Billancourt, en bordure de la capitale, que Cameron passe toute son enfance. Et c’est à l’Athletic Club (ACBB), vivier des Hauts-de-Seine, qu’il s’inscrit et débute la pratique du football à l’âge de cinq ans. Ses lunettes façon Edgar Davids ne passent pas inaperçu. Un détail dont le joueur a appris à faire une force, après avoir été moqué. « Les gens rigolaient au départ, mais au final on me reconnaissait grâce à ça. J’étais performant et les gens parlaient du "joueur avec les "lunettes"». À 13 ans, il intègre l’INF Clairefontaine. Comme pour beaucoup de jeunes joueurs parvenus à passer les tours de sélection du centre de formation des Yvelines, Cameron paraphe un accord de non-sollicitation (ANS) qui sécurise son avenir proche auprès d’un centre de formation de club pro : il rejoindra le FC Sochaux Montbéliard.

Après avoir partagé son temps entre Clairefontaine, pour s’entraîner pendant la semaine, et Boulogne-Billancourt, où il dispute les matches avec l’ACBB le week-end pendant deux ans, en 2016 l'oiseau quitte le nid.« Au début, c’était difficile. Mais je me suis dit que c’était pour un but précis. Il fallait que je fasse les choses bien. Cela a été très dur pour ma mère et ma petite sœur. Je leur ai parlé et j’ai pris sur moi, » se souvient le joueur. L’ailier qui avait débuté attaquant de pointe en raison de son gabarit imposant passe la grille en fer forgé du Centre de formation Roland-Peugeot, des rêves plein la tête. Cameron fait partie de la génération de joueurs nés en 2000 et 2001 qui intègrent les U17 cette année-là.

Quand «l’enfant du club» devient « la Vache »

Anxieux au départ, s'il appréhende de se voir offrir plus de liberté et de devoir être autonome, il se souvient que les plus vieux l’avaient bien accueilli. Le terrain l’aide à s’acclimater. « Quand tu arrives en centre de formation, tu es tout seul. Tu es libre, mais il faut vraiment être sérieux. J’appréhendais un peu ça. Mais je me suis bien intégré et cette crainte s’est dissipée. Au début, j’étais le petit enfant. Et maintenant je suis l’enfant du club ». Pour sa première saison à Sochaux, Cameron réalise de belles choses. Sous la direction de Mickaël Vallée, il termine en tête du Groupe B du championnat U17 national, neuf points devant l’AJ Auxerre, et atteint les demi-finales des play-offs. Il contribue, avec ses 13 unités, à faire du club doubiste la meilleure attaque du championnat, avec 82 buts marqués !

Cette belle année 2016, il découvre l’équipe de France (U16, 2 sélections, 1 but ; U17, 2 sélections, 1 but). La saison suivante, sa deuxième dans le Doubs, Cameron est surclassé et découvre la Coupe Gambardella avec les U19. L'an passé, contrariés par les résultats du groupe pro en Ligue 2, entre 500 et 700 supporters viennent chaque week-end soutenir l’équipe U19 entraînée par Pierre-Alain Frau, au stade René Blum de Montbéliard. Comme ce 11 novembre 2018, où Cameron et ses coéquipiers s’imposent 4-1 contre Amnéville, dans une ambiance survoltée. Alors que les ultras fêtent la victoire avec les joueurs, un masque de vache est jeté des tribunes. Son compatriote, Pierre-Emerick Aubameyang avait opté pour Spiderman, Cameron a trouvé le personnage qu'il incarnera : la vache. Le surnom lui reste.

« On devait faire le clapping avec les supporters. L’un d’eux m’a donné ce masque de vache. Je l’ai mis et j’ai dansé. Les gens ont rigolé. Depuis ce jour-là, j’ai toujours conservé le masque et tout le monde m’appelle la vache », raconte non sans fierté le jeune attaquant. Un détail qui veut dire beaucoup pour le joueur et qui en dit un peu plus sur l’ambiance qui règne à Seloncourt, actuel 3e meilleur centre de formation de France, derrière ceux du PSG et du Stade Rennais. « Il y a une très bonne ambiance, on s’apprécie beaucoup. Il y a de la bonne humeur. Même quand les pros allaient moins bien, on se soutenait. On rigole, on est content de s’entraîner ».

Déjà 9 buts et 6 passes décisives cette saison

Cette saison, Cameron Djassougue a la confiance du coach, Pierre-Alain Frau. Il dispute tous les matches et enchaîne les bonnes performances. Auteur de 9 buts et 6 passes décisives en 14 titularisations, il est, aux côtés de son ami Samy Faraj, l’un des moteurs de l’équipe. Le duo a déjà inscrit 16 des 29 buts du FC Sochaux, qui partage la tête de la poule B avec l’Olympique Lyonnais. Sa belle forme du début saison, Cameron l’explique aussi par « des entraînements réussis, un état d’esprit positif et une confiance inébranlable ». Et une bonne communication avec son entourage. « Mes coéquipiers et le staff me parlent beaucoup, ils m’aident à garder confiance. Ma mère me soutient aussi. Ma famille compte beaucoup sur moi. Je ne dirais pas que j’ai la pression, mais il y a une attente. Il ne faut pas que je les déçoive. »

Ailier gauche, qui peut aussi évoluer à droite, bon dribbleur, Cameron aime le ballon. Partir avec sur son côté, accélérer et provoquer l’adversaire. Une-deux, but. Il n’oublie jamais d’évoquer le passeur décisif lorsqu’il raconte ses buts. Passe en profondeur, contrôle du gauche, frappe du droit. Il se mue aussi en renard des surfaces. Sa spéciale reste une action initiée dans la percussion, en combinant avec l’attaquant de pointe ou le milieu de terrain. Membre du groupe élite, il s’entraîne parfois avec la réserve qui évolue en National 3. Son prochain objectif ? Côtoyer le groupe pro d’Omar Daf. « Faire des groupes. M’entraîner avec les pros, c’est clairement l’objectif. On apprend aux côtés des grands. Leurs conseils sont toujours importants. J’espère avoir la chance d’approcher ce groupe-là ».

Contacté par nos soins, le conseiller du joueur évoque l'intérêt de plusieurs clubs étrangers, dont les émissaires étaient présents dans le Doubs fin novembre. Mais pour ce dernier, si Cameron fait partie des joueurs suivis dans le championnat U19 National, son avenir doit s'écrire à Sochaux, où il a la confiance de ses dirigeants. Pour le futur, Cameron, qui s'inspire des meilleurs, Neymar, Messi, Ronaldo, bien sûr, mais aussi Wiflried Zaha et Bernardo Silva, espère « exploser au haut niveau, si possible à Sochaux ». À lui désormais de confirmer lors de la deuxième partie de saison et d'aller chercher son contrat pro.

Plus d'infos

Articles recommandés

Commentaires