Lione Messi est revenu, Gonzalo Higuain s’en est allé. L’histoire retiendra que le compteur de Pipita avec la sélection nationale argentine s’est arrêté à 75 capes pour 31 buts inscrits. Trois fois finaliste d’une compétition majeure avec l’Albiceleste (en 2014 au Mondial brésilien, en 2015 et 2016 en Copa América), Higuain n’aura donc jamais rien gagné avec la sélection A. Un constat que beaucoup ont dressé dans son pays où les critiques envers l’équipe nationale sont très fortes. Leandro Paredes et Paulo Dybala peuvent récemment en témoigner.

Des critiques dures, notamment pour Higuain, essentiellement liées à l’absence de trophée majeur depuis une Copa América glanée en 1993. Car au pays des gauchos, les deux titres olympiques consécutifs acquis en 2004 et 2008 ne pèsent pas bien lourd. Pour preuve, le fiasco des hommes de Jorge Sampaoli lors du Mondial 2018 a viré au drame national et provoqué la mise en retrait temporaire de Lionel Messi. Face à toutes ces critiques, Gonzalo Higuain en a donc eu marre. Alors, au moment d’annoncer sa retraite internationale, le joueur de Chelsea, appartenant toujours à la Juventus, a confié son ras-le-bol.

« Pour le plus grand bonheur de beaucoup monde, mon cycle (avec l’Argentine) est terminé »

« Pour le plus grand bonheur de beaucoup de monde, mon cycle (avec l’Argentine) est terminé, comme l’ont déjà fait d’autres coéquipiers (Biglia et Mascherano). Ces gens peuvent arrêter de se préoccuper pour savoir si je serai appelé ou non. Qu’ils s’occupent de ceux qui sont présents ou de ceux qui vont arriver pour le bien de la sélection. Je veux profiter de ma famille. C’est très difficile. En Argentine, on accorde plus d’importance aux buts que je n’ai pas mis plutôt qu’à ceux que j’ai marqué. Je pense aussi que les buts marqués durant des phases éliminatoires sont tout aussi importants que ceux inscrits lors d’un Mondial, même si les gens ne leur accordent pas autant d’importance ».

« Quand quelqu’un vous critique avec méchanceté, ça fait du mal à beaucoup de personnes. J’ai trop souvent vu ma famille souffrir alors que j’ai tout donné en sélection. Les gens se rappellent toujours des buts que j’ai ratés. Je suis sûr que beaucoup de gens ont crié de joie quand j’ai marqué contre la Belgique (1-0, quart de finale du Mondial 2014 au Brésil) parce que ça faisait longtemps que l’on n’avait pas dépassé ce stade de la compétition. Que l’on dise que la sélection n’a pas atteint ses objectifs, c’est une chose. Que l’on dise qu’elle s’est fracassée, c’est trop. Se fracasser, ça aurait été de ne pas se qualifier pour la Coupe du Monde. Mais je comprends que Messi continue d’essayer (avec la sélection) parce que c’est un gagneur né ». Gonzalo Higuain, lui, n’en avait visiblement plus la force.

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10