Les Dubaï International Falcons. Ce nom ne vous dit sans doute pas grand-chose et pourtant, il s’agit d’un petit bout de France aux Émirats Arabes Unis. Lancée officiellement la saison dernière, après plusieurs mois de travail en amont effectué par Loïc Etienne et Alioune Diop, deux amis expatriés dans le Golfe, l’écurie commence à faire parler d’elle, puisqu’elle évolue désormais en première division amateur. Frédéric Roux, entraîneur de cette écurie à dominante francophone et internationale, nous a exposé les dessous du projet. « Loïc a monté l’équipe avec Alioune. Ils cherchaient un entraîneur et comme on se côtoyait sur les terrains de football ici à Dubaï, ils ont pensé à moi. J’ai facilement accepté. Je suis coach de gardiens de buts spécifiques à la base, mais j’ai dit oui parce que c’était un challenge intéressant pour moi. J’ai tout de suite dit oui pour ce projet, c’était un joli coup de boost pour ma carrière d’entraîneur », a expliqué l’ancien portier des Girondins de Bordeaux (2000-2006) et de l’Olympique Lyonnais (2007/08) notamment avant de poursuivre.

« À Dubaï, il y a le milieu professionnel, surtout réservé aux locaux. En parallèle, il y a le championnat amateurs, réservé aux étrangers, bien organisé et structuré. On se veut international, mais à dominante francophone. L’idée était donc de constituer une équipe francophone sur Dubaï. On a travaillé dès le début de la saison dernière, la première du club. De là est né le projet Falcons. On a commencé en 2e division. Initialement, on devait commencer en 4e division, mais quand les instances ont vu la liste des joueurs que l’on avait recruté et l’entraîneur, elles nous ont fait commencer en 2e division. L’année passée, ça s’est très bien passé, on est monté en 1ère division. On a commencé la saison, avec trois matches (2 victoires, 1 défaite, ndlr). Ça se passe très bien », a-t-il confié, même si l’organisation due au profil amateur des joueurs. « J’ai souhaité étoffer un peu l’effectif, avec 30-35 joueurs. Il faut se dire que c’est complètement amateur, donc j’ai des joueurs qui travaillent, des stewards, des businessmen. Il y a donc plusieurs paramètres à gérer, plusieurs absences à prendre en compte chaque week-end. Le projet est en tout cas 100% amateur », a-t-il lancé avant d’ajouter.

Nicolas Anelka et Mikaël Silvestre en têtes d’affiche !

« On a surtout recruté des joueurs que l’on connaissait par rapport à notre expérience sur le terrain ici. Ensuite, il y a eu le bouche à oreille. Certains sont venus faire des essais pour nous rejoindre. De 25 joueurs la saison passée, on est passé à 35 environ cette année », a-t-il indiqué. Coup de projecteur pour l’équipe, Nicolas Anelka (ex-PSG, Chelsea, Real Madrid, Liverpool, Juventus Turin) et Mikaël Silvestre (ex-Inter Milan, Rennes, Manchester United), installés eux aussi à Dubaï, ont accepté de rechausser les crampons pour les Falcons. « Là, on a Mikaël Silvestre. Deux anciens très grands joueurs internationaux qui sont venus s’installer ça Dubaï. Nicolas est venu une fois en match amical. Mikaël, c’est un peu plus sérieux, il a souhaité prendre une licence pour faire la saison avec nous quand il est disponible au regard de ses activités professionnelles. Dès qu’il est dispo, il joue avec nous. C’est un plaisir d’avoir Mickaël avec nous. Et pour mes joueurs, c’est un bonheur et un honneur de jouer à ses côtés », a-t-il lâché, espérant pouvoir convaincre Anelka de renouveler l’expérience après un premier match amical.

« On a eu la chance et l’honneur d’accueillir Nicolas Anelka avec nous.On souhaite l’avoir davantage avec nous, mais Nicolas est très occupé. J’avais longuement discuté avec lui au sortir de son match amical, il avait été très satisfait et très agréablement surpris par sa première expérience avec nous. On ne lui a pas pris de licence. Le jour où il voudra rejouer avec nous, il faudra lui prendre une licence. Mais il sait très bien que la porte est grande ouverte chez nous. Ce sera selon ses disponibilités », a-t-il expliqué, souhaitant viser le titre dans un championnat d’un niveau « proche du National 3 ». « Sur les 10 équipes, il doit y avoir 7 équipes à dominante anglaise. C’est un football totalement différent. On a joué contre une équipe (les Allstars, ndlr) où évoluait Christian Wilhemsson, l’ancien du FC Nantes et de l’AS Roma. Il nous arrive de tomber sur d’anciens joueurs professionnels. Ça élève le niveau de jeu de cette division. C’est très intéressant », a-t-il raconté avant d’insister.

« L’objectif maintenant, c’est de remporter cette première division. Il n’y a aucun accès au monde professionnel. L’objectif, c’est le titre en première division », a-t-il martelé, ravi de pouvoir poursuivre son apprentissage dans ces conditions. « Cette expérience élargit mon bagage et mes possibilités. Ce n’était pas forcément une envie de devenir coach principal à la base. Mais depuis deux ans, je me prends au jeu. Avoir un groupe de joueur, ça donne envie. Et comme ça se passe bien, forcément, ça donne des idées. Il me manque quelques diplômes, mais ça donne des idées pour la suite de ma carrière. Je suis ouvert à toutes possibilités. Le jour où je reviendrai en France, je finirai peut-être mes diplômes, que j’avais déjà commencé avant de venir ici, pour éventuellement envisager une expérience de coach », a-t-il conclu. En attendant, Frédéric Roux et les Dubaï International Falcons espèrent bien continuer à surprendre !