La Ligue des Champions fait souvent office de juge pour les grands clubs européens. Le Paris Saint-Germain l’a déjà vu. Unai Emery et Laurent Blanc s’y sont cassés les dents et sont restés ensuite sur le bord de la route. Zinedine Zidane jouit d’une aura exceptionnelle et méritée pour l’avoir remportée à trois reprises en deux ans et demi. Et cela pourrait aussi être le cas pour Lucien Favre, le technicien suisse du Borussia Dortmund, qui va affronter Paris au Signal Iduna Park dans un peu plus d’une semaine (rencontre à suivre sur notre live commenté).

Cette semaine, le club de la Ruhr a été défait à deux reprises. La première en Coupe d’Allemagne contre le Werder Brême (3-2) mardi, la seconde fois ce samedi contre le Bayer Leverkusen (4-3). « Je donne mon maximum afin de corriger nos défauts et afin que l’équipe puisse progresser, mais je dois constater que depuis mes débuts comme entraîneur j’ai rarement eu une équipe avec autant de difficultés. Je ne me sens pas abattu, mais je ne parviens pas à m’expliquer notre fébrilité défensive récurrente. À nous de continuer à travailler encore plus dur, d’être plus flexibles tactiquement pour nous en sortir », déclarait-il avant la rencontre.

Favre destitué après la C1 ?

Car, c’est sûr, le BvB peine à ne pas encaisser de but. C’est la première fois depuis douze années que la formation allemande prend autant de réalisations (32 en 21 journées). Mais ce n’est pas tout. Si le BvB est troisième, il semble incapable - même si on ne sait jamais - de rattraper les deux mastodontes que sont le RB Leipzig et le Bayern Munich respectivement à trois et quatre points devant. Pourtant, la Bundesliga aurait été un objectif convenu par les dirigeants.

Mais les tensions en interne existent aussi. Le manager général de l’équipe, Sebastian Kehl, avait expliqué des désaccords. « Avec Lucien, nous avons eu une discussion quant à savoir s’il fallait titulariser Erling Haaland à trois reprises en une semaine. Avec le recul, c’est toujours plus facile de critiquer, mais avec Erling au coup d’envoi à Brême, peut- être aurions- nous pu éviter cette élimination », a-t-il expliqué il y a quelques jours. Selon les informations de L’Équipe, Favre est sur un siège éjectable. Peut-être pas avant la rencontre de C1, mais peut-être après si le BvB, qui sera privé de Brandt et de Reus au moins pour l’aller, venait à être ridiculisé. On a connu mieux comme préparation d’un grand rendez-vous.