26 novembre 2017. Titulaire avec Antalyaspor contre Fenerbahçe (13e journée de Süper Lig), Samir Nasri ne peut empêcher la défaite de sa formation, qui s’incline 1-0. La suite est encore moins rose pour le milieu de terrain français. Suite à une histoire de traitement intraveineux datant de 2016, le joueur aujourd’hui âgé de 31 ans est d’abord suspendu six mois par l’UEFA, qui reviendra ensuite sur sa décision le 1er août dernier, poussant la suspension jusqu’en janvier 2019. Suspendu dix-huit mois en tout (la sanction avait officiellement débuté le 1er juillet 2017, ndlr), le natif de Marseille a donc dû trouver le temps long.

Mais onze mois après son départ du club turc, Samir Nasri a rebondi à West Ham, qui a officialisé son arrivée lundi dernier. D’abord sur le banc face à Birghton mercredi soir en Premier League (2-2), l’international français a finalement réalisé ses grands débuts ce samedi contre Birmingham City en 32e de finale de FA Cup. En 58 minutes de jeu, l’ancien joueur du Séville FC ou encore de Manchester City a touché 52 ballons et a réussi 95,7% de ses passes (sur 46, ndlr). Présent dans l’entrejeu londonien, le nouveau Hammer a donc rempli son rôle. Suffisant pour connaître sa première ovation au Stade Olympique de Londres lors de son remplacement avant l’heure de jeu.

« Quand vous savez jouer au football, vous ne le perdez pas »

Elu homme du match, Samir Nasri est rapidement revenu sur son match au micro de la chaîne de télévision du club. « C’était la chose la plus importante de se qualifier pour le prochain tour et je suis content de mes premières minutes sous le maillot de West Ham, mais comme je l’ai dit, le plus important reste la performance de l’équipe et la victoire avec un clean-sheet. C’était l’objectif aujourd’hui et c’est ce que nous avons fait », a d’abord expliqué le Marseillais avant de revenir sur ses sensations.

« Je me sentais bien, honnêtement, je pensais que je me battrais un peu plus avec le rythme car mon dernier match avait eu lieu il y a 13 mois, donc ça faisait vraiment un bon bout de temps. Je suis juste soulagé que tout soit maintenant derrière moi et heureux de ses 58 premières minutes. C’était bien et j’attends le prochain match avec impatience. (...) Comme l’a dit l’entraîneur, quand vous savez jouer au football, vous ne le perdez pas. Mes coéquipiers m’ont beaucoup aidé. (...) Donc c’est toujours plus simple. » Reste désormais à enchaîner pour Samir Nasri avec les Hammers, qui défieront Arsenal samedi prochain en championnat.