La nouvelle était tombée vendredi. L’entraîneur de l’AS Saint-Etienne Claude Puel avait décidé d’écarter son gardien Stéphane Ruffier pour le match de dimanche contre le Stade de Reims (15h). Un choix qui n’avait pas du tout plu à l’agent du portier français. « Là, il crache sur une légende de l’AS Saint-Étienne, adoré du public stéphanois et de ses entraîneurs précédents - Christophe Galtier, Jean-Louis Gasset, Printant - qui, depuis neuf ans, porte avec amour le maillot vert. Il le désigne comme le coupable de ses mauvais résultats, de façon injuste et lâche. À moins que ce changement ne fasse partie de son fameux turnover dont on connaît la réussite », avait notamment expliqué Patrick Glanz au journal L’Equipe. Des propos qui ne sont pas passés au sein de la direction du club du Forez. Ce samedi, les Verts ont en effet publié un communiqué pour condamner ces propos.

« L’AS Saint-Etienne a pris connaissance avec stupéfaction des propos outranciers et injurieux tenus par l’agent de Stéphane Ruffier. Ces commentaires sont d’autant plus inappropriés et déplacés qu’ils concernent uniquement la mise au repos d’un joueur, une décision inhérente au management d’une équipe. En outre, ils jettent le discrédit sur la vie d’un groupe, de ses joueurs et de son staff. Quelles que soient ses compétences et son expérience, aucun salarié ne peut se prévaloir d’un statut particulier qui le placerait au-dessus de l’institution et l’affranchirait du respect des valeurs collectives. L’ASSE n’accepte pas que des décisions sportives soient ainsi dénigrées et bafouées au nom d’un individualisme forcené, a fortiori avant un match important. Ses dirigeants veilleront toujours à préserver l’esprit d’équipe, fondement de tout projet de club. L’ASSE est un monument riche d’une histoire et d’un palmarès exceptionnels que plusieurs générations de joueurs et de supporters ont construit de manière solidaire. Les intérêts individuels n’ont pas leur place dans la légende. Confrontée à des déclarations calomnieuses, l’ASSE se réserve le droit d’engager toute action judiciaire qu’elle jugera utile », peut-on lire dans le communiqué. Ambiance.