Après un Mondial remarqué avec les Aigles de Carthage, Naïm Sliti (26 ans) est rentré en Bourgogne, un peu après ses coéquipiers, pour préparer la nouvelle saison. Auteur d’une première saison remarquée du côté du DFCO l’an passé (7 buts, 6 passes en 31 matches de Ligue 1), l’ancien magicien du Red Star a surpris cet été par sa fidélité. Annoncé partant, le Tunisien n’a finalement pas bougé. Décidé à franchir un cap en Côte d’Or, il s’est livré au Bien Public. « Si j’avais eu une offre d’un club supérieur au DFCO, je serais parti. Ça n’a pas été le cas. Au final, je suis très heureux de rester, on réalise un très bon début de saison. À partir du moment où un coach ne m’appelle pas, c’est qu’il ne me souhaite pas au sein de son effectif (Bordeaux était intéressé par le joueur, ndlr). Je n’ai donc pas eu de touches. Le club qui m’a voulu le plus, c’est Dijon. Dans le foot, tout peut aller très vite. Mais il aurait fallu une grosse offre pour me faire réfléchir (...) Si j’avais eu l’opportunité de jouer l’Europe, je serais parti. Ça n’a pas été le cas, » a-t-il révélé au talentueux Louis Quesnot.

Deux raisons ont conforté Naïm Sliti dans l’idée de poursuivre l’aventure à Dijon : le coach tout d’abord, Olivier Dall’Oglio, qui était parmi les quatre nommés au titre d’entraîneur de l’année 2017/18 et apparaît comme une source de motivation pour le natif de Marseille. « Quand un coach te fait confiance, qu’il prône le beau football, c’est normal. On a un entraîneur exceptionnel, il est à l’écoute de tout le monde. Quand on est bien dans une équipe, pourquoi aller voir ailleurs ?, » a poursuivi Sliti, avant de conclure en évoquant le mercato animé et de qualité du DFCO. Un deuxième argument qui a pesé dans la balance. « [...] J’ai vu que l’on avait vraiment un gros potentiel, on a conservé notre assise défensive, on s’est renforcé aussi offensivement, » a-t-il ajouté au quotidien régional, déclarant au passage sa flamme à Yoann Gourcuff, renfort estival de prestige de l’actuel dauphin du Paris Saint-Germain. « Ça m’a fait énormément plaisir (son arrivée). Quand il était à Bordeaux, j’étais au centre de formation de Sedan et je ne regardais les matches de Bordeaux que pour lui. C’est un joueur que j’adore. Il est élégant, il dribble, il sait tout faire. Il n’a plus les cannes d’avant, mais sa touche technique et sa vision sont exceptionnelles. J’espère vraiment que l’on jouera ensemble. »