Monchi n’est plus à présenter. Le directeur sportif du FC Séville est considéré comme une sommité dans le milieu, et présenté par beaucoup comme l’homme le plus efficace à son poste sur le Vieux continent. Pas étonnant qu’il soit courtisé et que, en début de mercato, son nom avait d’ailleurs été lié à celui du Paris Saint-Germain lorsque Ramón Rodríguez Verdejo de son nom complet avait demandé à quitter le club andalou. Finalement, l’intéressé a fini par rester dans son club de toujours, pour le plus grand bonheur du reste de la direction sévillane.

Car dans ce mercato, le fin stratège récolte les fruits de son dur labeur, et parvient à tirer le meilleur de ses troupes. Rendez-vous compte : recrutés respectivement pour 7,5 M€ et 5 M€ au Paris Saint-Germain et à Reims, Kevin Gameiro et Grzegorz Krychowiak viennent de rapporter à eux deux la coquette somme de 58 M€ en filant direction l’Atlético Madrid et le PSG. Soit une plus-value de 45,5 M€, qui permet ensuite aux triples tenants du titre en Ligue Europa de réinvestir plus qu’intelligemment sur le marché des transferts. Car au rayon des arrivées, le club basé au Stade Sanchez Pizjuan a su se révéler toujours plus malin pour recruter sans véritablement y perdre au change.

Gameiro parti, Séville pourra désormais s’appuyer sur Wissam Ben Yedder (9 M€) et Luciano Vietto (prêt, Atlético Madrid) pour mettre à mal les défenses espagnoles et européennes. Dans l’entrejeu, si Banega et Krychowiak vont laisser un grand vide, les Kranevitter (prêt, Atlético Madrid), Pablo Sarabia (1 M€), Carlos Joaquín Correa (13 M€), Franco Vazquez (15 M€), et autre Ganso (9,5 M€) viendront apporter grinta et créativité au milieu de terrain de Nervion. Au total, le club désormais entraîné par Jorge Sampaoli a déboursé 54 M€ pour se renforcer, mais a vendu pour 73 M€, soit une balance toujours nettement bénéficiaire. Le technicien argentin disposera à son tour d’un effectif de qualité pour faire oublier un Unai Emery parti exporter son talent au PSG. Avec un Monchi toujours aussi inspiré, Séville n’a pas franchement à s’inquiéter...