La saison passée, si l’AJ Auxerre s’est hissée à la troisième place de Ligue 1, c’est en grande partie grâce à son buteur Ireneusz Jelen (29 ans), auteur de 14 réalisations en 28 apparitions. Idéalement servi par son compère Daniel Niculae, l’international polonais s’imposait comme l’un des meilleurs attaquants du championnat de France. Aujourd’hui, on est bien loin d’un pareil bilan. Niculae parti à l’AS Monaco, Jelen semble orphelin et impuissant. Et c’est aujourd’hui Benoît Pedretti qui a endossé le rôle de sauveur de la formation bourguignonne (3 buts en 6 matches).

Dans un entretien accordé à L’Yonne Républicaine, son entraîneur Jean Fernandez tente de trouver une explication à cette situation. « Nous avons toujours été tributaires de ses performances, ce n’est pas nouveau. Et en ce moment, elles ne sont pas bonnes. Ireneusz a connu une préparation estivale perturbée (Ndlr, il a subi une opération du genou début juin). Mais il n’y a pas que ça : des clubs l’ont contacté, et il pensait partir cet été. Cela n’a pas pu se faire. Aujourd’hui, il faut qu’il digère, et qu’il se remobilise », a-t-il expliqué.

L’AJA a besoin du « Jelen qui fait la différence », dixit Fernandez, afin de sortir de sa spirale négative (aucune victoire cette saison en L1). Que les supporters de l’Abbé Deschamps se rassurent, la saison dernière, Ire, longtemps perturbé par des blessures, avait attendu la 10e journée (face à Lille 3-2) pour débloquer son compteur, avant d’enfiler les réalisations comme des perles ensuite. L’espoir fait vivre.