Hier, l’Olympique Lyonnais a pris la mesure de l’En Avant de Guingamp (2-1) pour ce qui constituait la deuxième rencontre de la 25e journée de Ligue 1 (plus tôt, Nîmes avait battu Dijon 2-0). Relégué à neuf longueurs des Gones, l’Olympique de Marseille devait absolument s’imposer pour suivre le rythme des Lyonnais et remonter à la quatrième place. De son côté, l’Amiens SC (16e) pouvait prendre ses distances sur la zone de la relégation en cas de victoire. Pour ce match, Rudi Garcia proposait un 4-4-2 où Morgan Sanson prenait la place de Kevin Strootman dans l’entrejeu. De son côté, Valère Germain était aligné avec Mario Balotelli sur le front de l’attaque. Pas de bouleversement pour Amiens où seule la recrue Erik Pieters faisait son apparition en lieu et place de Saman Ghoddos.

La partie démarrait fort et les deux formations présentaient des ambitions offensives. Amiens s’orientait en premier vers les buts adverses, mais c’est bien Marseille qui se distinguait. Parti côté gauche, Morgan Sanson débordait dans le couloir et centrait vers le second poteau. Libre de tout marquage, Lucas Ocampos reprenait en première intention. Sa reprise de volée passait à gauche des buts de Régis Gurtner (5e). Juste après, c’est Jordan Amavi qui se présentait à l’entrée de la surface et frappait juste à droite des cages amiénoises (10e). Les Picards ont immédiatement tenté de répondre et Stiven Mendoza débordait sur la droite. Le Colombien pénétrait dans la surface mais butait face à Jordan Amavi et Steve Mandanda (15e). Mais le début de match était marseillais et Boubacar Kamara récupérait un ballon avant de servir Mario Balotelli qui remisait pour Maxime Lopez. Ce dernier trouvait à son tour Florian Thauvin qui arrivait lancé dans la surface sur la gauche. Le Champion du Monde concluait d’une frappe croisée (1-0, 20e).

Mario Balotelli double la mise ... mais n’inscrit pas de doublé

Dans une situation idéale, les Phocéens essayaient de se mettre à l’abri. Il ne fallait pas longtemps pour que l’équipe de Rudi Garcia double la mise. Sur un long dégagement de Steve Mandanda, Lucas Ocampos remisait de la tête vers la surface adverse et trouvait Mario Balotelli. Dos au but, l’Italien se retournait vite et fusillait Régis Gurtner d’une lourde frappe (2-0, 26e). Sonné, Amiens refusait toutefois de capituler et Erik Pieters se portait vers l’avant. Le latéral néerlandais effaçait Hiroki Sakai d’un crochet avant de voir sa frappe puissante être détournée en corner par Duje Caleta-Car (31e). Juste après, Jordan Amavi débordait sur la gauche et centrait pour Valère Germain. La déviation de ce dernier échouait à droite du cadre (33e). Amiens tentait ensuite de revenir avec une incursion de Sehrou Guirassy (41e) et une frappe d’Erik Pieters (42e). Sans succès. C’est donc avec un avantage de deux buts que les joueurs de l’Olympique de Marseille rentraient aux vestiaires.

Le deuxième acte était tout aussi animé. Si dans un premier temps les fautes s’enchaînaient, Amiens manquait de justesse la réduction du score. Tout seul plein axe, Moussa Konaté déclenchait une lourde frappe qui prenait la direction du but adverse. Bien que Steve Mandanda semblait trop court, Jordan Amavi se jetait pour repousser la frappe du Sénégalais (50e). Marseille ne voulait céder aucun terrain et Lucas Ocampos installait la terreur dans la surface adverse à deux reprises (56e et 59e) sans pour autant réussir à marquer. Les Phocéens se portaient vers l’avant mais laissaient aussi des espaces dans leur dos et se découvraient. Dans la surface olympienne, Sehrou Guirassy déviait le ballon et Steve Mandanda s’interposait avec de la réussite (61e).

Finalement, Marseille parvenait à trouver la faille quelques minutes plus tard. Sur un coup franc botté par Maxime Lopez, Florian Thauvin et Thomas Monconduit déviaient de la tête en direction du second poteau. Prince-Désir Gouano était surpris par la vivacité de Mario Balotelli qui concluait de la tête devant lui (68e). Toutefois après utilisation de l’arbitrage vidéo, la réalisation de l’Italien était refusée pour un hors-jeu flagrant (71e). Jordan Amavi s’essayait alors à une frappe de 25 mètres qui s’écrasait sur la barre de Régis Gurtner (74e). Le rythme retombait ensuite après de nombreux changements et les deux équipes se montraient moins tranchantes dans les derniers mètres. Finalement, l’Olympique de Marseille s’impose 2-0 face à une équipe amiénoise joueuse. Au classement, les Phocéens sont quatrièmes à six longueurs de Lyon tandis qu’Amiens reste seizième.

Retrouvez le film de la rencontre sur notre live commenté

L’homme du match : Jordan Amavi (7,5) : porté vers l’avant, le latéral a rapidement déclenché une frappe qui est passée juste à droite des buts amiénois (10e). Il se fendait ensuite d’un bon retour devant Stiven Mendoza (15e). Porté vers l’avant, il adressait un nouveau bon centre pour Valère Germain (33e). En bonne forme, le latéral intervenait ensuite parfaitement devant une frappe de Sehrou Giorassy (43e). Averti pour une intervention en retard sur Stiven Mendoza (49e), il s’est immédiatement rattrapé. Sur une frappe de Moussa Konaté, il a donné son corps à la science pour empêcher Amiens de réduire l’écart (50e). Il a ensuite frappé sur la barre de Régis Gurtner (74e). Une grosse prestation pour l’ancien niçois.

Olympique de Marseille :

- Mandanda (6) : idéalement sorti devant Stiven Mendoza (15e), il est bien entré dans la rencontre. Peu inquiété par la suite, il s’est fait peur en allant au duel face à Sehrou Guirassy. Tout proche de percuter l’attaquant amiénois, il a tenté de l’éviter au dernier moment et n’a pas concédé de penalty (41e). Trop juste sur une frappe de Moussa Konaté, il a pu compter sur une intervention décisive de Jordan Amavi (50e). Il a ensuite éloigné le danger du pied droit devant Moussa Konaté (61e). Un match relativement satisfaisant pour le portier international tricolore.

- Sakai (5) : Assez timide lors des 45 premières minutes de la partie, le latéral Nippon ne s’est pas assez illustré sur le plan offensif. Totalement mystifié par un crochet d’Erik Pieters (31e), il s’est rattrapé face à ce dernier quelques minutes plus tard (42e). Un peu plus en vue en seconde période, il a délivré une belle passe pour Lucas Ocampos (59e) vers la surface amiénoise.

- Kamara (6) : assez serein, il a été peu inquiété à l’approche de ses buts en première période et a été serein dans ses relances. Porté vers l’avant, c’est lui qui récupère un ballon dans les pieds d’Emil Krafth et initie l’action sur l’ouverture du score de Florian Thauvin (1-0, 20e). Peu inquiété par la suite, il s’est distingué dans le jeu aérien et dans son positionnement.

- Caleta-Car (6,5) : après un début de saison plutôt poussif, le Croate semble enfin s’épanouir au sein de la défense phocéenne. Ce match confirme encore un peu plus ses bonnes dispositions. Très appliqué, il a apporté le surnombre lors des coups de pied arrêtés offensifs. Sérieux défensivement, il s’est interposé devant une lourde frappe d’Erik Pieters (31e). Moins alerté en deuxième période, il a eu le mérite de ne jamais se relâcher.

- Amavi (7,5) : voir ci-dessus

- Lopez (7) : très disponible dans l’entrejeu, le joueur formé à Marseille confirme encore une fois son excellente forme. Très précis dans ses transmissions et dans ses décisions, il a lancé Florian Thauvin côté gauche. L’ailier tricolore a marqué d’une frappe croisée (1-0, 20e). Capable de bons retours en défense, il a eu une activité folle tout au long de la rencontre. C’est lui qui frappe le coup franc sur le but refusé de Mario Balotelli. Un match plein pour lui dans la lignée de ses dernières prestations. Remplacé par Dimitri Payet (89e) qui compte désormais un match supplémentaire sous la tunique phocéenne.

- Sanson (6,5) : auteur d’une belle chevauchée côté gauche en début de match, il a servi Lucas Ocampos mais l’Argentin a loupé sa frappe (5e). Intéressant dans ses replis défensifs, il a aussi fait preuve de générosité sur le front de l’attaque avec de longues courses entre les lignes. Avec Maxime Lopez, il a été très solide dans l’entrejeu et a permis à son équipe de remporter le défi physique dans le cœur du terrain.

- Thauvin (5) : assez timide lors des premières minutes de ce match, l’ailier droit n’a pas manqué sa première occasion. Servi côté gauche par Maxime Lopez, il a crucifié Régis Gurtner d’une frappe croisée (1-0, 20e). Moins en vue que ses coéquipiers, il a ensuite disparu pendant de longues minutes. Parti de la droite, il a repiqué dans l’axe avant de déclencher une frappe qui est passée au-dessus des buts adverses (65e). Remplacé par Bouna Sarr (84e) qui a eu peu de temps pour marquer les esprits.

- Ocampos (6) : parfaitement servi en début de rencontre par Morgan Sanson, il a déclenché une reprise qui est passée à gauche des buts de Regis Gurtner (5e). Il a ensuite réalisé une belle déviation de la tête qui a conduit au deuxième but marseillais (2-0, 26e). Très disponible, il a apporté sa grinta dans le dernier tiers du terrain. En deuxième période, il a tenté une frappe enroulée qui a frôlé le cadre (56e) puis s’est heurté à Emil Krafth dans la surface adverse (59e).

- Balotelli (6,5) : peu utilisé lors du début de la rencontre, l’Italien s’est néanmoins mis au service du collectif et a permis au bloc marseillais de monter. Présent dans la construction sur le but de Florian Thauvin (1-0, 20e), il y est allé de sa réalisation dans la foulée. Servi dos au but par Lucas Ocampos, il réalisait un bon enchaînement et faisait trembler les filets adverses (2-0, 26e). Il a failli s’offrir un doublé en seconde période mais sa réalisation de la tête était refusée pour une position de hors-jeu (71e). Remplacé par Luiz Gustavo (71e) qui a frappé en fin de rencontre (89e).

- Germain (5,5) : comme son compère d’attaque, il n’a pas eu l’opportunité de mettre en avant son talent offensif lors des premières minutes de ce match et s’est contenté d’un travail de sape. Bien servi par Jordan Amavi, il a vu sa déviation passer à droite des buts picards (33e). Opportuniste, il a failli dévier une frappe de Lucas Ocampos au fond des filets adverses (56e).

Amiens SC :

- Gurtner (5) : il a vécu un début de match compliqué, en étant d’abord abandonné par sa défense sur le but de Thauvin (20e), puis sur celui de Balotelli (26e). Il réalise sa première parade sur une tentative d’Ocampos à l’extérieur de la surface (35e), et doit attendre la 75e minute pour effectuer son second arrêt, sur une frappe de Maxime Lopez. Il capte bien en fin de match un tir lointain de Luiz Gustavo (89e).

- Krafth (2,5) : il a été de tous les mauvais coups en première période, Ocampos le mettant souvent en difficulté sur son côté droit. Il perd d’abord la balle sur l’ouverture du score de Thauvin (20e), laissant ensuite un trou béant dans la défense amiénoise. Le Suédois est de nouveau coupable sur le second but marseillais, n’étant pas assez au marquage de Balotelli (26e). Si sa seconde mi-temps a été légèrement meilleure, cela reste un match à oublier pour lui.

- Lefort (4,5) : même s’il a plutôt bien tenu son poste, il a, comme son compère de la défense Prince-Désir Gouano, été dépassé par les assauts marseillais en première période. Plus solide au retour des vestiaires, il a été remplacé par Ghoddos (61e), qui n’a pas assez apporté à son équipe pour revenir au score.

- Gouano (3,5) : le capitaine amiénois a beaucoup souffert en première mi-temps, comme le reste de son équipe. Il a souvent été dépassé par les avants-centres adverses, comme lorsqu’il laisse Germain seul dans la surface (33e), mais la reprise du Français passait à côté des cages de Gurtner. Dans le second acte il a mieux tenu sa zone.

- Dibassy (5) : il est mal rentré dans sa rencontre, en n’étant pas au marquage d’Ocampos sur une percée de l’attaquant, mais heureusement pour lui la volée de l’Argentin est passée juste à côté du poteau de Gurtner (5e). Il a ensuite plutôt bien tenu son côté gauche, les Marseillais préférant passer par l’autre aile pour mener leurs attaques.

- Mendoza (3,5) : il n’a pas beaucoup apporté de danger sur les cages marseillaises, à l’exception d’une belle percée dans la défense de l’OM (16e), mais il bute sur Mandanda et Amavi, alors qu’il aurait pu centrer sur Guirassy, laissé seul au centre de la surface olympienne. Remplacé par Otero (80e), qui a souffert comme le reste d’Amiens en fin de match.

- Monconduit (3) : il a souffert face à la pression mise par Maxime Lopez et Morgan Sanson, qui ont contrôlé le milieu de terrain. Offensivement, il a peu apporté, butant souvent sur la bonne organisation de l’OM. Il a dévié malencontreusement le ballon sur le deuxième but de Mario Balotelli mais celui-ci a été refusé pour un hors-jeu (71e).

- Gnahore (3,5) : comme Monconduit, il a eu beaucoup de mal à orienter le jeu vers l’attaque, mis en difficulté par la pression marseillaise au milieu de terrain. Assez précis dans ses transmissions de balle (85%), il n’a toutefois pas pris assez de risques pour essayer de transpercer les lignes adverses.

- Pieters (4,5) : malgré beaucoup de déchets (70% de passes réussies), le Néerlandais a été le joueur le plus dangereux de son équipe en première période. Il a fait peur à la défense olympienne en décrochant une frappe lourde (31e), heureusement contrée par Caleta-Car, après qu’il a éliminé Sakai d’un crochet juste avant. Sa seconde tentative dans la surface est détournée par Sakai (42e), alors qu’il aurait pu enchaîner plus rapidement son geste pour atteindre les cages de l’OM. Il a également beaucoup apporté de danger avec ses bons coups de pieds arrêtés. Sa seconde mi-temps est cependant beaucoup plus quelconque, où on l’a très peu vu.

- Guirassy (4) : peu en vue à la pointe de l’attaque picarde, malgré quelques bons appels dans le dos de la défense marseillaise. Il aurait pu réduire l’écart avant la mi-temps, sur une frappe dans la surface suite à un coup-franc tiré par Pieters, mais Amavi se jetait pour contrer sa tentative (43e).

- Konaté (2,5) : on n’a quasiment pas vu le buteur sénégalais en début de rencontre, il a d’ailleurs été le joueur ayant touché le moins de ballons en première mi-temps (12 seulement). Il a été plus présent au retour des vestiaires, et aurait dû réduire la marque pour son équipe, d’abord lorsqu’Amavi a réalisé un sauvetage incroyable devant sa ligne sur une de ses frappes (50e), avant que l’attaquant ne rate son duel face à Mandanda (60e). Il a de nouveau été dangereux en reprenant de la tête un coup franc de Ghoddos, mais le cuir a été facilement capté par le portier marseillais (64e). Remplacé par Timité (75e), étouffé par la défense olympienne en fin de rencontre.