« Les tensions sont derrière nous. Aujourd’hui, ils travaillent ensemble après, disons, un mois compliqué. » L’aveu était signé, le 9 septembre dernier, de la bouche de Jean-Claude Dassier, qui officialisait les dissensions entre Didier Deschamps et José Anigo. Entre l’entraîneur qui réclamait un grand nom en priorité et le directeur sportif qui a toujours privilégié la filière française, l’incompatibilité a atteint son summum cet été après des premiers mois tranquilles où les succès ont éteint toute rivalité.

Cet été, forcément, on pouvait s’interroger : Anigo savonne-t-il la planche de Didier Deschamps ? Son amour du club est tel que cela paraît inimaginable, mais son désir d’être intégré aux succès de l’équipe est réel. Et si une bonne partie de l’effectif provient de ses belles intuitions, n’est-il pas désireux d’occuper à nouveau un jour le poste d’entraîneur de l’Olympique de Marseille ? « Je sais que je n’entraînerai plus jamais l’OM, non pas qu’il y ait trop de contraintes sportives, mais plutôt extra-sportive », a-t-il répondu à l’OMtv, avant de livrer une ambition surprenante.

« Par contre, dans le futur, reprendre un club ou une sélection est quelque chose qui m’intéresse. Je sais qu’il y aura un moment où je devrai le faire, car j’en ai besoin, ça me manque », a-t-il affirmé. Lui, Marseillais jusqu’au bout des ongles, s’imagine à la tête d’un autre club. Il faudra donc compter sur José Anigo l’entraîneur dans le futur, lorsqu’il sera définitivement lassé du contexte phocéen. Après avoir été joueur, entraîneur et directeur sportif de l’OM, il pourrait bien un jour porter haut les couleurs d’un autre club.