Avec 12 buts inscrits lors des deux dernières confrontations entre les deux équipes, la rencontre entre le PSG et l’OL promettait un grand spectacle, d’autant que c’était ni plus ni moins que la première place qui était en jeu. La domination est lyonnaise dans ces 10 premières minutes, jusqu’à ce joli numéro de Pastore qui combine avec Ibrahimovic. Le Suédois lui remet parfaitement dans la course, mais sa frappe est magnifiquement déviée par Vercoutre (11e). Le PSG domine territorialement et tente de déverrouiller le 5-3-2 mis en place par Rémi Garde. L’OL reste regroupé et manque d’ouvrir le score sur une belle ouverture de Fofana pour Licha qui reprend de volée sur le poteau (27e). Mais peu à peu, le PSG prend l’emprise sur le match. Et durant les arrêts de jeu de la première période, la rencontre bascule. Les Lyonnais contre attaquent, mais Lisandro Lopez se heurte à un Thiago Silva impérial dans sa surface. Sur le contre, Thiago Motta trouve Ibrahimovic qui se défait de son adversaire pour centrer parfaitement pour Matuidi qui reprend victorieusement de la tête. L’OL est sonné et manque d’encaisser un second but sur le coup d’envoi, mais un Vercoutre aussi vigilant que chanceux détourne une frappe enroulée d’Ibra. À la mi-temps, le club de la capitale mène 1-0.

La seconde période est loin de démarrer sur les chapeaux de roue. Le PSG attend l’OL qui doit se découvrir pour arracher l’égalisation. Il faut attendre 15 minutes pour voir une action dangereuse et elle vient de Paris. Jeremy Menez déborde et décale Lavezzi qui tente de remettre au centre à Ibra, mais le géant suédois ne peut reprendre (60e). Pas vraiment aidé par un Bafé Gomis loin d’être dans un grand soir, l’OL n’arrive pas à bousculer une formation parisienne bien regroupée défensivement qui peut compter sur ses individualités pour faire la différence. Javier Pastore récupère un ballon à l’entrée de la surface, réalise un petit pont sur Lovren et frappe puissamment. Le tir de l’Argentin est repoussé par un Vercoutre impeccable sur sa ligne (65e). Émoussé physiquement, Lyon perd pied et n’y arrive pas. Jallet de peu à côté du but (77e) et Lavezzi qui a buté devant Vercoutre (80e) ont failli mettre à l’abri le PSG d’un éventuel retour. Mais c’est bien par le plus petit des écarts que Paris l’emporte (1-0). Une victoire qui permet au club de la capitale de retrouver la tête de la Ligue 1, à une journée de la fin des matches aller.

L’homme du match : Javier Pastore (7,5) : dans le sillage de ces dernières prestations, un gros travail au niveau de la récupération du ballon et une capacité à faire remonter le ballon très précieuse pour l’entrejeu parisien. Capable de faire la différence sur un geste, l’Argentin aurait pu marquer à deux reprises, sans un bon Vercoutre. Tout d’abord à la suite d’une jolie combinaison avec Ibrahimovic et une frappe déviée par Vercoutre (11e) mais également après un superbe petit pont face à Lovren dans la surface et une frappe puissante croisée détournée elle aussi par le portier lyonnais (64e). À ce rythme, les rumeurs de transfert le concernant devraient rapidement disparaitre des gazettes spécialisées.

PSG :

- Sirigu (6) : s’il ne peut rien sur la frappe sur le poteau de Lisandro Lopez, le portier italien a connu une soirée relativement tranquille.

- Jallet (6) : quelques ballons perdus et un impact offensif décevant durant 75 minutes. Il a profité de la baisse de forme des Lyonnais pour s’offrir quelques incursions devant le but de Vercoutre. Tout d’abord sur cette frappe du coup du pied à l’entrée de la surface qui a frôlé le poteau (77e) puis sur quelques centres dangereux devant le but.

- Thiago Silva (7) : de la sérénité défensive et beaucoup de ballons gagnés. Averti à la 38e minute pour contestation auprès de l’arbitre. Sa propension à défendre debout est impressionnante comme sur cette intervention décisive dans la surface devant Lisandro (43e).

- Sakho (7) : quelques jaillissements intéressants et un duel plus que physique avec Bafé Gomis. Entre internationaux tricolores, c’est le défenseur parisien qui est sorti vainqueur tant Gomis s’est montré discret ce soir.

- Maxwell (5) : plutôt discret sur son côté, le Brésilien n’a que très rarement pris son couloir gauche et s’est contenté de défendre. L’un des Parisiens les moins tranchants ce soir.

- Matuidi (7,5) : quelle activité au milieu de terrain ! Une présence impressionnante et de nombreux ballons ratissés. Récompensé de ses efforts par son but de la tête inscrit suite à une belle contre-attaque.

- Thiago Motta (7) : par son placement toujours malin dans l’entrejeu, il a récupéré de nombreux ballons. Ses relances courtes et souvent vers l’avant comme sur l’ouverture du score parisienne ont fait merveille. Plus que jamais indispensable au bon équilibre du PSG.

- Pastore (7,5) :voir ci-dessus.

- Lavezzi (7) : si les supporters parisiens lui cherchent un surnom, ils peuvent l’appeler Marathon Man. Si l’impact offensif de l’ancien Napolitain a été moindre que face à Valenciennes, Lavezzi a couru dans tous les sens. Tantôt sur le repli défensif, tant sur les contres attaques parisiennes, ce dernier n’a rien lâché de la première à la quatre-vingt-dixième minute. Il a échoué dans un face à face avec Vercoutre (80e). Remplacé par Sylvain Armand (89e).

- Menez (7) : de la percussion et des accélérations dévastatrices malgré une forte présence défensive côté rhodanien. Un bon pressing et un harcèlement de tous les instants sur les défenseurs lyonnais. Malheureusement, il n’a pas toujours fait les bons choix devant le but. Remplacé par Clément Chantome (85e).

- Ibrahimovic (7) : s’il n’a pas marqué son 50e but de la saison, le géant suédois s’est montré encore décisif en délivrant une superbe passe décisive pour Matuidi. L’ancien Milanais a pourtant eu l’occasion de marquer, mais s’est montré relativement maladroit devant le but. Son impact physique, sa technique et sa qualité de dribble ont fait malgré tout très mal aux défenseurs lyonnais.

Olympique Lyonnais :

- Vercoutre (7) : après avoir pris un but gag cette semaine, le dernier rempart était attendu au tournant face à Ibrahimovic et consorts. Et bien le gardien de but a assuré et bien tenu son rang, s’offrant quelques belles envolées, et ne pouvant pas grand-chose sur l’ouverture du score de Matuidi.

- Réveillère (5) : ni en-dessous, ni au-dessus : le latéral droit rhodanien a livré une copie correcte sans plus. Blessé contre Nancy, il a tout de même pu tenir sa place de titulaire ce soir, et a globalement fait le métier, ne se trouant pas outre mesure sur le plan défensif, mais n’apportant pas vraiment offensivement.

- Bisevac (6) : l’ancien Parisien avait à cœur de briller face à ses anciens coéquipiers, et il a réussi sa mission. Se battant sur chaque ballon, le Serbe en a fini avec un bandeau sur la tête, allant au charbon dans les duels et donnant de sa personne pour tenir en respect les attaquants franciliens.

- Lovren (6) : il disait ce dimanche matin avoir une idée derrière la tête pour stopper Ibrahimovic, et bien il n’a pas menti. Dur sur l’homme, le Croate a livré un combat de tous les instants, taclant avec fermeté et se montrant également précieux dans le jeu aérien.

- Umtiti (6,5) : comme ses autres compères de la défense centrale, le jeune espoir rhodanien a fait le boulot derrière. Il sauve ainsi une action de but en seconde mi-temps, taclant in extremis devant un Ibrahimovic se retrouvant seul au but pour marquer. Une énorme application.

- Bastos (4,5) : placé en tant que piston du couloir gauche dans le système en 5-3-2 mis en place par Rémi Garde, l’international auriverde a eu du mal à se situer, nettement moins en vue que lors de ses toutes dernières sorties, contre l’ASSE et l’ASNL. Entre deux eaux, il n’a finalement pas su apporter tant que cela offensivement, se faisant dans le même temps prendre parfois dans son dos en défense.

- Gonalons (5,5) : si précieux dans l’entrejeu lyonnais depuis le début de la saison, l’international tricolore n’a pas eu son rendement habituel dans cette partie. Moins impliqué et moins déterminant dans la bonne marche du milieu de terrain de l’OL, il s’est tout de même bien démené.

- Fofana (6,5) : la belle surprise du milieu de terrain. Montant en puissance en cette saison, l’ancien Havrais a livré une de ses meilleures copies. Bon dans la récupération, il s’est également mis en évidence sur le plan offensif. Tout d’abord sur une magnifique ouverture pour Lisandro (27e). Ensuite, sur une tête, toutefois dans les bras de Sirigu (54e).

- Malbranque (4,5) : les critiques sont, à juste titre, dithyrambiques à l’égard de la recrue surprise de l’intersaison, auteur d’une première partie d’exercice exceptionnelle. Mais ce coup-ci, l’ancien de Tottenham a globalement déçu, n’ayant que très peu d’influence sur le jeu des siens, et perdant surtout beaucoup de ballons, lui qui est habituellement performant dans la conservation du cuir. Remplacé par Mvuemba (84e).

- Lisandro (5,5) : n’ayant eu que 45 minutes dans les jambes à Nancy pour son retour de blessure, l’attaquant a malgré tout plutôt assuré pour son come-back comme titulaire. Comme souvent impliqué et appliqué dans l’envie et le combat, il aurait même pu ouvrir le score, si sa reprise en déséquilibre du gauche n’avait pas terminé sa course sur le poteau (27e).

- Gomis (4) : on le dit dans le viseur de Liverpool et de Chelsea, et ces rumeurs lui monteraient-elles quelque peu à la tête ? En tout cas, l’international tricolore est passé à côté de son match, ratant les quelques occasions qu’il a eues à se mettre sous la dent en tout début de match, et passant le plus clair de son temps à courir en vain. Remplacé par Benzia (84e).