Les Girondins de Bordeaux vivent un début de saison étrange, entre irrégularités sur le terrain et un mercato étonnant. Les nouveaux propriétaires avaient promis qu’ils mettraient les moyens, mais force est de constater qu’ils ont surtout vendu des joueurs pour renflouer les caisses. Le club n’a pas dépensé de fortune sur le marché des transferts (Koscielny et Hwang ont coûté 7 M€), se contentant de faire venir des joueurs libres (Mexer, Kwateng, Benito) ou en prêt (Aït-Bennasser). D’autres ont été invités au départ, mais n’ont pas tous réussi à quitter la Gironde. C’est notamment le cas de Younousse Sankharé (30 ans).

Le milieu de terrain, qui a encore deux ans de contrat, a bien failli rejoindre Leganés en Espagne. Il s’était même mis d’accord avec le dernier 13e de Liga. Le transfert semblait être sur le point d’aboutir, mais a finalement capoté sans vraiment comprendre pourquoi. L’ancien Parisien, aujourd’hui mis à pied par son club, s’est exprimé dans les colonnes de Sud Ouest. S’il n’en veut pas à Paulo Sousa, dont il ne sait même pas « s’il connaît mon prénom », il accuse le club de s’être très mal comporté avec lui.

Sankharé et Bordeaux ont rendez-vous

« J’avais trois propositions (Cardiff, Alavés, Leganés, ndlr). J’en ai choisi une, celle de Leganés. Je m’étais mis d’accord sur tout avec eux. Le club s’est mis d’accord avec eux. Au dernier moment, il y a eu de nouvelles demandes de Bordeaux et ça a capoté. Vous cherchez à faire partir un joueur, tout le monde est OK, et au dernier moment vous passez derrière dire que vous avez de nouvelles exigences  ? (...) Il y a eu le même problème avec Cardiff alors que nous étions d’accord pour un transfert définitif » envoie le joueur visiblement très remonté face à une direction qui s’emploie pourtant à le faire partir coûte que coûte.

Il aurait même reçu une proposition de résiliation de son contrat à l’amiable très en deçà de ses espérances puisqu’elle était de « beaucoup moins que 10% du reste de son contrat. » L’international sénégalais a rendez-vous avec son employeur le 12 septembre prochain pour entendre les éléments qui lui sont reprochés. « Je vais savoir ce qu’on me reproche. J’espère qu’on trouvera une solution. Je veux rejouer au football, ce qu’on m’a interdit faire ici. Dans tous les clubs où je suis passé, même Bordeaux, je n’ai jamais eu de problèmes avec aucun joueur. (...) Là on me fait passer pour celui qui va mettre le bazar, pour ce que je ne suis pas. Ce n’est pas classe. J’ai toujours été correct » rétorque-t-il. La sanction risquée peut aller jusqu’au licenciement, ce qui en ferait un cas rare en Ligue 1.

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10