Foot Mercato : Vous venez de quitter l’Olympiacos. Que retenez-vous de votre passage en Grèce ?

A.R : C’était ma première expérience à l’étranger. Je ne retiens que du positif. J’ai passé deux bonnes années là-bas. J’avais prolongé mon contrat de deux années supplémentaires. Je me sentais vraiment bien là-bas. J’ai été adopté par ce club et ses supporters. Je n’ai que des bons souvenirs à l’Olympiacos. Ça a été une expérience positive.

FM : Lors d’une précédente interview, vous m’aviez dit que vous aimeriez bien revenir en France pour y terminer votre carrière. C’est chose faite puisque vous venez de signer à Reims.

A.R : Oui, c’est vrai. Avec Reims, ça s’est fait assez rapidement. Je n’avais pas prévu de revenir en France tout de suite. Mais j’ai eu cette opportunité et tout s’est fait assez vite. La Ligue 1 me manquait. La France venait aussi d’être championne du Monde, donc il y avait un nouvel engouement dans ce championnat-là. Un championnat qui est très compétitif. Je suis impatient de pouvoir retrouver les terrains de Ligue 1.

FM : Après votre première saison en Grèce, vous m’aviez dit : « La seule difficulté que j’ai eue ici, c’est d’être loin de ma famille ». Vous rapprocher de votre cercle familial, qui était resté vivre ici pendant que vous étiez à l’Olympiacos, est aussi l’une des raisons qui vous a poussé à revenir ?

A.R : Exactement. Ça a joué, bien sûr, dans ma décision de revenir en France.

FM : Depuis votre départ de l’OM, quelques clubs français avaient un œil sur vous. Pourquoi l’offre de Reims a fait la différence ?

A.R  : Quand on me parlait de clubs en France (Toulouse, ndlr), je disais que je préférais rester à l’Olympiacos. En plus, je venais de prolonger. Avec Reims, ça s’est fait rapidement. Au départ, la porte était un peu fermée. Après, ils ont insisté. J’ai parlé avec les dirigeants et j’ai senti une vraie envie de leur part de me faire venir dans leur club. Il a fallu peser le pour et le contre. Au final, je suis revenu en France et j’ai signé à Reims.

FM : Le président Caillot a aussi expliqué que vous êtes le joueur que le club voulait absolument, à savoir un élément expérimenté, qui a du temps de jeu et qui a une mentalité de gagneur. Que voulez-vous apporter à votre équipe cette saison ?

A.R : Le président connaît mon profil parfaitement et c’est pour ça qu’ils m’ont recruté. Moi, comme je dis à chaque fois, je vais apporter ce que je sais faire. Je veux apporter mon expérience dans le jeu. Je connais assez bien la Ligue 1. Je vais faire mon travail comme j’ai pu le faire auparavant tout simplement.

Romao veut apporter son expérience à Reims

FM : Malgré tout, êtes-vous conscient que vous aurez beaucoup de responsabilités et un rôle très important cette saison ?

A.R : Oui, bien sûr. J’en suis conscient. Je ne vais pas me cacher non plus. Quand je suis arrivée à l’Olympiacos, les gens ne me connaissaient pas trop. Ensuite, au fil du temps, j’ai su m’imposer puis avoir le brassard de capitaine. Ce sont des responsabilités importantes dans un club comme l’Olympiacos. La pression ne me fait pas peur. Je sais ce que je peux faire, ce dont je suis capable. Le coach connaît mon niveau. Au contraire, tout ça me motive.

FM : C’est un nouveau défi avec une équipe qui monte tout juste en Ligue 1. Etes-vous conscient du challenge que cela représente ? Comment se passent vos premiers pas à Reims ?

A.R : Oui, c’est un énorme défi. L’équipe vient de monter en Ligue 1. Elle a fait une grosse saison l’an passé en Ligue 2. C’est une équipe jeune qui a de la qualité. C’est un gros challenge pour eux comme pour moi. Le groupe m’a bien accueilli et m’a bien intégré. Donc c’est plus facile pour le reste. On travaille dans de bonnes conditions.

FM : Quelles sont vos ambitions justement avec votre nouveau club ?

A.R : Ce sont les mêmes ambitions que celles affichées par le président, à savoir se maintenir en Ligue 1 tout simplement.

FM : Il y a quelques instants, vous avez affirmé que vous connaissiez très bien la Ligue 1. Mais depuis votre départ, le championnat de France a pas mal évolué, avec notamment la venue de Neymar au PSG ou l’éclosion de Kylian Mbappé. Est-ce que tout cela vous motive encore plus ?

A.R  : C’est enrichissant. Quand on est joueur de football, on veut se frotter aux meilleurs. Eh bien voilà, là on est servi !

FM : Le 1er décembre, Reims se déplace à l’Orange Vélodrome pour affronter l’Olympique de Marseille. Ce sera la première fois que vous reviendrez là-bas depuis votre départ. Est-ce une date que vous avez coché sur le calendrier ?

A.R  : J’ai vu ça de suite (rires). Bien sûr, j’ai regardé à quel moment j’irai à Marseille.

FM : À quel type d’accueil vous attendez-vous dans la cité phocéenne ?

A.R  : Moi, j’ai passé de bonnes années à Marseille. Je pense que j’ai fait un bon passage là-bas. On verra bien pour l’accueil (rires). Je reviens en France et la motivation sera là. Jouer Vélodrome, ça reste un stade mythique. J’ai vécu de bons moments là-bas. Ce sera un moment spécial.

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10