L’Olympique Lyonnais avait la possibilité de se qualifier pour les huitièmes de finale de la Ligue des Champions s’il battait le Zenit en Russie. Un objectif raté puisque les Gones se sont inclinés deux buts à zéro à Saint-Pétersbourg. Une contre-performance qui n’élimine pas les joueurs de Rudi Garcia, mais qui a eu le don d’irriter le directeur sportif de l’OL, Juninho. Longtemps jugé trop en retrait, le Brésilien est désormais habitué à tailler les joueurs de l’OL en public.

Ainsi, après les piques du 15 septembre avant le match aller face au Zenit, celles du 28 septembre après la défaite contre Nantes et le tacle du 15 octobre dernier, lors de la présentation de Rudi Garcia, Juninho a encore taillé les partenaires de Memphis Depay. « L’énergie n’était pas idéale, ce n’était pas une équipe qui a joué une finale. La défaite est complètement méritée. C’est inquiétant parce que la prestation est faible, même si par moment il y a de l’espoir. Mais ce n’est pas suffisant. Depuis le début de la saison, on voit trois ou quatre, voire cinq joueurs qui ne sont pas à leur niveau », a-t-il déclaré en zone mixte, dans des propos relayés par RMC Sport, avant de poursuivre.

Ce n’est pas la faute de Rudi Garcia !

« Finalement, ce qui nous permet de garder un peu d’espoir, c’est qu’on a la possibilité de nous qualifier encore. Tu fais trop d’effort pour la jouer et quand tu arrives dans cette compétition, tu ne peux pas jouer un match très moyen comme ce soir ». Optimiste malgré tout, Juninho a ensuite été interrogé sur Rudi Garcia. Outre la terrible statistique de l’entraîneur rhodanien en Ligue des Champions, l’ancien coach de l’OM est de nouveau reparti bredouille d’un match à enjeu. Mais selon Juninho, cette défaite n’est pas la faute de Garcia.

« Je ne pense pas que la défaite soit à cause des choix de Rudi. Jason (Denayer) a joué au milieu et a fait un match assez correct. (...) C’est compliqué d’analyser. On a une équipe jeune et je pense qu’il manque du caractère, de faim collective. Je ne cite personne. Quand il manque ça, à un moment ou un autre, l’adversaire en profite. Je pense qu’on ne méritait même pas le match nul, il faut réagir le plus vite possible ». Les murs du vestiaire rhodanien ont tremblé.