Absent plusieurs semaines à cause d’une blessure à la cuisse, Kylian Mbappé avait fait son grand retour à la compétition contre l’OGC Nice le 18 octobre dernier. En seulement sept minutes de jeu, le natif de Bondy avait retrouvé le chemin des filets avant de réaliser une passe décisive. La machine a rapidement redémarré, puisque le champion du Monde français a ensuite marqué un triplé contre le Club Bruges (5-0), avant d’enchaîner contre l’Olympique de Marseille (doublé) et Dijon (un but).

Titulaire ce mercredi soir lors de la quatrième journée de la phase de poules de Ligue des Champions, le joueur de 20 ans n’a pas réussi à poursuivre sur sa lancée, lui qui est resté muet lors du succès des Parisiens contre la formation belge (1-0). Mais après la rencontre, Kylian Mbappé était quand même au cœur des discussions. Présent au micro de RMC Sport pour faire un point sur la qualification, mais aussi sur les dossiers chauds du club de la capitale, le directeur sportif Leonardo a eu le droit à une question sur l’avenir du Français et les rumeurs autour du Real Madrid.

Leonardo répond indirectement à Zinedine Zidane

« C’est Mbappé qui décidera de son avenir. Pour le moment, c’est un joueur du PSG, on verra plus tard. Mais il l’a toujours dit, que son rêve était de jouer au Real Madrid. » Tels étaient en effet les mots de Zinedine Zidane en conférence de presse il y a quelques jours. Mais le dirigeant brésilien du PSG a rapidement répondu : « ça agace un peu, ça dérange. Je pense que ce n’est pas le moment de parler de ça en premier. Le joueur a un contrat avec nous de deux ans et demi. Il y a plein de volontés, de rêves... »

« Je pense que c’est un peu le moment d’arrêter. Kylian est un joueur très important pour nous, c’est le meilleur jeune que la France a. C’est l’un des meilleurs joueurs du monde et je pense que ce n’est pas le moment de le déstabiliser. C’est le moment d’arrêter », a poursuivi Leonardo au micro de RMC Sport. Le directeur sportif du Paris Saint-Germain en a donc assez des rumeurs et l’a fait savoir. Reste désormais à savoir si cela suffira pour les stopper.