Foot Mercato : Tout d’abord Mohamed, comment allez-vous ?

Mohamed Yattara : Ça va, tout va bien merci.

FM : Pour ceux qui ne vous connaitraient peut-être pas encore parfaitement, pourriez-vous nous raconter votre parcours ?

MY : Et bien, j’ai commencé dans un petit club en Dordogne, près de Bordeaux, j’ai joué une saison là-bas. Je suis venu à l’Olympique Lyonnais en 2009, pour cinq jours d’essai tout d’abord. Ça s’est bien passé, je suis reparti, ils m’ont rappelé pour faire le tournoi de Montaigu avec les U17, ça s’est bien passé. Du coup, j’ai signé un contrat de deux ans aspirant, et là c’est ma troisième année à l’Olympique Lyonnais.

FM : Quelles sont vos principales qualités sur un terrain ?

MY : Je dirais que c’est la vitesse, la puissance et la technique.

FM : Avez-vous des modèles, des joueurs qui vous inspirent tout particulièrement ?

MY : Oui, Fernando Torres.

FM : Comme vous l’avez dit, vous êtes arrivé à l’OL alors que vous étiez en Dordogne. Comment se sont noués les contacts avec les Gones ?

MY : Mon agent me connaissait déjà en Afrique, par rapport à mon frère qu’il connaissait. Quand je suis arrivé en France, il en a parlé à Fleury Di Nallo (ancien grand joueur de l’OL), et il a essayé de voir avec l’OL pour me faire passer des essais. Ils ont accepté, l’OL m’a envoyé des billets de train pour faire cinq jours d’essai. Tout s’est bien passé.

FM : Tout est finalement allé très vite pour vous...

MY : Oui, c’est vraiment une belle surprise. Je venais d’arriver en France et, une année après, je me retrouvais à l’OL ! C’est vraiment une belle surprise, et j’en suis content.

FM : Avez-vous hésité à poser vos valises entre Rhône et Saône, ou une telle offre était-elle tout bonnement impossible à refuser ?

MY : Je n’ai pas du tout hésité avant de venir à l’OL. Déjà, j’étais dans un petit club, donc quand l’OL vous propose un contrat, même amateur, ça ne se refuse pas ! Je n’ai donc pas réfléchi, je me suis engagé direct.

FM : Quel bilan tirez-vous de votre parcours chez les Gones ?

MY : Je dirais positif. Ma première année s’est bien passée, 37 buts en championnat. La deuxième année, j’ai fait un peu de matches avec les 19 ans et j’ai joué avec la CFA. Depuis l’année dernière, je suis avec la réserve. Et là, depuis le mois de janvier, je suis en prêt à Arles-Avignon.

FM : En 2009, Bernard Lacombe déclarait en parlant de vous : « C’est un joueur assez exceptionnel, je crois que l’on peut retenir son nom. La dernière fois que j’ai dit ça, c’était pour Karim Benzema ». Des compliments qui vous ont forcément fait plaisir...

MY : Oui, bien sûr que c’est flatteur. Bernard Lacombe est le meilleur buteur français de l’histoire du championnat de France. S’il parle de moi comme ça, c’est flatteur, ça m’a fait chaud au cœur. Mais il ne faut pas s’enflammer sur ça, ce n’est pas parce que Bernard Lacombe a dit ça sur moi que je n’ai pas continué à travailler. Ce ne sont pas ces propos qui vont me faire une carrière, je travaille donc comme je l’ai toujours fait. C’est en train de payer, tant mieux.

FM : Effectivement, votre prêt à Arles-Avignon est plus que concluant. 4 buts en 6 matches, de bonnes statistiques...

MY : C’est clair que ce sont de très bons débuts. Vu la position de l’équipe, ce n’était pas évident. Mais j’en ai parlé avec mon entourage, et on s’est dit que c’était une bonne opportunité pour moi de rebondir. La première partie de la saison n’a pas été évidente pour moi, je n’ai pas beaucoup joué avec la CFA. J’ai fait les derniers matches avant la trêve avec les 19 ans, ce n’était pas facile pour moi, je ne me sentais pas bien. Il fallait que je sois prêté, on a pris ce risque. Ça paye, tant mieux pour moi.

FM : Vous découvrez donc la Ligue 2. Comment vous sentez-vous dans ce championnat ?

MY : Je me sens bien, très bien, dans cette équipe. Même si on n’est pas bien classé, on a fait six matches et on n’a pas encore perdu. Tout se passe bien, on a un bon groupe. Il faut continuer comme ça jusqu’à la fin de saison pour se maintenir.

FM : Quelles seront justement vos ambitions pour cette deuxième partie de saison ?

MY : Et bien, c’est déjà le maintien. Personnellement, ce sera d’essayer de franchir la barre des 10 buts.

FM : Et une fois ce prêt terminé, l’objectif sera de revenir à l’OL pour vous imposer...

MY : Effectivement. Après la fin du championnat, je retourne à l’Olympique Lyonnais car c’est un prêt sans option d’achat. J’ai un contrat de trois ans jusqu’en 2014 avec l’OL.

FM : Des discussions ont-elles été entamées avec l’OL au sujet de votre rôle dans le club ?

MY : L’objectif du prêt est effectivement de me permettre de m’aguerrir pour mieux revenir et intégrer le groupe professionnel dès le début du championnat. Mais après, je me concentre sur le terrain et je laisse mon agent gérer le reste.

FM : D’autant que les jeunes prennent une place de plus en plus importante, comme Lacazette, Grenier et Umtiti qui font partie intégrante de l’effectif. Cela doit être un bon motif d’espoir pour vous...

MY : Oui, c’est clair. C’est bien, voir que le club donne la possibilité aux jeunes de jouer avec les pros me donne le courage de travailler. Umtiti, je le connais bien car il était capitaine des moins de 17 ans. J’ai joué aussi en CFA avec Lacazette et Grenier. Tant mieux pour l’équipe, tant mieux pour eux, je suis content pour eux.