Et de 10 ! Arsenal, victorieux de Leicester City lundi soir (3-1, 9e journée de Premier League), est sur une série de 10 victoires consécutives toutes compétitions confondues. Il faut remonter à octobre 2007 pour trouver trace d’une pareille série. À l’époque, Arsène Wenger et ses hommes avaient enchaîné 12 succès de rang. Plus que les résultats, c’est le style des Gunners, d’abord menés face à Leicester, qui ravit les observateurs en Angleterre ce mardi. Le troisième but des Londoniens fait notamment le tour de la toile, décortiqué pour sa perfection technique. Une action de 19 secondes, « une oeuvre d’art rappelant les plus belles heures de l’ère Wenger » (Times), impliquant 9 joueurs avec un total de 9 passes et une finition clinique de Pierre-Emerick Aubameyang, comme le décrit le Daily Mail.

Le Gabonais, remplaçant au coup d’envoi, s’est révélé décisif face aux Foxes, inscrivant un doublé et confirmant son importance pour les pensionnaires de l’Emirates. L’ancien de l’ASSE est en effet impliqué sur 21 buts en 22 matches de Premier League depuis son arrivée en janvier en provenance du Borussia Dortmund (16 réalisations, 5 passes décisives). Signe que la concurrence avec son ami Alexandre Lacazette ne nuit absolument pas à son rendement, loin de là. Au rayon statistique, Mesut Özil est lui aussi à la fête. Avec le brassard de capitaine, le meneur de jeu allemand, critiqué de toutes parts, a retrouvé des couleurs, étant impliqué sur les trois buts des siens lundi soir (1 réalisation, 2 offrandes).

La métamorphose Özil, la montée en puissance de Torreira

Il en est désormais à 3 buts lors de ses 4 dernières sorties en PL, soit autant que sur ses 22 précédentes apparitions en championnat. Il s’est d’ailleurs fendu d’un tweet en disant long sur son état d’esprit, lui qui a pris ses distances avec la Nationalmannschaft en début d’exercice. « Je pense que nous avons joué un football plutôt sexy ce soir (lundi). Fier d’être le capitaine de cette équipe et de ce club », a-t-il posté, revigoré par le discours de son manager Unai Emery, comme tout le vestiaire d’ailleurs, au regard des vidéos postées par Alex Iwobi ou Skhodran Mustafi sur les réseaux. L’Espagnol peut d’ailleurs compter sur la montée en puissance d’un autre élément-clé dans le système et l’animation qu’il souhaite mettre en place : Lucas Torreira.

Arrivé cet été en provenance de la Sampdoria pour environ 30 M€, le milieu de terrain international uruguayen règne en maître sur l’entrejeu londonien. Sa feuille de statistiques contre Leicester est assez impressionnante : 92 passes, 91% de taux de réussite, 1 dribble réussi, 2 tacles réussis, 1 interception, 75% de réussite sur balles longues et 60% de duels remportés. Avec tous ces feux au vert, les premières questions au sujet des ambitions de titre commencent à se poser. Unai Emery les balaye d’un revers de main. « Nous devons rester calmes », a lancé l’Ibère, dévoilant de nombreux axes de progression tactique, notamment dans la gestion des matches. Toujours est-il qu’Arsenal, 4e au classement, à 2 points du leader Manchester City, est redevenu séduisant. Et c’est déjà pas mal !