Ses statistiques personnelles en disent long sur la saison qu’il est en train de vivre. Depuis le mois d’août et la reprise de la compétition, John Stones (25 ans) n’a participé qu’à 12 matches toutes compétitions confondues. En Premier League (8 titularisations), cela représente seulement 37 % du temps passé sur le terrain. Pire en Ligue des Champions, le défenseur central anglais n’a disputé que 49 petites minutes, alors qu’il devrait être titulaire cet après-midi (18h30) lors du 3e tour de FA Cup face à Port Vale, 10e de League Two. En réalité, cela fait plus d’un an maintenant qu’il ne parvient pas à enchaîner entre la concurrence et les blessures.

Il semble désormais loin le temps où l’international (39 sélections, 2 buts) était annoncé comme le grand roc que l’Angleterre attendait depuis les retraites des Ferdinand, Terry, Carragher et autre Cahill. Malgré une Coupe du Monde 2018 prometteuse, le joueur a lui disparu au fil du temps. Il n’a plus disputé 5 rencontres de suite depuis plus d’un an et trois blessures (deux fois la cuisse et un méchant coup) l’ont encore éloigné pendant trois mois des terrains depuis le début de la saison. Le voilà à nouveau remis sur pied mais le temps presse. C’est même Pep Guardiola qui l’affirme en personne.

Guardiola : « c’est entre ses mains et dans sa tête de devenir l’un des meilleurs »

« Il a les caractéristiques pour être l’un des meilleurs défenseurs du monde, mais pour être le meilleur, vous devez jouer une saison entière, jouer des matches tous les trois jours. C’est difficile d’atteindre le potentiel qu’il a. Il doit être au niveau pour jouer régulièrement. Les trois dernières saisons et demie, il n’a pas pu le faire. Parfois, quand vous avez une longue blessure, comme par exemple Aymeric Laporte cette saison ou Ilkay Gundogan avant, ou Benjamin Mendy l’année de son arrivée, c’est malchanceux. Mais dans le cas de John, je ne sais pas pourquoi il n’a pas pu jouer régulièrement », s’interroge même le technicien espagnol, pourtant assez fan de Stones.

Il faut dire que l’ancien d’Everton n’a pas toujours été fragile mais il n’a disputé que 121 rencontres sur 205 possibles depuis son arrivée chez les Citizens. Inconstant dans ses performances comme face à Manchester United pour son dernier match (le 7 décembre, défaite 2-1), il a plutôt été victime de la concurrence d’Otamendi, Kompany, Laporte et même parfois Fernandinho. « Nous essayons de faire de notre mieux pour l’aider depuis le premier jour des trois ans et demi que nous sommes ici. Nous faisons tout pour lui mais cela dépend de lui maintenant. C’est entre ses mains et dans sa tête de devenir l’un des meilleurs », prévient même Guardiola, dont la patience a des limites. Acheté 55 M€ en 2016 alors qu’il était plein de promesses, Stones est désormais pressé par le temps.